75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Les Dents de l'amour
Les Dents de l'amour >

Critique du Roman : Les Dents de l'amour

Avis critique rédigé par Lucie M. le jeudi 4 décembre 2008 à 1627

C'est l'a-moore, c'est l'a-moore...moore...moore

Je ne connaissais pas Christopher Moore avant d’avoir lu Les Dents de l'Amour. Quelle négligence littéraire dont j’ai fait preuve! Mais c’est oublié puisque je compte bien me rattraper en lisant ses différents romans déjà publiés en France. L’auteur se plaît à remanier différents thèmes – usités – dans le fantastique avec les zombies dans Le Sot de l'ange, la Mort dans Un sale boulot et présentement le vampire. Les Dents de l’Amour est une sorte de renouveau dans le traitement du thème du vampire moderne. Loin des standards conçus par Anne Rice ou Poppy Z. Brite, ce roman vampirique de Christopher Moore est limite inclassable. Et qui dit inclassable ; dit très original.

Pourtant en lisant quelques chroniques, déjà publiées sur le net, j'ai été surprise de lire que nombreux sont ceux qui ont trouvé Les Dents de L’Amour peu intéressant et son auteur moins mordant qu'à l’habitude. Que l’humour déjanté de Moore est relativement moins mis en avant et que le romancier fait preuve de trop de retenue! Cela ne m’a pas marqué mais, comme je le dis plus haut, Les Dents de l'Amour est mon premier roman de Moore. Sa révision du mythe vampirique fait quand même penser à celui de Norman Spinrad ; dont ce dernier a pu le démontrer dans son excellent recueil Vamps.

Le récit se déroule à San Francisco où vit Jody, une très belle jeune femme rousse qui, un soir, au sortir de son boulot, se fait sévèrement mordre et se voit transformée en vampire. Le vampire la laisse donc pour morte sous une poubelle en lui abandonnant un million de dollars. Deux jours après l’incident, Jody se réveille dans la ruelle où elle a été attaquée et se découvre des particularités très bizarres... et cela ne s’arrangera pas ! Jody comprend très vite qu’un vampire ne peut "vivre" tranquillement sans que quelque chose n’attente à sa non-vie, surtout durant la journée. Pour pallier à ces dangers, Jody décide de se faire aider par un humain et tombe sur Tommy, un provincial fraichement sorti de son Midwest natal pour épouser une carrière d'écrivain.

"À l’arrière de sa tête, une petite voix hurlait : « Non ! » alors que Jody mordait la gorge de Kurt et en buvait le sang. Elle s’entendit gémir à chaque battement cardiaque du jeune homme. Ce fut tout à la fois une mitrailleuse à orgasmes, du chocolat noir, une source en plein désert, une bordée d’alléluias et l’arrivée des tuniques bleues à la rescousse. Et pendant tout ce temps la petite voix criait : « Non ! »" Jody - page 26

L’histoire est posée ! Nous allons suivre les pérégrinations de Jody, novice vampire, qui va peu à peu tomber "in love" de l’innocent Tommy. Tous deux auront du fil à retordre pour vivre leur histoire d’amour en parfaite tranquillité. Premièrement, il y a le vampire âgé de huit siècles, qui a converti Jody, qui joue avec elle au jeu du chat et de la souris. Menaçant Tommy et en essayant de lui coller des meurtres sur le dos, ce vampire très mystérieux va les faire suspecter par la police. Deuxièmement, et comme dans tous les couples, Jody et Tommy ne se comprennent pas toujours, même si Tommy fait de vrais efforts pour assimiler la nature vampirique de sa compagne – sa première petite amie - en consultant tous les ouvrages relatifs au vampirisme, comme Lestat le vampire d’Anne Rice ou Dracula de ce bon vieux Bram Stoker, pourtant vampire et humain sont loin d’être toujours sur la même longueur d'onde.

"J'ai rien demandé, moi. Une bande de copains vient prendre le petit déjeuner et ça la rend maboule. [...] Est-ce que je me plains, moi, de la bizarrerie de ses horaires ou de sa façon de se nourrir ? Je n'ai jamais rien dit. Ce n'est pas comme si j'étais arrivé à San Francisco en proclamant: « Il me faut absolument une femme dont le seul plaisir dans l'existence consistera à me sucer. » Bon, d'accord, peut-être que je l'ai dit, mais ce n'était pas ce que je voulais dire." Tommy - page 205

Toutes ces situations seront un plaisir pour le lecteur. Un plaisir de lecture, d’ambiance déjantée et de rencontres complètement extravagantes ; comme l’Empereur et sa troupe de chiens combattant avec fougue les forces du mal ou bien évidemment les collègues de Tommy connus sous le sobriquet de les Animaux. Christopher Moore est un auteur vraiment à part qui titille l’hilarité avec un humour noir jouissif. Un roman atypique. Une histoire d’amour rigolote - et pleine de rebondissements - qui nous fait rire du début jusqu’à la fin. Des dialogues farfelus et dignes d'un film de série B. Un roman que l'on prend énormément de plaisir à lire et qu'on n’oubliera pas de si tôt.

La conclusion de

Les Dents de l’Amour est sans concession un roman atypique écrit par un auteur d'autant plus atypique. Christopher Moore revisite le mythe du vampire, mais avec une folie humoristique très jouissive. Cette lecture est un réel plaisir et je le conseille bien évidemment aux amateurs de récits vampiriques ainsi qu'à tous ceux qui désirent passer un moment de lecture hors-norme - où il fait bon de rigoler et d’assister à des situations totalement déjantées.

Acheter Les Dents de l'amour en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Dents de l'amour sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+