Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Chewbacca [2016], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le mardi 30 juin 2020 à 09h00

Carpette ambulante à la rescousse !

Quand Marvel récupéra les droits d'adaptation de l'univers Star Wars en comics, il fut décidé de lancer plusieurs mini-séries consacrées aux héros de la Trilogie Originale dès 2015. Donc après la Princesse Leia et Lando, ce fut au tour de Chewbacca.

Chewbacca est un des personnages secondaires les plus iconiques de la licence Star Wars, un héros alien au caractère prononcé et au grand cœur capable de nous émouvoir, de nous faire rire comme de faire parler ses muscles. On attendait donc cette aventure d'abord parce qu'il en est le véritable héros, sans être accompagné de Han Solo, et parce qu'on voulait savoir ce que le nouveau canon allait créer pour lui. Pour relever le défi, Marvel confia la tâche au scénariste Gerry Duggan (DeadPool, Hulk...) accompagné du dessinateur Phil Noto (Jonah Hex, X-Men, La Veuve Noire...) au style si particulier. Comme pour les autres mini-séries citées plus haut, l'histoire se déroule juste après Un Nouvel Espoir.Le grand pari de cette oeuvre est aussi que l'équipe créative a décidé de ne pas traduire les interventions de notre Wookie préféré...

Chewbacca est en mission dans cette histoire. Une mission effectuée en solitaire dont on ne sait rien mais qui se fait dans un chasseur tellement endommagé que le Wookie doit atterrir en catastrophe sur la planète Andelm IV. Il y fait la rencontre de l'adolescente humaine Zarro qui lui demande de l'aide contre l'esclavagiste Jaum. Zarro et son père travaillent pour rembourser leurs dettes dans des mines exploitant des vers servant à la production des lasers de blasters. Chewbacca va donc accepter de mettre en pause sa mission pour sauver les esclaves de cette organisation criminelle travaillant pour l'Empire. Une mission noble pour notre Rebelle qui lui rappelle forcément son ancienne condition d'esclave...

L'histoire de Gerry Duggan est trop classique quand bien même elle s'avère efficace. On en reparlera évidemment avec les dessins mais cette mini-série semble jouer à fond le côté enfantin. L'histoire est simple, les méchants sont des méchants sans nuance, la violence est plus suggérée que montrée et l'héroïne est une adolescente... Sans oublier l'aspect peluche et le caractère assez comique de Chewbacca qui achèvent le tableau. Cet aspect enfantin peut autant plaire que rebuter... A vous de juger. Au moins, le personnage principal est bien traité et son binôme avec Zarro s'avère intéressant comme la découverte d'une nouvelle planète. Mais encore une fois, la simplicité de l'histoire empêche de donner une vraie épaisseur aux personnages secondaires et la dernière partie est un peu précipitée. La volonté de ne pas traduire Chewbacca fonctionne bien la plupart du temps même si cela s'avère frustrant une fois : lors de la sublime scène finale qui aurait tellement méritée plus de précisions tant elle apporte sur le personnage. Seule cette scène permet d'enrichir un peu l'univers Star Wars car cette aventure, comme les autres mini-séries, n'apportent pas grand chose si ce n'est voir un héros en action.

On sent directement dans les dessins de Phil Noto son passé d'animateur chez Disney tant sa "personnalité artistique" semble tirée des productions animées du nouveau propriétaire de Star Wars. Renforcés par une coloration très chaude, les dessins de Noto respirent la douceur et s'avèrent très efficaces pour croquer comme il se doit la boule de poils géante qu'est Chewbacca. Alors il faut avouer que les personnages secondaires ne bénéficient pas du plus grand soin au niveau visages et que les premières parties sont assez chiches en décors mais le style de Noto fonctionne de bout en bout. Le découpage classique permet de rendre dynamique l'action même si Noto abuse un peu d'effets de flou ou de vitesse à l'aide de l'informatique. Mais son style tout en rondeurs accroche vraiment l'oeil. Son character design et son traitement des villes offrent une sensibilité européenne à son œuvre qui n'est pas désagréable. Et comme pour l'histoire, le final est génialement mis en scène.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Chewbacca [2016]

Auteur Bastien L.
60

Chewbacca se lit sans déplaisir mais manque quand même d'ambition notamment en ce qui concerne son histoire trop simple et son aspect enfantin assumé. Le style très réconfortant de Noto fonctionne bien. Une aventure de Chewbacca qui rend justice au personnage mais qui s'avère malheureusement dispensable.

On a aimé

  • L'ambiance innocente peut plaire
  • Une histoire efficace
  • Les dessins en douceurs de Phil Noto

On a moins bien aimé

  • L'ambiance innocente peut déplaire
  • Histoire un peu simpliste
  • La finition des dessins assez décevante

Acheter la Bande Dessinée Star Wars : Chewbacca [2016] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Star Wars : Chewbacca [2016] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Star Wars