75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Harry Potter et la Coupe de Feu
Harry Potter et la Coupe de Feu >

Critique du Film : Harry Potter et la Coupe de Feu

Avis critique rédigé par Nicolas L. le jeudi 22 décembre 2005 à 1806

Harry Potter : 14 ans et toutes ses dents… pour le moment.

Pour la quatrième année d’Harry Potter au collège de magie de Poudlard, un évènement de taille attend l’ensemble des élèves. En effet, l’établissement est chargé d’accueillir cette année le tournoi des trois sorciers, une compétition de niveau très relevé réservée aux élèves de 17 ans révolus. Hors, lors du tirage des trois participants, un quatrième candidat est désigné par la Coupe de Feu elle-même ; un adolescent de 14 ans nommé Harry Potter.
Bon, pour commencer, il faut que je signale que je n’ai jamais lu un livre d’Harry Potter, j’ai juste vu les précédents opus cinématographiques que j’ai appréciés à différent niveau. De toutes façons, il est préférable de juger en fait un film pour ce qu’il est intrinsèquement, pour ses véritables qualités artistiques et dramatiques, et non en fonction de ses impressions littéraires. Mon épisode préféré était jusqu’à présent Le Prisonnier d’Azkaban. Et, après la vision de ce quatrième volet, je suis désormais certains qu’il le restera pendant au moins encore une année.
Ron et Harry au bal des débutantes


Pourtant, la Coupe de Feu est visuellement superbe. Une magnifique débauche d’effets spéciaux et de décors grandioses qui atteint un tel niveau d’esbroufe que tout ce tape à l’œil pourrait largement se suffire à lui-même. Car la plupart du temps, à part pour effectuer une quote-part de remplissage, il ne servent pas à grand-chose. Cet opus renferme par conséquence un grand nombre de scènes spectaculaires qui nous en mettent plein les mirettes. Le final dans le cimetière avec son traitement d’image gothique est d’ailleurs visuellement très réussi. Donc, La Coupe de Feu est beau, mais est-il bon, cela est une autre paire de manche…
Ma première déception vient du fait que les scénaristes et le réalisateur ont carrément laissé tomber le traitement intime des personnages secondaires. En conséquence, les seconds couteaux, ceux qui donnent de la vie et de la texture émotive au récit, comme Hagrid – qui a tendance à devenir la mascotte de service -, Rogue, Malefoy ou Sirius Black sont carrément sous-traités, voir presque ignorés. Et, comble de la misère, cela pour être remplacé par des amourettes rose bonbon d’une mièvrerie écoeurante. Pour exemple, citons cette inutile séquence de bal qui plonge le téléspectateur dans un étalage de sentiments fleur bleu et BCBG, dans un véritable esprit ‘’petite Maison dans la Prairie’’. Je sais que La Coupe de Feu est un film de teenagers, mais de là à tomber dans un remake de Candy, il y a des limites. Y’a pas à dire, les grand-mères vont adorer. Cette façon superficielle de traiter les rapport humains dans La Coupe de Feu entraînent des sensation bizarres lors de certaines réactions dramatiques – elles sont très rares, cependant – comme lorsque Ron se fâche soudainement avec Harry, persuadé que ce dernier lui a menti. C’est précipité et artificiel, et cale s’intègre au récit de manière forcée.
Le deuxième point qui me laisse perplexe, c’est le script lui-même, qui ne se justifie uniquement que pour faire renaître Voldemort de la plus spectaculaire des façons. Mille-feuille scénaristique au fort goût de pâtisserie industrielle qui entasse des épreuves d’une rare pauvreté imaginative de manière arbitraire et injustifiée, pour arriver à ce final programmé. Une conclusion qui aurait pu finalement avoir lieu au début du métrage puisque les aboutissements de ces épreuves ne sont pas, en réalité, nécessaire à la résurrection du Mal, ni matériellement, ni spirituellement. Juste du remplissage. De ces trois épreuves pleines de ‘’subtilité’’, parlons-en puisqu’il le faut. Elle sont à peine digne de l’imagination d’un enfant de 10 ans écrivant son scénario de jeu de rôle, et elles n’existent que pour finalement, montrer de jolis effets spéciaux. Et n’oublions pas la fameuse ‘’énigme’’ de l’œuf dont la solution ne pouvait être entendue qu’en plongeant l’œuf dans l’eau. Une méthode qui ne pouvait être trouvé que par le plus grand des hasards ou par une indiscrétion. Complètement stupide et arbitraire ce test ! Qui peut alors me dire comment la fille et le roumain l’ont deviné ?
Le dragon qui est de mèche avec les couvreurs de toits

Ensuite, n’ayant pas lu les livres – je sais, j’insiste – j’ai été surpris par le manque de rigueur dans le traitement narratif. Le film est en fait rempli d’erreur ou d’imprécisions. En vrac ; La Coupe du Monde de Quidditch, cinq minutes d’effets spéciaux. Pim, Pam, Boom ! Et hop, c’est fini, on éteint la télé et au lit les zenfants ! Pourquoi le dragon rampe t’il sur le toit au lieu de voler vers un Harry en perdition afin de lui brûler les fesses ? Aurait-il un contrat le liant à un couvreur spécialisé dans les tuiles en lauses ? Pourquoi tous les élèves du collège – et certains professeurs -, persuadés que Harry a triché en glissant sa candidature dans la Coupe de Feu, l’innocentent-il dés lors qu’il remporte l’épreuve contre le dragon ? Poudlard applique t’il la sentence du jugement de Dieu, si cher à la chevalerie ? La deuxième épreuve est relativement dangereuse. En effet, 8 enfants risquent d’y laisser leur peau : les 4 candidats et 4 personnes qui leur sont proches. Pourtant elle se déroule devant une foule pleine d’allégresse et d’enthousiasme. Hors cette assistance est composée en théorie de personnes sages et intelligentes. Les magiciens réclament-ils aussi du pain et des jeux ? Ou sont-ils aussi cons que leurs balais ? La troisième épreuve est la plus drôle. Un gigantesque jardin français, vu du ciel, qui se résume à quelques couloirs de haies vu du sol et où tous les protagonistes se rencontrent rapidement et hésitent à peine pour localiser le lieu ou est entreposé le trophée. Qui est en fait un piège de Voldemort. Et si c’était quelqu’un d’autre, Cedric par exemple, qui avait gagné ? Bon, je suis méchant, c’est vrai. Mais ceci n’est qu’un échantillon des masses d’incohérences plus ou moins mineures qui émaillent le récit.
Du coté de l’interprétation, il n’y a pas grand-chose à reprocher à nos jeunes comédiens. Emma Watson et Rupert Grint n’ont pas grand-chose à dire ou à faire et Daniel Radcliffe est trop occupée à voler, plonger, ramper et crier pour nous faire profiter de son jeu d’acteur. Quand j’entend dire que les acteurs sont performants, je réponds : « mais nom d’un petit bonhomme, comptez le nombres de répliques ! ». Celui qui cause finalement le plus est Michael Gambon, qui manque d’ailleurs particulièrement de charisme dans le rôle de Dumbledore. Cela est vraiment dommage car le Prisonnier d’Azkaban nous avait présenté ces jeunes comédiens sous un meilleur jour. Dans ce volet, ils ne sont plus que les outils de la narration et non plus ses auteurs.

La conclusion de

Bon, le verdict. Franchement, si ce film n’était pas une licence Harry Potter, je ne pense pas qu’il aurait eu ce succès mondial. C’est vrai, il est graphiquement beau, mais pour plus de $100 millions c’était la moindre des choses. La trame générale reste assez forte et on sent que derrière, il y a quand même un univers construit et cohérent. Le reste est nettement en deçà de ce que j’espérais ; un scénario bâclé, des séquences mièvres, un jeu d’acteur diminué, des nuées d’incohérences. Non, non, et non… Cette Coupe de Feu ne m’a pas convaincu du tout. Maintenant, il est vrai que tout le monde s’en fout un peu…

Que faut-il en retenir ?

  • Des effets spéciaux superbes
  • La trame générale dense

Que faut-il oublier ?

  • Scénario bâclé
  • Film tape-à-l’œil
  • Jeu d’acteur en régression
  • De nombreuses incohérences

Acheter Harry Potter et la Coupe de Feu en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Harry Potter et la Coupe de Feu sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Harry Potter

En savoir plus sur l'oeuvre Harry Potter