75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Epilogue #33 [2020], par Frédéric M.

Avis critique rédigé par Frédéric M. le mercredi 5 février 2020 à 19h00

Fin des épreuves

À l'occasion de la sortie en France le 30 ah bah non ils l'ont avancée au 15 janvier 2020 du dernier tome de la série The Walking Dead, Scifi-Universe revient sur la série qui a marqué les années 2000, avec les critiques des derniers épisodes jusque là absents de nos colonnes.

Longtemps annoncé pour sortir pendant le FIBD d'Angoulême, le tant attendu dernier épisode aura donc été avancé de 15 jours. Une manière de reproduire la surprise qui avait accompagné la sortie surprise du dernier tome aux Etats-Unis (des numéros postérieurs au 193 avaient été annoncés, et leurs couvertures conçues pour parfaire l'illusion dans les catalogues).

Commençons par le détail qui fâche dans cette sortie française : l'avoir attendue si longtemps. Le tome 193 est sorti aux US en juillet 2019 et le dernier volume français programmé l'était alors pour octobre. Il n'aurait pas été compliqué de sortir un tome plus épais - Vainqueurs avait créé un précédent en étant notablement plus gros que les autres volumes de la série (160 au lieu de 132). Alors oui, La fin du voyage comptait déjà 145 pages, et avec les 75 de l'épilogue, il serait monté à 220. Mais enfin, outre-Atlantique ils semblent y être arrivés, donc... La lettre ouverte de Kirkman en fin de tome, où il exprime sa satisfaction de terminer sa série sans avoir à entamer un nouveau compendium (des volumes encore plus importants que les français) dans l'édition américaine fait à ce sujet un peu grincer des dents. Allez, c'est dit, passons à l'oeuvre en elle-même !

 

Divulgachons modérément : personne ne va mourir dans cet album. La tension ne va pas monter à son comble pour savoir comment les héros vont s'en sortir. Kirkman et Adlard nous présentent juste le monde tel qu'il est devenu désormais. En cela, il s'agit bel et bien d'un épilogue : une partie du récit qui se situe après l'action principale et qui s'intéresse au devenir des personnages.

Cette histoire finale présente nombre des personnages auxquels les lecteurs se sont attachés et évoque leur devenir. Vous pensez qu'il y en a trop et qu'il est impossible de tous les passer en revue ? Vous avez raison : beaucoup sont oubliés, mais vous serez sans doute frappés du nombre de personnages dont vous aurez des nouvelles, et avec quelle élégance elles sont amenées.

Suite aux événements survenus dans La Fin du voyage, le grand absent de ce tome est celui dont finalement on parle le plus, sans surprise. Cela pourrait tourner au panégérique un peu agaçant voire angélique - autant de la part des personnages que des auteurs - mais c'est aussi un ressort dramatique autour duquel tout s'est fabriqué. Dans Sang pour sang, Kirman s'intéressait à la fabrique de l'ennemi, ici il parle de la fédération d'une nation. Dans un cas comme dans l'autre, cela passe par quelques mensonges.

En quelques pages, nous découvrons d'immenses communautés, qui ne s'étendent plus désormais dans la proche banlieue de Washington ou jusqu'à l'Ohio, mais jusqu'à la côte ouest. Tout est plus lent désormais, mais tout se reconstruit, dans cette spirale ascendante que nous ont toujours dessinés les auteurs de la série. Tout est présenté si vite sans pour autant être baclé, avec une telle richesse, qu'on se plait à imaginer ce que seraient les développements futurs de cette histoire, ou les spin-offs en miroir : comment cela s'est-il passé à l'Ouest ?

Autre tour de force : aucun personnage, aussi décrié soit-il durant ces quelques 75 pages (dont un cahier de présentation), n'est totalement condamnable. Et leurs raisons d'agir comme ils le font seront exposées, justifiées et plus encore : comprises - pas excusées, comprises.

Pour ma part, j'ai refermé cet album avec plus de nostalgie que de tristesse, et pas forcément l'envie de tout relire, tant les survivants ont l'air d'avoir atteint un état de bonheur loin des épreuves qu'ils ont traversées. Un peu de repos après tant de tourments ? Ils l'ont bien mérité.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Epilogue #33 [2020]

Frédéric M.
95

La fin d'une série dont les auteurs auront su lui apporter une fin et une conclusion cohérente. Chapeau bas.

On a aimé

  • L'élégance de cet épilogue;
  • Sa densité;
  • La diversité des points de vue.

On a moins bien aimé

  • C'est trop court ! (mais en vrai c'est bien) ;
  • L'attente fut trop longue par rapport à la sortie US.

Acheter la Bande Dessinée Walking Dead : Epilogue #33 [2020] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Walking Dead : Epilogue #33 [2020] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Walking Dead