75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Pieds d'Argile #19 [2002], par Lujayne M.

Avis critique rédigé par Lujayne M. le vendredi 22 janvier 2010 à 13h42

Tant va la cruche à l'eau...


Alors que de mystérieux assassinats - non homologués par la Guilde - ont lieu en ville, c'est au tour du Patricien d'Ankh-Morpock d'être empoisonné... Pendant ce temps, certains Golems ont un comportement bizarre... et le Guet recrute un nouvel agent, un nain alchimiste du nom d'Hilare Petitcul, plutôt complexé...

Voilà une histoire du Guet comme on les aime, avec Samuel Vimaire, le commissaire qui a décidemment bien du mal à se faire à son nouveau statut de noble, l'agent Carotte et sa foi inaliénable en l'espèce humaine, Angua la louve-garou qui essaie de ne pas manger tout le monde, Détritus le troll et l'inénarrable Chicard... Sans oublier le pain de nain !

 

La conclusion de à propos du Roman : Pieds d'Argile #19 [2002]

Lujayne M.
80

On retrouvera dans ce tome les réflexions au vitriol de l'auteur sur, en vrac : l'héraldique, la difficulté d'être femme dans un monde d'hommes, l'esclavage, les petites gens du peuple, le racisme, les nouveaux riches ou encore la royauté, la démocratie et la liberté de penser. Comme toujours, c'est un délice, avec un vrai suspense dans l'enquête, ce qui ne gâche rien. En bref, encore un très bon moment du côté du Disque-Monde.

Que faut-il en retenir ?

  • la satire sociale toujours aussi mordante

Acheter le Roman Pieds d'Argile en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Pieds d'Argile sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les Annales du Disque-Monde