75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : À la recherche de Ramsès tome 1 [2014], par Nicolas L.

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 8 mars 2014 à 14h09

Duo de charme en terres de légende

Poursuivant son chat Ramsés dans les couloirs sombres d’un temple dédié à Anubis, la jeune Ishanti emprunte un passage secret qui l’entraine dans un monde bien différent du sien : la forêt du Pélion, jardin de l’Olympe. Là, elle va trouver une amie en Atalante. Une camarade qui risque de se révéler bien utile car, pour avoir transgressé les lois de l’univers, Ishanti met en péril l’avenir du monde. Car son escapade n’est pas passée inaperçue et Seth entend bien conquérir ce nouvel espace… 

Si Atalante est l’un des personnages plus connus de l’univers graphique de Didier Crisse, il est autrement d’Ishanti, qui n’avait, jusqu’à aujourd’hui, bénéficié que d’un seul album dédié. On pensait même ce personnage, sorte d’alter-ego égyptien de l’héroïne grecque, complètement abandonné. Pourtant, c’est bien elle qui, dans ce premier tome de cet Atalante – L’Odyssée, qui joue les premiers rôles, Atalante se voyant un peu relégué à celui de charmant side-kick de luxe.

Le scénario, ludique, léger et doté d’un humour uchronique et gentillet, ne surprendra pas les lecteurs qui connaissent bien le travail de Crisse. Seul est absent le petit coté sexy puisque l’artiste, pour cet album, a confié les crayons à Evana Kisa, une dessinatrice dont le trait évoque à la fois le style Disney (période Hercule) et le genre manga. Il en ressort un aspect enfantin qui pourrait laisser croire que cette bande dessinée est réservée à un public très jeune (une impression appuyée par une colorisation numérique un peu rudimentaire). En fait, s’il est évident que la cosmétique entraine l’œuvre dans le registre de la bande dessinée jeunesse, le récit, par ses clins d’œil et ses références cinématographiques, devrait contenter un lectorat plus âgé.

A noter la présence en fin d’album d’un cahier graphique de huit pages.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : À la recherche de Ramsès tome 1 [2014]

Nicolas L.
70

Au final, les fans de Crisse devraient retrouver avec plaisir les personnages d’Ishanti et d’Atalante (tout en regrettant que l’artiste n’est pas mis en forme lui-même l’aventure) et découvrir sans déplaisir cette intrigue simple mais amusante. Par contre, il pourrait en être tout autrement pour ceux qui découvriraient cet univers, les plus âgés risquant de trouver l’ouvrage aussi peu exigeant techniquement (notamment dans la colorisation) que puéril.

Que faut-il en retenir ?

  • Ishanti et Atalante dans un même album
    Un scénario simple et amusant
    Tout public

Que faut-il oublier ?

  • Il manque le petit coté sexy de l’univers d’Atalante
    Un aspect puéril qui peut déplaire
    Une colorisation numérique un peu trop simpliste

Acheter la Bande Dessinée À la recherche de Ramsès en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de À la recherche de Ramsès sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Atalante