75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Terminator 2
Terminator 2 >

Critique du Film : Terminator 2

Avis critique rédigé par Emmanuel G. le vendredi 21 février 2003 à 1123

Terminator 2

Cyborg en carton ?
Le retour de l’indestructible cyborg à l’accent teuton nous vaut de la part de James Cameron un spectacle particulièrement impressionnant de maîtrise technique, qui n’a absolument pas vieilli aujourd’hui. A ce titre, la séquence d’ouverture nous montrant la guerre du futur est époustouflante.
Pourtant, c’est une déception que ce Terminator 2 bien trop consensuel, servant la soupe à un Arnold starifié depuis le premier épisode et désireux de marquer sur les deux tableaux : retrouver son personnage le plus populaire tout en polissant son image de star familiale. Alors, lorsque le Terminator se tourne vers la caméra, nous regarde en face et jure ne plus tuer personne, on sent comme un désaveu d’un réalisateur sans doute influencé par son acteur principale. A partir de là, le père Arnold se contentera d’assommer des infirmiers et de plomber les genoux d’une poignée de flics, ses exactions s’arrêtant à cela. On est bien loin du massacre perpétré dans le commissariat du premier épisode. Face à Arnold, le T1000 caméléon ne se distingue pas non plus par une méchanceté hors norme.
En fait, la majorité de la violence du film réside dans des affrontements titanesques entre les deux boîtes de conserve, par ailleurs virtuellement indestructibles et insensible à la douleur. Si elle reste impressionnante, cette violence n’en est donc pas moins complètement désamorcée.
D’une manière générale, Terminator 2 est bien plus édulcorée que son prédécesseur, très noir dans le ton et dans la forme. Seul le traitement du personnage de Sarah Connor est exemplaire. Cameron a l’excellente idée de nous la montrer violente et obnubilé par ce qu’elle sait du futur, au point même de ne plus voir son jeune fils comme il est mais comme le leader qu’il sera, le privant par la même de tout amour maternel. Froide et déterminée, formidablement bien servie par Linda Hamilton qui trouve là son plus beau rôle, Sarah Connor est le véritable intérêt de Terminator 2… Elle est d’ailleurs au centre des véritables scènes chocs du film, comme celle, atroce, de son rêve nous révélant l’apocalypse nucléaire.

La conclusion de

Dommage que Cameron ait édulcoré son cyborg apocalyptique en lui donnant le rôle d'une baby sitter...

Acheter Terminator 2 en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Terminator 2 sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Terminator

En savoir plus sur l'oeuvre Terminator