75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Abysse #3 [2013], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le jeudi 22 février 2018 à 09h00

Un roman qui a de la Gueule

« Au cœur du Temple Jedi, sur Coruscant, se trouvait le Bloc Asile, un cube de transparacier occupant le centre d'une cour secrète bordée de rangées impeccablement alignées d'olbios en pot. A travers le feuillage des arbres, Leia Solo pouvait apercevoir au premier étage Seff Hellin agenouillé dans un coin près de la façade de sa cellule. Il contemplait fixement les jointures ensanglantées de ses doigts, l'air surpris que des heures passées à marteler de ses poings un angle de sa prison soudé par fusion puissent les avoir mis dans cet état. Dans la cellule voisine, Natua Wan épuisait ses ongles à gratter sans relâche la serrure de sa porte, dans l'espoir vain d'en insérer un dans le système de verrouillage magnétique qu'un nanoscalpel n'aurait pu forcer. »

Après deux romans aussi sympathiques que frustrants, c'est au tour de Troy Denning de s'occuper du Destin des Jedi. Et on en demande plus pour cette saga surtout avec un tel auteur à la barre.

Sur le même modèle du Nouvel Ordre Jedi, et surtout de L'Héritage de la Force, cette saga de l'Univers étendue se déroulant plus de 40 ans après les événements de la trilogie est un travail collaboratif. Troy Denning faisait déjà parti de ces aventures et a largement contribué à façonner cet univers étendu (devenu Legends) grâce à des romans références comme Etoile après Etoile et Enfer. On attendait donc beaucoup de cet Abysse afin d'enfin démarrer une intrigue qui s'annonce complexe eque dramatique pour la famille Skywalker-Solo.

Rappel des épisodes précédant :  la nouvelle chef de l'Alliance Galactique, l'ancien impériale Daala, souhaite mettre sous tutelle les Jedi qui peuvent devenir des Sith dès qu'ils pètent un câble. Cette défiance à entraîné l'exil de Luke Skywalker et son fils Ben afin de découvrir les raisons qui ont poussé Jacen Solo à devenir un Sith. Prochaine étape pour eux, l'Amas de la Gueule, sorte d'amas de trous noirs et ancienne base Jedi où étaient cachés les jeunes Jedi il y a 15 ans. Ces jeunes Jedi qui ont ensuite souffert des graves crises de paranoïa décrites dans les deux premiers tomes. Luke et Ben s'avancent donc vers cette sombre menace pendant que Jaina Solo et sa famille se lancent dans une guerre froide avec Daala afin de protéger les Jedi. En parallèle, on se concentre aussi sur l'apprentie Sith de la planète Kesh, Vestara Khai, lancée à la poursuite, avec son maître, de la sphère d’entraînement Sith, Vaisseau.

L'intrigue est donc divisée en trois parties et cette nouvelle épopée continue de nous faire explorer les bizarreries de la galaxie Star Wars. Cette fois-ci la Gueule nous permet d'explorer le monde des ombres que les individus peuvent explorer en détachant leur esprit de leur corps. Luke et Ben sont ainsi guidés par les Arpenteurs d'Esprit aux motivations troubles tant une sourde menace se fait sentir dans la gueule. Cette découverte s'avère plaisante à lire et assez surprenante en ce qui concerne les écrits Star Wars permettant aussi d'offrir des scènes fortes en émotion. On apprécie aussi les tribulations compliquées de Vestara sur une planète hostile où elle subit les étranges jeux de pouvoir qui régissent la tribu Sith à laquelle elle appartient. Ce jeune personnage s'avère au final assez attachant. On reste plus sceptique face aux événements qui se déroulent sur Coruscant qui nous offrent toujours la même rengaine : des Jedi qui perdent la raison, une Daala qui veut les museler et la famille Solo avec quelques considérations politiques en fond.

On s'attendait donc à un roman plus rythmé avec des révélations importantes ou au moins l'identification du véritable principal ennemi de cette saga. On ressort donc frustré au bout des 300 pages (sur 400) du roman avant qu'un final nous procure enfin des frissons et des scènes excitantes à se mettre sous les yeux. Troy Denning est toujours aussi talentueux pour faire vivre nos personnages préférés comme des petits nouveaux. La relation entre Luke et Ben est vraiment intéressante et on souhaite que Vestara soit plus présente dans les prochains romans. Malheureusement, le livre n'évite pas certain écueils comme une certaine redondance des événements sur Coruscant ou la relation Jaina-Jagged qui fait du surplace depuis 15 livres... De même, les scènes dans le royaume des ombres peuvent parfois laisser sceptique quand on connaît bien l'univers. Enfin on note quand même beaucoup de fautes concernant les noms propres dans la traduction de ce roman....

La conclusion de à propos du Roman : Abysse #3 [2013]

Bastien L.
75

On attendait que Troy Denning réveille enfin cette nouvelle saga au bout de trois romans. Le contrat est en partie rempli grâce à 100 dernières pages de haute volée. On apprécie aussi le talent de l'auteur pour faire vivre la multitude de personnages que comporte le récit ainsi que l'exploration plus poussée qu'il nous fait de la galaxie Star Wars. Néanmoins certains passages n'apportent pas grand-chose et le livre est avare en révélations.

Que faut-il en retenir ?

  • L'arrivée de Troy Denning sur cette saga
  • Les tribulations de Luke et Ben Skywalker
  • Le final

Que faut-il oublier ?

  • L'intrigue globale qui fait du surplace
  • Ce qui se passe sur Coruscant
  • Trop de fautes

Acheter le Roman Star Wars : Le Destin des Jedi : Abysse [#3 - 2013] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Star Wars : Le Destin des Jedi : Abysse [#3 - 2013] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Star Wars