75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Renégat #6 [2010], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le vendredi 12 juillet 2019 à 09h00

A la recherche du tome 5.5

Univers Légendes

La série Legacy poursuit sa bonne tenue malgré des albums un peu moins passionnant que d'autres. Mais c'est surtout des choix éditoriaux surprenants qui vont plomber cette série située loin dans le futur de Star Wars.

Ce sixième tome présente ainsi trois histoires dont les deux premières quittent les personnages principaux pour se concentrer sur d'autres protagonistes histoire de mesurer le contexte galactique de la série. Ces deux récits, Un jour de plus et Renégat (qui donne son nom à l'album) sont l'œuvre de l'auteur attitré de la série : John Ostrander accompagné du dessinateur Omar Francia qui avait déjà œuvré sur des histoires présentes sur l'album Indomptable. La première histoire raconte les conséquences des représailles génocidaires des Sith sur les Mon Calamari puisque l'Empereur Krayt a décidé d'exterminer 10% de la population à titre d'exemple. On assiste donc à la fuite et aux combats sous l'eau d'habitants bien décidés à ne pas se laisser faire et trouver des solutions pour fuir la planète tandis qu'un chevalier impérial (fidèle à l'ancien empereur) les aide. On assiste ainsi à une histoire assez rythmée et assez originale pour son milieu aquatique mettant en scène les affrontements entre les soldats Sith et les Mon Calamari équipés d'armures sous-marines assez classes. Ostrander est en grande forme avec cette parabole évidente des génocides du XXème siècle tout en proposant des héros forts et des antagonistes impitoyables. Omar Francia propose toujours son style aussi dynamique avec ses dessins assez cartoon qui fonctionnent très bien. Il se fait d'ailleurs plaisir plusieurs fois en présentant de magnifiques et inquiétantes créatures marines. Une entrée en matière belle et efficace à défaut d'être indispensable.

Le second récit, Renégat, nous propose les conséquences militaires de l'alliance nouvelle scellée entre les forces de l'Alliance Galactique et celles de l'Empereur déchu. Cette alliance a pour but d'attaquer une planète Sith fortement défendue visant surtout à détruire le plus de ses vaisseaux pour diviser encore plus ses forces. Cette magnifique bataille va rapidement devenir une partie de poker entre trois amiraux voulant le plus possible faire jouer leurs intérêts avec des nouveaux alliés pouvant à tout moment redevenir ennemis. John Ostrander se fait ici plaisir avec des dialogues ciselés, des militaires aussi charismatiques que bornés ainsi qu'un combat dantesques. Omar Francia prouve qu'il est aussi à l'aise pour représenter des personnages (humains ou aliens) que pour nous montrer des affrontements entre vaisseaux dans l’espace avec des doubles-pages à faire baver les fans de Star Wars. Si le titre n'est pas des plus indispensables, il a un côté rafraîchissant par rapport au reste de la série permettant surtout de bien enrichir l'univers.

La dernière histoire, la plus longue, remet en avant les héros de la série Legacy afin de poursuivre leurs (més)aventures. Malheureusement, on avait quitté Cade Skywalker et ses alliés avec pour mission d'assassiner le chef de l'Empire Sith Dark Krayt et on les retrouve après cette mission. Ce n'est pas une ellipse avec beaucoup de flash-backs mais parce que cette mission a été racontée dans un crossover des séries de comics Star Wars populaires en 2009 et qui ont été publié en France par Delcourt avec la série Vector. Ce qui fait qu'on a constamment la désagréable impression d'avoir manqué un épisode puisque l'histoire est présente dans une autre série. Surtout que rien ne nous est expliqué par l'éditeur Delcourt dans l'album. Il s'agit quand même d'un affrontement entre le héros de la série et son pire ennemi avec de vrais conséquences sur l'intrigue ! Aucun résumé n'est proposé... De fait le scénario d'Ostrander repose beaucoup sur les conséquences de cet affrontement qui sont sympathiques à lire. Néanmoins, on a du mal à bien comprendre les motivations des personnages puisqu'on ne sait pas trop ce qui s'est passé. Heureusement, les dessins de Jan Duursema sont toujours aussi sublimes avec son style comics tendant vers le « réalisme » toujours aussi puissant quand il s'agit de mettre en action les différents personnages.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Renégat #6 [2010]

Bastien L.
72

Le sixième tome de Legacy, Rénégat, est plaisant à lire de bout en bout. Le mélange d'histoires annexes et de trame principale permet de renouveler un peu cette série avec des récits différents qui explorent avec intelligence l'univers mis en place par John Ostrander sur cette série. Les dessins d'Omar Francia et de Jan Duusema sont quant à eux sublimes. Néanmoins, la dernière histoire est la suite d'un crossover présent dans une autre série en France dont Delcourt est trop muet sur le sujet gâchant un peu le plaisir de lecture.

On a aimé

  • Des histoires annexes vraiment différentes
  • Les dessins aussi beaux que différentes des deux artistes
  • John Ostrander, l'architectecte de l'ancien UE version comics

On a moins bien aimé

  • Qui dit histoire annexe, dit forcément dispensable...
  • Cade Skywalker, toujours trop colérique
  • Très perturbant si on ne sait pas qu'il faut lire une autre série entre les tomes 5 et 6...

Acheter la Bande Dessinée Star Wars Legacy - Saison 1 : Renégat #6 [2010] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Star Wars Legacy - Saison 1 : Renégat #6 [2010] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Star Wars