75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du livre-jeu : Le labyrinthe de la mort #6 [1984], par Vincent L.

Avis critique rédigé par Vincent L. le samedi 2 mars 2019 à 14h00

Battle Royale...

Sixième tome de la série Défis Fantastiques et troisième livre écrit en solo par Ian Livingstone (après La forêt de la malédiction et La cité des voleurs), Le labyrinthe de la mort concentre toute la quintessence de son auteur, dans ses bons côtés (ici vraiment bons) comme dans ses mauvais (ici vraiment mauvais). Déjà si, comme moi, vous avez horreur des one true path, passez votre chemin. Comme d’habitude chez Ian Livingstone, il n’y a qu’une seule combinaison de choix possible qui permette d’aboutir au final et de sortir victorieux de l’aventure. Autant être prévenu avant de commencer.

Sans surprise, la structure du Labyrinthe de la mort est… un labyrinthe. A priori, le livre n’avait donc rien pour me plaire, moi qui ait horreur des couloirs et des « allez vous à droite ? »/« allez-vous à gauche ? ». Et pourtant, contre toute attente, j’ai passé un excellent moment à faire cette aventure. Certes ça ne m’a pas suffisamment passionné pour que je recommence à la loyale après ma première mort (le one true path, ce n’est définitivement pas pour moi), mais je n’ai pas non plus songé une seule seconde à abandonner le livre en cours de route.

Ce sentiment très positif est d’autant plus bizarre qu’il est, je pense, impossible de terminer cette aventure sans tricher. Les combats qui vous attendent sont très compliqués, et les créatures que l’on va croiser s’avèrent particulièrement puissantes. Si vous partez avec des caractéristiques un tant soit peu moyennes, il est évident que vous n’avez absolument aucune chance de réussir (il faut commencer avec le max dans chaque, et même comme ça, le succès n’est absolument pas garanti). Bref, si vous voulez réussir ce LDVELH à la loyale, préparez-vous mentalement à recommencer un paquet de fois !

Pour le reste, Le labyrinthe de la mort est bien écrit, l’ambiance est correctement posée, les énigmes proposées sont fort sympathiques, le bestiaire est varié, bref, beaucoup de qualités qui permettent de passer outre la simplicité de l’aventure proposée et l'absence de véritables enjeux dramatiques. En fait, le véritable coup de génie du livre est d’avoir transformé ce labyrinthe en course et de permettre des interactions avec nos concurrents. On peut les combattre, mais également s’allier à eux pour avancer plus prudemment dans les couloirs, sachant que quoi qu’il arrive, à la fin, il ne pourra en rester qu’un…

La conclusion de à propos du Livre-jeu : Le labyrinthe de la mort #6 [1984]

Vincent L.
70

Le labyrinthe de la mort est une aventure de Ian Livingstone, dans ce que ça implique de mieux (bien écrit, beaucoup de bonnes idées,…) mais aussi dans tout ce que ça comporte d’agaçant (c’est un one true path affreusement difficile). Pour qui aime se challenger pour réussir des défis hyper durs (des défis… fantastiques ! oh ! oh ! oh !), il s’agit clairement d’un des meilleurs tomes de la série.

On a aimé

  • Bien écrit, bien illustré,
  • Une course haletante et bien rythmée,
  • Une aventure émaillée de très bonnes idées,
  • Si vous aimez les challenges, laissez-moi vous dire que vous n’allez pas être déçus !

On a moins bien aimé

  • C’est un one true path,
  • C’est très très difficile.

Acheter le Livre-jeu Titan : Défis Fantastiques : Le labyrinthe de la mort #6 [1984] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Titan : Défis Fantastiques : Le labyrinthe de la mort #6 [1984] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Titan