75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Harry Potter et la Coupe de Feu
Harry Potter et la Coupe de Feu >

Critique du Film : Harry Potter et la Coupe de Feu

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 1 décembre 2005 à 1043

Poudlard et sa coupe de feu !

Harry Potter et la Coupe de Feu est le quatrième film de la série pour ceux sortie d’une prison d’Azkaban et qui l’ignoraient encore. Maintenant je ne ferais pas la morale à ce qui veulent éviter le phénomène Potter n’ayant pas lu les livres. Et c’est donc sur un œil allant vers l’inconnue que se base mon opinion sur ce film.

Première bonne nouvelle sur ce nouveau film pour ceux qui ne supporter pas la famille adoptive d’Harry : ils ne font pas partit de l’aventure ! (Chouette, chouette pas d‘oncle Vernon et tante marge ouf). Bref fini la lourdeur des premières parties des trois premiers films. Ici nous rentrons directement dans l’intrigue où dès le départ on assiste à l’annonce du grand retour de celui dont nous ne devons pas prononcer le nom. En fait tout ce passe très vite dans les 20-25 premières minutes. Le spectateur passe de lieux en lieux pour finalement arriver dans le vive du sujet : Poudlard et son Tournoi des trois sorciers.

Le réalisateur, choisit pour cette nouvelle aventure, peut surprendre. Mike Newell ayant largement fait ses preuves dans le registre de la comédie ou du drame avec des films célèbres comme : 4 mariage et 1 enterrement ou encore Donnie Brasco. Par contre le réalisateur n’avait pas encore mis les pieds dans le monde des effets spéciaux et encore moins dans le fantastique. Pourtant il s’en tire avec largement les honneurs surtout que cette fois l’humour présent semble plus fin, plus proche de nous. En effet Newell, de son propre aveu, à couper beaucoup du livre – trop gros – pour ne s’intéresser plus qu’a Harry ou à la période des premiers amours, période hilarante où l’on est souvent ridicule malgré soit. Cela engendre bien sur les premières jalousies et nos héros cumulent les petites maladresses.

Dans les exemples de scènes hilarants, je parlerais d’une scène dans un bain où notre pauvre Harry doit décrypter un œuf magique. Bien sur celui-ci se trouve nu sous la vision plutôt vicieuse d’une fantôme au regard plutôt vicieux et prête à tout pour mater notre cher jeune homme. Sinon pour le côté épique il y a une course poursuite avec un dragon, scène maîtrisée et haletante. Pour terminer nos adolescents prennent plus de consistance grâce à une scène mémorable entre Hermione et Ron qui se livre a du « je t’aime moi non plus » (le pronostique est qu’ils termineront forcément ensemble à la fin des 7 films, si cela ne se fait pas cela serait vraiment dommage).



Question casting on retrouve toujours les mêmes et cela fait plaisir. Je pourrais reprocher à Daniel Radcliffe d’être parfois un peu tête à claque, mais bon peut-être est-ce dans le personnage. Bien oui à force d’entendre tous les jours que l’on est le meilleur ! Il n’empêche que des moments il parait un peu lourd et donne aussi parfois l’impression de réciter son texte. Mes préférences iront plutôt vers Rupert Grint et Emma Watson qui - s’ils passent en second couteaux avec une présence largement amoindri par rapport aux autres films - ils offrent tout deux les meilleurs moment du film grâce à leur petite rivalité. A noter l’arrivé de Ralph Fiennes (Strange Day, La liste de Schindler) qui - s’il est presque méconnaissable - en surprendra plus d’un. Sinon nous ne ferons pas trop cocorico même s’il y a la présence de Clémence Poésy dans le rôle de Fleur Delacour ; son rôle étant réduit au minimum et ne devant prononcer en tout et pour tout que 3 mots dans tous le film.

La conclusion de

Si le quatrième volet fait figure de réussite, il sera pour une fois apprécié plus par les nons lecteurs du livre. En effet, malgré une durée de 2h35, il ne faut pas espérer voir les 640 pages du live en images. Mike Newell choisit de suivre Harry Potter et toutes les scènes se font sur sa présence, il est témoin ou héros de chaque plan. Dans mon cas le film est très réussi et beaucoup plus réussi que ceux de Colombus. Jusqu’ici l’idée de changer de réalisateur pour chaque film réussi plutôt bien à Potter.

Acheter Harry Potter et la Coupe de Feu en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Harry Potter et la Coupe de Feu sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Harry Potter

En savoir plus sur l'oeuvre Harry Potter