Warning 75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du roman : Death Troopers [2016], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le vendredi 13 mars 2020 à 09h00

Galaxy of the Dead

Univers Légendes

« Le pire, c'était les nuits.
Même avant la mort de son père, Trig Longo en était venu à redouter les longues heures qui succédaient au verrouillage des cellules. Les ombres, les bruits, ainsi que ces abîmes intermittents de silence précaire qui les séparaient. Chaque soir, étendu et immobile sur sa couchette, il fixait le plafond de duracier humide de sa cellule en espérant trouver, ce fût-ce qu'un semblant sommeil. Il parvenait parfois à s'assoupir, bercé par une sensation d'apesanteur réconfortante, mais se réveillait en sursaut le cœur battant, la gorge serrée et le ventre crispé, lorsqu'un prisonnier se mettait à hurler en cauchemardant.
Les cauchemars ne manquaient pas à bord du Purge, barge pénitentiaire impériale. »

Star Wars et des zombies. Que dire de plus ? Le concept en lui-même est bien trop évocateur pour continuer d'étirer inutilement cette introduction.

L'ancien Univers Etendu, que cela soit dans les romans ou les comics, s'est souvent cherché via de nouvelles voies pour exploiter l'univers de George Lucas. Parmi celles-ci, il y eu la volonté de mélanger Star Wars à un univers vraiment sombre plongeant cette galaxie lointaine dans le gore, l'horreur et la peur. Ce fut un spécialiste du genre horrifique, Joe Schreiber, qui fut choisi pour mener à bien ce pari un peu fou. Evidemment, pour limiter la prise de risque, il fut choisi de faire venir les zombies qui étaient à l'époque (le roman est paru en 2009 aux Etats-Unis et seulement en 2016 en France) très à la mode dans tous les types de média notamment les comics The Walking Dead juste avant le raz-de-marée de son adaptation en série TV.

L'action débute dans une barge pénitentiaire de l'Empire, le Purge, qui est censé traverser l'espace pour amener ses prisonniers sur une planète-prison.  On y découvre quelques occupants comme les frères Trig et Kale Longo, fils adolescents d'un contrebandier récemment décédé, la médecin Zahara Cody dont l’humanisme commence à l'isoler du reste du personnel ou encore le gardien Jareth Sartoris aux méthodes trop expéditives. Ces « héros » vivent de l'intérieur une situation de crise : la barge est arrêtée en plein milieu de l'espace proche d'un Destroyer Stellaire quasiment vide alors que des milliers de personnes sont censées le faire fonctionner. Deux équipes menées par Sartoris partent explorer le vaisseau et reviennent contaminés par une étrange maladie qui se propage dans la barge dépassant les compétences de Zahara... Nos quatre personnages vont se retrouver immunisés dans un vaisseau où quasiment tout le monde est mort. Enfin, pas tout à fait morts puisque les infectés vont commencer à se relever...

Autant le dire, le roman peut se comparer à une grosse série B. Du Star Wars à la sauce zombie où le deuxième ingrédient est le plus important. La structure du récit est vraiment calquée sur celle des histoires de zombies mais où le divertissement est plus important que la réflexion pertinente qui accompagne très souvent le genre.  Néanmoins, Joe Schreiber réussit à bien intégrer ce genre codifié à la galaxie Star Wars avec le contexte de guerre de domination galactique de l'Empire et les différentes races que l'on retrouve. Le fan de Star Wars qui aime l'horreur va apprécier cette ambiance pesante et ce parti-pris aussi glauque que gore qui prend place dans un Destroyer Stellaire. Les inspirations lorgnent autant vers le cinéma de George A. Romero, ainsi que 28 jours plus tard ou encore Aliens. Le tout s'avère finalement assez classique et plutôt bien rythmé même si le roman, assez court, ne réussit jamais à se démarquer de son aspect série B purement divertissante tant dans les situations que dans le style. On peut aussi reprocher à l'auteur (ou à l'éditeur?) l'ajout de deux personnages issus des films dont la présence casse quand même un peu le suspense quand on fait un récit basé sur la survie... Seuls des zombies vraiment spécifiques et différent de ceux de base que l'on connaît bien sauvent le livre tant ils ont été correctement rattachés à l'univers Star Wars.

La conclusion de à propos du Roman : Death Troopers [2016]

Auteur Bastien L.
62

Des zombies, du sang, des tripes, de l'horreur, du glauque et des morts violentes... Dans du Star Wars ! C'était le principal intérêt d'un roman qui attisait vraiment notre curiosité. Au final l'ensemble s'avère sympathique car correctement exécuté mais bien trop classique pour contenter les amateurs d'horreur. Les fans de Star Wars salueront l'exercice qui nous laisse quand même un petit peu sur notre faim...

On a aimé

  • Des zombies sauce Star Wars
  • Très divertissant
  • Une ambiance sombre et violente

On a moins bien aimé

  • Trop classique
  • Peu mémorable au final
  • L'apparition de personnages issus des films

Acheter le Roman Star Wars : Death Troopers [2016] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Star Wars : Death Troopers [2016] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter

Les autres critiques de Star Wars