75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Meurtres en trois dimensions
Meurtres en trois dimensions >

Critique du Film : Meurtres en trois dimensions

Avis critique rédigé par Nhaigraoo le mercredi 28 mai 2003 à 0406

Troisième round pour Jason

Jason assure avec son nouveau look !
Sans surprise, Jason revient pour un troisième épisode. A nouveau, il ne s’écoule qu’un an entre le n°2 et ce n°3. Ca ne laisse que peu de temps pour travailler le script, et disons le tout net : ça se voit. Il n’y aura donc aucune évolution du «concept» déjà pas bien lourd à l'origine : Jason revient et il charcle dans les bois, point barre. Et c'est tout. Jason semble increvable puisqu’il revient après sa présumée mort de l’opus précédent et que les scénaristes ne feront même pas l’effort d’essayer de justifier son retour.
Le seul intérêt du film réside donc à nouveau dans les meurtres successifs auquel il se livre avec monolithisme (le bougre n'a toujours pas prononcé un mot depuis le début de sa carrière !). Aucun suspens puisque pas d’enjeu : on attend sagement chaque nouvelle exécution sommaire. Ce qui sauve le film de l'ennui le plus total, c'est que ces fameux meurtres abondent et qu'ils sont plutôt poilants, comme ce type coupé en deux à la machette alors qu’il fait le poirier ! Dans cet opus, l'ami Jason semble développer clairement sa préférence pour la machette bien affûtée, mais cela ne l'empêche pas d'improviser avec aisance : fourche, hache et couteaux complètent son arsenal.
On ne pourra guère s'attacher aux personnage, qui une fois, de plus, ont autant d'épaisseur et de profondeur qu'une discussion dans le Loft. C’est une habitude dans la série : le casting est composé d’inconnus qui jouent mal. Très mal. Pas grave, on ne leur demande pas grand chose : débiter quelques dialogues caricaturaux avant d'être exterminés.
Originalité du produit : le film est en 3D. Le procédé connaît un certain succès à l’époque, mais cela ne durera pas vraiment. Pas assez convaincant? Il faut bien le dire, la 3D est bien souvent un gadget visuel qui n’apporte pas grand chose au film et qui surtout, ne le sauvera pas si le scénario est déjà désastreux (voir Jaws 3, sortie un an après ce Meurtres en 3 dimensions). Vendredi 13 n°3 étant déjà bien anémique sur ce plan là, ce n’est pas ce petit plus qui fait la différence. Difficile d’ailleurs d’en profiter aujourd’hui sur une image vidéo. On en voit donc que les scories : plein d’objets sont brandis sous notre nez, de la manière la plus gratuite qui soit.
La seule réelle innovation de ce troisième film : Jason trouve enfin le complément idéal de son apparence : le masque de hockey qu’il revêt pour la première fois mais qu’il ne quittera plus.
Surtout, les producteurs ont bien pigé que le public se foutait comme un guigne des victimes de Jason et que c'est lui qui les attire. Du coup, l'ami Jason prend le chemin de l'iconisation comme en témoigne le masque (ça fait un gimmick efficace et simple à reconnaître) mais aussi la mise en scène. Jason apparaît en effet de face et en plein cadre.

La conclusion de

Véritable star du film : le masque de hockey ! C'est à partir de ce film qu'il vient compléter la panoplie de Jason auprès de la sempiternelle machette. Le croquemitaine s'installe dans la durée et on peut tranquillement s'installer pour le suivre dans ses meurtres plutôt marrants, qui surnagent au milieu d'un film médiocre.

Acheter Meurtres en trois dimensions en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Meurtres en trois dimensions sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Vendredi 13

En savoir plus sur l'oeuvre Vendredi 13