75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Aliens Versus Predator
Aliens Versus Predator >

Critique du Film : Aliens Versus Predator

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 21 octobre 2004 à 0245

Une rencontre de Titans… pour un film oubliable !


Quant je parle d’Alien, j’ai mon petit cœur qui bat, quel grand moment, quel chef d’œuvre que nous a pondu Ridley Scott en 1979 ! Puis il y eut Aliens, un sommet de plaisir. Puis, en 1987, apparut une nouvelle créature sous la mise en scène de John Mc Tierman, un autre petit bijou de la SF qui fut suivit d’une suite très acceptable de Stephen Hopkins. Si Alien 3 à mon goût apporta un échec dans la saga Aliens, le film de Jeunet me réconcilia avec la saga mythique.
Tous cela pour dire que voir ces deux monstres sacrés du cinéma se réunir avait tout du projet jouissif. Mais voilà Paul WS Anderson n’a pas le talent de ses aînés, et il faudra peu de temps pour s’en rendre compte. Première déception : cela se passe sur Terre. Jamais la saga Alien n’était tombée jusqu’ici dans le piège. Bon, en soi, cela n’est pas dramatique, puisque le Prédator lui aime bien nous chasser et cela depuis un sacré temps (La Winchester offerte à Danny Glover dans Predator 2).Mais une confrontation sur LV4-26 avant l’arrivé du Nostromo aurait était plus amusante par exemple.
Le film débute par un recrutement de personnes aux professions variées par un certain Bishop (qui est connu de tout bon fan d’Alien). L’entrée en matière est plutôt agréable puisque l’on nous introduit de la recherche archéologique : le groupe partant à la recherche d’une cité aztèque en plein Antarctique. A partir de la découverte du site, Anderson essaie de copier ses anciens maîtres et de faire patienter le spectateur avant la découverte des créatures, et c’est là où le savoir-faire commence à faillir. Car à l’inverse de ses prédécesseurs, le réalisateur est loin de réussir à installer la pression, et à aucun moment on arrive à avoir peur pour le groupe d’humains. N’empêche que par contre les décors tiennent la route, et quant tout se déclenche arrive l’idée d’un labyrinthe changeant toutes les dix minutes, et cela se prête plutôt aisément avec le jeu de la chasse(merci Cube).
A partir de là, intervient la deuxième grosse déception : le personnage de Bishop Wayland étant premièrement mal utilisé par rapport à la continuité alors qu’il est sensé faire le pont avec les autres. Puis avec une énorme incohérence sur le temps de fabrication des œufs d’Alien qui dans ce film arrivent à éclore presque en moins d’une heure après contact. On est loin de la durée établie par la saga. En contrepartie, qu’ils sont beaux nos Aliens avec la bave aux lèvres, et leur ‘charme’ ne meurent pas, on aime toujours les voir.
La troisième déception se situera dans un « l’ennemi de mon ennemi est mon ami » Si l’idée d’une alliance pouvait être intéressante, la façon dont c’est amené frise le ridicule total, Anderson prend les gros sabots et caricature un maximum l’alliance de même que son final, trop feu d’artifices pour rendre l’action crédible. Alors bien sûr, si Anderson avait traité dès le départ de façon démesurée, cela aurait rendu une approche « comics » de la chose, mais pour cela il aurait fallu mettre un poil plus de rouge et de scènes chocs.

La conclusion de

Les décors réussis et le plaisir de retrouver les deux créatures les plus fun de la Science-Fiction ne suffisent pas à sauver le film d’un trop grand nombre d’incohérences, d’interprétations trop lisses et d’une mise en scène ne sachant jamais si elle doit opter pour un aspect « comics » ou « sérieux ». Un manque d ‘exercice d’équilibre qui tend à prouver que n’importe qui ne peut pas approcher l’univers des deux créatures. Un film cependant regardable mais oubliable. De deux monstres sacrés on attendait mieux.

Acheter Aliens Versus Predator en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Aliens Versus Predator sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Aliens Versus Predator

En savoir plus sur l'oeuvre Aliens Versus Predator