75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du livre-jeu : Les mondes de l'Aleph #48 [1992], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le samedi 14 mars 2020 à 14h00

Stargate SG1...

Voici le quarante-huitième Défis Fantastiques, et le troisième écrit par Peter Darvill-Evans après les sympathiques La forteresse du cauchemar et La nuit des mutants. Les mondes de l'Aleph s'appuie sur l'un des pitchs les plus originaux de la série, mélangeant fantasy et science-fiction dans un principe qui n'est pas sans évoquer un Conan meet Stargate. Sur le papier, ça semble un peu bidon, j'en conviens, mais après une quarantaine de recit med-fan plus ou moins inspirés, dont une large partie en mode Kill the sorcerer, ce genre d'idée a un côté quelque peu rafraichissant. Et au final, sans être un grand tome, Les mondes de l'Aleph s'avère tout a fait sympathique.

Nous suivons ici une quête qui va nous amener à sauter de monde en monde, variant les environnements et les situations pour tenter de protéger l'artefact en notre possession (le fameux Aleph du titre). Le voyage ainsi entrepris est dépaysant, plein de bonnes idées, et soutenu par une prose sympathique. L'histoire est somme tout linéaire - malgré quelques quêtes secondaires ici et là, on est dans un beau toboggan - mais elle n'en demeure pas moins soignée. Une fois n'est pas coutume, la fin n'est pas baclée, ce qui permet de conclure et de refermer le livre sur une note ma foi plutôt positive.

Le jeu a cependant un gros défaut qui amenuise quelque peu ces qualités : une part de hasard monstrueusement élevée. Les mondes de l'Aleph n'est pas tant un Livre Dont Vous Êtes Le Héros qu'un Livre Dont Les Dés Sont Les Héros. Nombre de choix sont ainsi résolus sur des jets de Chance, notamment - le plus frustrant ! - le passage d'un monde à l'autre. Je ne dirais pas que l'on n'a rarement été aussi peu libre (ce n'est pas du Ian Livingstone non plus), mais ici, ça apparaît de façon très flagrante : on n'a de contrôle sur quasiment rien. Dommage, d'autant qu'une suite de bons jets peut amener l'aventure à se terminer en un temps record.

La conclusion de à propos du Livre-jeu : Les mondes de l'Aleph #48 [1992]

Vincent L.
65

Les mondes de l'Aleph est l'un des Défis Fantastiques les plus originaux qui ai été écrit. Peter Darvill-Evans signe ici une aventure tout à fait plaisante, remplie de bonnes idées et correctement écrite. Dommage que le facteur aléatoire, trop présent, réduise les choix possibles à de simples jets de dés, transformant un livre à la base qualitatif en mauvais jeu de l'oie.

On a aimé

  • Une histoire originale et soignée,
  • Des situations variées,
  • Correctement écrit (et traduit).

On a moins bien aimé

  • Une trame linéaire,
  • Trop de jet de dés et pas assez de choix.

Acheter le Livre-jeu Titan : Défis Fantastiques : Les mondes de l'Aleph #48 [1992] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Titan : Défis Fantastiques : Les mondes de l'Aleph #48 [1992] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Titan