75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Pourri jusqu'à l'os #31 [2019], par Frédéric M.

Avis critique rédigé par Frédéric M. le mercredi 22 janvier 2020 à 19h00

La frontière entre le bien et le mal

À l'occasion de la sortie en France le 30 ah bah non ils l'ont avancée au 15 janvier 2020 du dernier tome de la série The Walking Dead, Scifi-Universe revient sur la série qui a marqué les années 2000, avec les critiques des derniers épisodes jusque là absents de nos colonnes.

La couverture de ce tome laisse penser à la fin du Commonwealth, cette ville idéale aux allures d'état policier discret où la société pré-apocalypse a repris ses droits, avec ses inégalités. Les tensions sont palpables et les abus flagrants... pourtant certains personnages y trouvent leur compte, ou tout du moins voient les avantages d'un tel lieu.

Toute la question qui va se poser tient en un mot : comment ? Comment transformer cet endroit en une société plus juste, plus égalitaire, sans compremettre sa sécurité ou la faire sombrer dans le chaos (et donc la détruire) ?

La plupart des personnages principaux ont leur avis sur la question : Michonne souhaite la réformer de l'intérieur - une option souvent choisie par les privilégiés qui veulent y aller en douceur, c'est à dire garder un maximum de privilèges ou du moins d'avantages sans trop brusquer les choses et donc d'y laisser des plumes. Dwight de son côté veut y mener une révolution, ce que Rick réprouve, car lui-même saisit trop les enjeux. La perte récente d'Andréa est utilisée par Kirkman comme un garde-fou pour Rick qui a déjà vu trop de personnes tomber. Il ne lui serait pas supportable de voir d'autres humains mourir parce qu'ils ont un désaccord, beaucoup moins violent par ailleurs que celui qui les opposait aux Saveurs.

Exposées ainsi, ces grandes lignes (politiques) ne font pas un récit, encore moins un récit d'horreur - même si la série est désormais vendue comme "série de survalisme" par l'éditeur français - un mot à la mode qui pourtant traduit bien ce qu'est devenue la série au fil du temps.

Le talent de Kirkman va donc être de proposer de traduire ces opinions, ces intentions, en une histoire et cela va passer par les personnages, comme toujours dans The Walking Dead. Les gardes du Commonwealth ne sont pas pourris : ils servent un système. Milton n'est pas folle : elle tient l'ordre et le respect de la vie humaine en haute estime. Dwight n'est pas un fou sanguinaire, il est juste révolté contre l'injustice. Rick n'est pas un timide : il a juste peur de mal faire. Il est par ailleurs appréciable que le personnage principal n'arrive pas avec ses convictions toutes faites et sur le comment résoudre cette crise. Il n'y a pas d'homme ou de femme providentielle dans The Walking Dead - tout au plus des individus qui inspirent la confiance par l'expression de leurs doutes sincères et leur envie de bien faire.

Toutes ces failles, toutes ces hésitations, tous ces emportements sont présentés au sein d'un album qui alterne les séquences d'action surprenante avec les moments plus intimes. Il flotte un parfum de fin bien logique - surtout a posteriori - mais de fin qui sent le souffre... la colère qui couve explosera-t-elle ?

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Pourri jusqu'à l'os #31 [2019]

Frédéric M.
80

Pourri jusqu'à l'os inscrit une fois de plus The Walking Dead dans les grands récits de l'imaginaire : ceux qui nous font réfléchir sur notre monde et notre société. On pourra peut-être reprocher un manque de subtilité dans cette réflexion, mais la voir apparaître dans "une petite histoire de zombies" n'en est que plus étonnant - et lui confère au final toute sa valeur.

On a aimé

  • La diversité des points de vue;
  • L'alternance action / critique;
  • Rick n'a pas de solution toute faite.

On a moins bien aimé

  • Dwight, Dwight, Dwight... pourquoi es-tu devenu ce marteau qui cherche des clous à enfoncer (comme dirait Negan) ?

Acheter la Bande Dessinée Walking Dead : Pourri jusqu'à l'os #31 [2019] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Walking Dead : Pourri jusqu'à l'os #31 [2019] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Walking Dead