75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : La ligne blanche #29 [2018], par Frédéric M.

Avis critique rédigé par Frédéric M. le mercredi 15 janvier 2020 à 19h00

Reconstruction, exploration et exil

À l'occasion de la sortie en France le 30 janvier 2020 du dernier tome de la série The Walking Dead, Scifi-Universe revient sur la série qui a marqué les années 2000, avec les critiques des derniers épisodes jusque là absents de nos colonnes.

Les chuchoteurs ont été vaincus. La victoire fut amère - mais les pertes bien moindres que ce qu'elles auraient pu être. Vient le temps de la reconstruction... et de l'exploration. Il est temps d'aller voir qui est à l'autre bout du fil de cette radio qu'a reconstruite Eugene et découverte par Siddiq.


Le rythme du tome est très lent, partagé entre le retour à la vie normale, la reconstruction de la Colline, les deuils qui démarrent et au final, la vie qui continue. Pendant ce temps, le groupe de Michonne progresse vers cette mystérieuse communauté et rencontre l'un des personnages les plus déjantés de la série.

Le final, centré sur Negan, est de toute beauté. Evidemment, c'est ce qu'on retient le plus, mais peut-être à tort. D'aucuns pourront reprocher le côté "petite maison dans la prairie de cet album", avec des gens qui construisent des granges, des petites romances (et une ou deux tensions larvées) mais l'album fonctionne par contraste : d'un côté, les villages autour d'Alexandria fourmillent d'activité. De l'autre... le monde est devenu désert. Le périple d'Eugène, Michonne et les autres vers l'Ohio est étonnament calme et traduit bien le changement qui s'est déroulé durant les années qui ont suivi l'apocalypse.

Désormais et comme c'était annoncé à la fin de Vainqueurs, les morts-vivants ne sont plus qu'un phénomène naturel comme un autre. Les guerres sont finies et désormais la civilisation va pouvoir reprendre sa place. Mais quelle civilisation ? Ce sera le sujet des prochains tomes constituant le dernier arc narratif de la série.

A noter, parce que depuis le tome 20 je souhaite en parler : il faut souligner l'incroyable travail de Stefano Gaudiano sur l'encrage qui apporte une nouvelle précision aux dessins de Charlie Adlard. Il atteint ici le sommet de son art - et cela profitera à tous les derniers albums.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : La ligne blanche #29 [2018]

Frédéric M.
80

Comme d'habitude après chaque conflit majeur, Adlard et Kirkman proposent un album de transition qui présente l'air de rien les enjeux pour la suite. La survie n'étant plus une question, reste la problématique discutée depuis le début par The Walking Dead : qu'est-ce qui fait de nous des humains ?

On a aimé

  • La qualité renouvellée des dessins ;
  • La présentation du monde extérieur ;
  • Le final avec Negan.

On a moins bien aimé

  • Dommage que la série soit en noir et blanc pour le blouson de Princesse !

Acheter la Bande Dessinée Walking Dead : La ligne blanche #29 [2018] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Walking Dead : La ligne blanche #29 [2018] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Walking Dead