75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Dark Bane #9 [2007], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le mardi 2 juillet 2019 à 09h00

Une histoire de Dark Bane sans Dark Bane...

Univers Légendes

Dans l'ancien univers étendu Star Wars, Dark Bane était celui qui a réinstauré la fameuse règles des deux Sith jusqu'à Dark Sidious que George Lucas avait mis en avant dans La Menace Fantôme. A ce titre, Dark Bane est un personnage mythique dont l'importance dans l'univers Star Wars était prépondérante. C'est dommage que l'album qui porte son nom ne le mette pas vraiment en scène...

En effet, cet album est la traduction française de la série Jedi vs Sith créée par l'auteur croate Darko Macan et le dessinateur espagnol Ramon Bachs sous l'égide de l'éditeur Dark Horse. Cette mini-série raconte la destinée de trois enfants qui sont enrôlés par les Jedi du fait de leur sensibilité à la force pour grossir les rangs d'une armée stationnée sur la planète verte de Ruusan en proie à une guerre d'enlisement entre Jedi et Sith. Les jeunes héros, Tomcat, Bug et Rain, vont ainsi découvrir les deux camps et comprendre que les deux ordres ont perdu de leur splendeur mais surtout de leur rigueur moral empiétant sur leurs glorieuses puissances. Du côté des Sith, Dark Bane revient sur la planète et semble aussi lucide que cynique envers les siens malgré la présence de son ancienne alliée Githany et la main-mise du chancelant Kaan sur l'ordre. Pour les Jedi, leur moralité vacille et des divisions se font sentir entre le défaitiste Hoth et le vaniteux Farfalla... Sans oublier la présence des créatures intelligentes de Ruusan qui ont pris sous leur aile la jeune Rain.

 

Évacuons directement le premier problème : Sur les 135 pages environ que compte l'album, Dark Bane n'est présent que sur une vingtaine d'entre elles... Il n'est absolument pas la personnage principal d'un album qui porte pourtant son nom. On sent que Delcourt a choisi ce titre français histoire de le ranger dans sa série « Le Côté Obscur » donnant une pratique vraiment discutable... Un défaut qu'on ne peut imputer au scénariste Darko Macan (La Quête de Vador...) même s'il n'est pas non plus exempt de reproches. Son récit assez classique met bien en scène la fin de l'innocence et des illusions d'enfants plonger dans une guerre dont l'absurdité est bien représentée. Il est intéressant de voir que les Jedi comme les Sith se battent plus par logique primaire d'éliminer l'autre que pour de véritables raisons depuis longtemps perdues. Et il y a ce qu'il faut d'action avec des batailles rangées au sabre pour contenter le fan de Star Wars. Néanmoins, les événements manquent cruellement de clarté et on sent que l'histoire est un complément d'une ou plusieurs autres ce qui fait qu'elle a du mal à bien se suivre détachée de son contexte. De plus, les trois gamins peuvent vite s'avérer pénibles. On conseillera donc la lecture de Dark Bane : la voie de la destruction de Drew Karpyshyn (qui recycle des éléments de ce comics) pour comprendre l'origine de ce personnage et la guerre dans laquelle il est impliqué.

 

Les dessins de Ramon Bachs (Au bout de l'infini, Qui-Gon Jinn et Obi-Wan...) sauvent véritablement l'ensemble grâce à son style caractéristique. L'artiste espagnol nous livre une approche forcément très européenne s'adaptant bien au monde du comics avec ses personnages assez cartoon sans jamais trop en faire. Sauf en ce qui concerne Farfalla et son armée qui détonnent beaucoup trop, même pour du Star Wars... L'ensemble assez coloré permet de bien apprécier cette ambiance de guerre. Bachs s'en sort plus que bien sur les scènes d'action avec un véritable déluge de feu et de laser dans des combats assez bien mis en scène. Le dessinateur nous offre quelques pleines pages assez intéressantes tout en réussissant à donner toute leur puissance aux Sith comme aux Jedi. Le travail sur les visages est convancaint et les postures assez classes. Si le résultat final n'est pas à se décrocher la mâchoire, le style de Bachs rend finalement cet album bien plus intéressant à feuilleter qu'à lire.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Dark Bane #9 [2007]

Bastien L.
40

Dark Bane brille surtout par son absence dans cet album qui aurait dû avoir un autre titre en version française. Mis à part ce problème, on reproche surtout une histoire trop classique et des événements trop peu contextualisés donnant la mauvaise impression de se retrouver au milieu d'une série et pas sur un album indépendant... C'est vraiment dommage car il y a de quoi faire plaisir à tous les fans de Star Wars et que les dessins sont de qualité avec un style vraiment original.

On a aimé

  • De l'action entre Sith et Jedi
  • Les dessins de Ramon Bachs
  • Dark Bane est bien là, quelque part...

On a moins bien aimé

  • Une histoire parfois confuse avec des gamins pénibles
  • Une faction Jedi trop particulière
  • Dark Bane joue les guest-stars alors qu'il est en couverture

Acheter la Bande Dessinée Star Wars : Le Côté Obscur : Dark Bane #9 [2007] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Star Wars : Le Côté Obscur : Dark Bane #9 [2007] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Star Wars