75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Opportunités #24 [2015], par Frédéric M.

Avis critique rédigé par Frédéric M. le mercredi 25 décembre 2019 à 19h00

Inévitable escalade

À l'occasion de la sortie en France le 30 janvier 2020 du dernier tome de la série The Walking Dead, Scifi-Universe revient sur la série qui a marqué les années 2000, avec les critiques des derniers épisodes jusque là absents de nos colonnes.

Ce vingt-quatrième tome de la série s'ouvre sur une situation banale dans ce monde apocalyptique : comment avoir droit au bonheur après avoir survécu jusque là ? Est-il possible d'oublier ou mieux de se pardonner malgré les actes commis, volontairement ou non ?

Car comme d'habitude, au delà de la reconstruction d'une civilisation, sur un modèle somme toute assez pastoral où les communautés vivent des fruits de la terre et s'entraident - oui, même les Sauveurs - demeure la reconstruction des individus. Il n'est pas nouveau que Robert Kirkman s'intéresse aux personnes et aux relations qu'elles tissent entre elles pour faire avancer son histoire. Les arcs de Michonne et de Carl sont les plus intéressants - même si celui de Negan fascine comme un soleil noir, son évolution (ou plutôt le maintien de la conviction qu'il a acquise à la fin de Guerre totale) est plus évidente. Bien sûr personnages et lecteurs doutent de sa sincérité, et c'est son intégrité mise au service d'un nouveau but qui permet au personnage de conserver tout son intérêt.

Carl, de son côté, grandit. Les actions qu'il entreprend de son propre chef sont risquées mais animées d'une volonté (protéger les gens auxquels il tient) que ne peut renier son père. La partie la plus intéressante de sa progression tient cependant à un détail : il ne porte plus ses lunettes. Il n'a plus honte de sa blessure - et à travers cette plaie assumée, il force les autres à le regarder comme il est : meurtri mais vivant. Un constat qu'il partage pour le reste du monde dans lequel les protagonistes évoluent.

Pour revenir à Michonne, elle pose frontalement les questions du remords et du pardon - question déjà soulevée par Abraham et Rick dans Vers quel avenir ? Alors la série tournerait-elle en rond ? Pas si sûr : elle continue certes d'exploiter les mêmes thèmes, mais dans un contexte beaucoup moins précaire pour les personnages. Une société se reconstruit, mais les gens qui la composent ont connu l'avant et en gardent des fêlures (euphémisme). Et finalement, c'est la question de cette reconstruction et d'un choix de société qui sert de trame de fond à cet opus.

Rick et tous ceux qui lui font confiance ont opté pour une société sédentaire où le progrès a sa place, et où une justice raisonnée doit être mise en place (comme l'éprouve Maggie). Les Chuchoteurs, eux, surintellectualisent l'humanité en lui faisant perdre une partie de ses émotions. Le discours d'Alpha brille d'ailleurs par sa folie contradictoire : elle dit se sentir vivante en expérimentant les dangers d'une vie nomade au milieu des marcheurs, mais rejeter les émotions négatives qui entravent l'animalité humaine. Ses arguments ne convainquent bien sûr par Rick, mais son pouvoir de nuisance étant réel, le tome ne peut se conclure que sur l'annonce d'un nouvel affrontement.

Petit plaisir de la relecture : reparcourir cet album à la lueur de ceux qui suivent, et notamment des tomes de l'arc narratif conclusif mettant en scène le Commonwealth, montre que le scénariste connaissait sans doute déjà la forme qu'il voulait donner à cette fin. En effet, les éléments qui constitueront les principaux ressorts de ce dernier moment sont soigneusement placés ici et là comme autant de fusils de Tchekov qui détonneront avec d'autant plus de fracas.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Opportunités #24 [2015]

Frédéric M.
90

Opportunités foisonne d'idées et de thèmes qui soutiennent les nombreuses histoires qui s'y déploient. La tension y monte jusqu'à un final hallucinant, tout en préparant la suite sur de nombreux épisodes.

On a aimé

  • La construction du récit;
  • la préparation des derniers épisodes;
  • le renouvellement des thèmes.

On a moins bien aimé

  • Je vous laisse me partager vos avis négatifs, ici je n'en trouve pas.

Acheter la Bande Dessinée Walking Dead : Opportunités #24 [2015] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Walking Dead : Opportunités #24 [2015] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Walking Dead