Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Tarkin [2016], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le vendredi 10 avril 2020 à 09h00

Tarkin à l'initiative

Univers officiel.

« Cinq années standard se sont écoulées depuis que Dark Sidious s'est autoproclamé Empereur de la galaxie. La violente Guerre des Clones n'est plus qu'un lointain souvenir et Dark Vador, l'Apprenti de Sidious, est parvenu à traquer la majorité des Jedi ayant survécu à l'effroyable Ordre 66. Sur Coruscant, un Sénat docile ovationne chacun des décrets de l'Empereur et les populations des Mondes du Noyau se réjouissent de retrouver une certaine prospérité. »

Le nouveau canon officiel de la licence Star Wars version Disney propose une continuité renouvelée censée être plus solide en ce qui concerne la juxtaposition des œuvres dérivées devant se greffer aux films. Néanmoins, cette nouvelle continuité n'est pas à un recyclage près...

Pour le fan de Star Wars de longue date, le nom de James Luceno est loin d'être inconnu. L'auteur américain a écrit de nombreux récits de l'ancien Univers Etendu depuis le tournant des années 2000. Des œuvres telles que Vent de trahison, La Force unifiée, Le Labyrinthe du mal ou encore l'excellent Dark Plagueis ont enchanté nos lectures... Le dernier roman cité fut d'ailleurs l'élément déclencheur qui explique ce Tarkin dont on peut imaginer qu'il fut pensé avant le reboot de l'Univers Etendu puisqu'il fut le premier roman canon à sortir en 2014 en version originale. L'auteur s'éloigne ici de la biographie qu'il avait tissé pour Dark Plagueis avec une aventure mettant en avant le Grand Moff Tarkin aux débuts de l'Empire aux côtés de Dark Vador tout en permettant d'en apprendre plus sur le destructeur d'Alderaan dans Un Nouvel Espoir.

Le roman se déroule principalement cinq ans après les événements de La Revanche des Sith où le simple Moff Tarkin dirige la base Sentinelle où se déroule la construction d'une arme dévastatrice encore très secrète. Cette base est attaquée par des pirates maîtrisant une technologie très avancée. Une attaque qui va de pair avec la convocation de Tarkin par l'Empereur Palpatine sur Coruscant. Le dirigeant de l'Empire met en charge Tarkin et Dark Vador de découvrir les auteurs de l'attaque et de les traquer impitoyablement. Ça sera l'occasion pour l'Empereur de voir collaborer les deux personnes qu'il considère comme ses plus fidèles et plus capables serviteurs. Une épreuve du feu pour Tarkin qui va devoir se montrer à la hauteur de cette confiance lui rappelant les périls qu'il a affronté pour en arriver à cette position.

Sans être mauvais, le roman s'avère néanmoins être une légère déception. D'abord parce qu'il s'agit de James Luceno et surtout parce que l'intrigue devant servir de moteur au roman est quand même bien faiblarde. Les attaques par des pirates/dissidents/proto-rebelles manquent clairement d'envergure. Surtout qu'elles viennent d'un petit groupe ayant une force de résistance légèrement tirée par les cheveux. Et quand on nous les présente, on a vraiment du mal à s'attacher à eux tant on peine à les distinguer. Cette menace manque vraiment de consistance ne permettant pas vraiment au duo Tarkin-Vador de briller... James Luceno trimballe donc cette intrigue faiblarde dans un roman qui n'arrive à passionner que très rarement en ne démarrant vraiment qu'au bout de 150 pages sur 375...  Si vous accepté ce rythme lent rempli de conversations et considérations assez creuses, vous aurez néanmoins le plaisir de voir les méchants de l'Empire sur le devant de la scène se trouvant assez conformes à ce qu'on aime chez ces personnages détestables.

On en apprend ainsi beaucoup sur le fonctionnement de l'Empire, de sa formation mais aussi quelques informations sur Palpatine comme l'identité confirmée de son maître voire son prénom... Wilhuff Tarkin se découvre aussi en tant que personnage qui mélange le bourgeois de province et une éducation à la spartiate (que je trouve très discutable mais cela n'engage que moi). On nous apprend comment il est devenu l'homme impitoyable qu'il est et comment il a gravi les échelons pour contrôler l'Etoile Noire. D'ailleurs ne vous attendez pas à en apprendre plus sur la station qui est quasiment absente du roman. Vu la production de Rogue One en même temps que l'écriture du roman, c'était inévitable. On apprécie quand même le roman car James Luceno a du talent pour faire fourmiller de détails ses histoires avec des références à toutes les œuvres et la reprise de personnages et lieux de l'ancien Univers étendu. Luceno nous a souvent prouvé qu'il était possible de créer de bons romans Star Wars en s'éloignant du tout pour l'action. Dommage qu'il ait échoué à développer une histoire tenant vraiment la route pour cimenter ce roman...

La conclusion de à propos du Roman : Tarkin [2016]

Auteur Bastien L.
60

Tarkin est une semi-déception car le postulat de base pour nous présenter ce personnage iconique, ainsi que l'Empire, est vraiment trop peu travaillé et passionnant pour offrir une lecture vraiment agréable. Néanmoins le fan pourra y trouver son compte avec un trio Palpatine-Vador-Tarkin qu'il est appréciable de voir évoluer et beaucoup d'informations bien présentées...

On a aimé

  • Tarkin et Vador sur le devant de la scène
  • On en apprend beaucoup sur l'Empire et Palpatine
  • Le talent de James Luceno

On a moins bien aimé

  • Une intrigue faiblarde
  • Des "ennemis" trop peu mémorable
  • Il y avait tellement mieux à faire

Acheter le Roman Star Wars : Tarkin [2016] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Star Wars : Tarkin [2016] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Star Wars