75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le Dernier Continent >

Critique du Roman : Le Dernier Continent

Avis critique rédigé par Lujayne M. le jeudi 21 février 2008 à 13:15

Bon, mais...

Dans cette aventure du Disque-Monde, nous retrouvons comme héros Rincevent d'un coté, et les mages de l'Université de l'Invisible de l'autre. L'un est perdu dans l'équivalent du "bush" australien, les autres se retrouvent de façon impromptue en vacances sur une île assez particulière...
Ce roman, le 22ième de la série, raconte donc la suite des aventures de Rincevent, après ses tribulations en Aurient (tome 17). Notre calamiteux mage préféré erre donc depuis plusieurs mois dans le désert du dernier continent, mais une divinité bienveillante semble veiller sur lui : vous en connaissez beaucoup, vous, des gens perdus dans le désert qui tombent chaque soir dans un trou d'eau et qui trouvent des sandwich au fromage sous les pierre au moment du déjeuner ? Pendant ce temps, à Ankh-Morpock, le bibliothécaire est au plus mal, et les mages, essayant de le sauver, se retrouvent propulsés sur une étrange île qui semble s'adapter à leurs besoins : le Doyen émet l'envie de fumer, et voilà que pousse un arbre à cigarettes...
Sans être le moins bon de la série, ce roman perdra je pense beaucoup de son intérêt si, comme moi, vous n'êtes pas au fait de la culture australienne. Ainsi, toutes les blagues sur les autochtones que Rincevent va rencontrer tomberont probablement assez à plat si vous ne connaissez de l'Australie que "Crocodile Dundee". Heureusement, du coté des mages, c'est toujours aussi bon, et on retiendra particulièrement la scène où un dieu se fait expliquer les mécanismes de la reproduction par l'intendante de l'Université de l'Invisible, au grand embarras des mages.

60

Voilà donc un roman du Disque-Monde qui se laisse lire agréablement, fourmillant comme toujours de bonnes idées, un peu brouillon parfois, et même à certains moments difficile à comprendre. Les références sont nombreuses, et pas toujours évidentes, j'ai eu souvent l'impression de passer à côté de quelque chose. Pourtant, on passe un très bon moment, mais ce ne sera définitivement pas mon préféré de la série...

Critique de publiée le 21 février 2008.

Que faut-il en retenir ?

  • les mages et leur aventure sur l'île
  • Rincevent !!!

Que faut-il oublier ?

  • il faut s'y connaître en culture australienne
  • un peu complexe sur certains points

Acheter Le Dernier Continent en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Dernier Continent sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Les Annales du Disque-Monde