75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Jason va en enfer
Jason va en enfer >

Critique du Film : Jason va en enfer

Avis critique rédigé par Vincent L. le samedi 14 février 2009 à 1857

Le spectateur va en enfer...

C'est un fait : les divers long-métrages de la franchise Vendredi 13 n'avaient jusqu'ici jamais brillé par l'originalité de leurs scénarios. Quelque part, nous ne leur demandions pas non plus de réinventer un genre, simplement de rester efficace dans ce qu'ils faisaient, à savoir mettre à mort du puceau en chaleur. Alors lorsque Jason va en enfer a débarqué, annonçant haut et fort que son scénario était le plus brillant qui n'ai jamais été écrit pour la saga, nous nous étions moqué en disant que ce n'était tout de même pas vraiment difficile. Nous étions pourtant à des lieues de ce qui pouvait nous attendre à la vision de ce film qui ne porte plus de Vendredi 13 que le nom. Pour tous les fans, ce fut une injure ; pour tous les autres, ce ne fut qu'un gros nanar qui tâche.

Le long-métrage commence donc comme si de rien n'était, c'est à dire comme si Jason Voorhees n'était pas mort à la fin de L'ultime retour. Visiblement revenu de New York, ce dernier a repris ses vieilles habitudes à Crystal Lake. Mais cette fois, le FBI guête ; alerté par le taux anormalement élevé de morts dans la catégories 15-25 ans - environ 98% - ceux-ci ont envoyé brigades d'intervention et chars d'assaut pour venir à bout du boogeyman. En cinq minutes, l'affaire est bouclé, Jason est mis en pièce par l'artillerie américaine. Désormais transformé en puzzle humain, il est amené à la morgue locale pour subir une autopsie ; c'est alors que le médecin légiste, visiblement curieux, décide de manger le coeur de Jason. Erreur fatale : le tueur de Crystal Lake prend possession de son corps. Il décide alors de partir à la recherche d'un quelconque membre de sa famille, seuls êtres au monde à pouvoir lui redonner son corps d'origine. Ils avaient qualifiés le scénario de "brillant", le terme "crétin" ou "débile" serait nettement plus approprié.


Fait coucou !

Jason va en enfer est donc un joyeux fourre-tout bien geekesque qui ressemble à tout, sauf à du Vendredi 13. On y retrouve, pêle-mêle, des inspirations et clins d'oeil issus de Hidden, de Evil Dead ou de The Thing, on y retrouve même Freddy Krueger himself. En revanche, Jason Voorhees - icone de la saga - n'est présent en tout et pour tout qu'une petite dizaine de minutes pendant le film. On y suit ainsi divers personnages possédés par le démon qui habite le corps de Jason (non, non, vous ne révez pas !) à la recherche de sa demi-soeur oubliée. Sur son chemin, il croisera notamment celui qui est très certainement le personnage le plus grotesque de toute la saga : le chasseur de Jason. Interprété par un Steven Williams tout en subtilité, le chasseur de Jason chasse uniquement Jason Voorhees. Que faisait-il jusqu'ici ? Allez savoir... toujours est-il que malgré son incapacité flagrante, il ne se démonte avsolument jamais, faisant de la vantardise un vrai style de vie ("Quand vous me parlez de Jason Voorhees, je pense à une fillette de huit ans qui fait du vélo sur un tricycle rose !").

Ceci étant dit, inutile de se faire de fausses idées, le film est au final plus consternant que drôle. Malgré les effets visuels corrects mis en place par le K.N.B. EFX Group, la mayonnaise ne prend jamais, le film restant constamment dans un niveau de médiocrité assez affligeant. Ne décollant qu'à l'occasion de deux scènes tellement ratées - le moment où Jason rase la moustache du shérif et l'interview télévisée du chasseur de Jason - qu'elles en deviennent extrêmement drôle et qu'elles transforment de manière très éphémère cet étron cinématographique en sympathique nanar, Jason va en enfer reste ennuyeux à mourir sur près de quatre-vingt dix pour cent de sa durée.


Clins d'oeil, dans l'ordre : Evil Dead, Freddy, Hidden et... Star Wars ?

La raison principale de cet échec tient dans le fait qu'Adam Marcus filme ce scénario on ne peut plus crétin dans un premier degré assez hallucinant. Visiblement certain du potentiel de son scénario - touchante naïveté - il donne à Jason va en enfer un ton on ne peut plus sérieux. Ceci, mêlé à son inexpérience flagrante et son inaptitude à retranscrire un semblant d'ambiance, de tension ou de suspens, rend le film tout simplement ennuyeux. N'ayant même pas la trempe d'un nanar, le film s'apparente ainsi à un pur téléfilm de seconde partie de soirée.

Pour les fans de la saga, ce film est par aillleurs détestable en ce qu'il se moque joyeusement de tout ce que la franchise avait pu mettre en place et, par extension, de tout ce que l'on avait pu aimer dans les divers films. Voir Jason se faire défoncer au tank, découvrir qu'il a une soeur cachée, qu'il est possédé par un ridicule démon rampant, qu'il faut utiliser le nécronomicom pour le ramener en enfer, voici des exemples d'éléments à la fois vexants et énervants dans ce neuvième opus qui a tout de même réussi à démontrer que L'ultime retour et Meurtres en trois dimensions n'étaient finalement pas si mal que ça.

La conclusion de

Massacrant allègrement tout ce qui avait jusqu'ici fait le succès de la saga, Jason va en enfer malmène toute la mythologie Vendredi 13 au gré d'un film aussi ridicule qu'ennuyeux. Nullissime de bout en bout, le long-métrage d'Adam Marcus est une sorte de patchwork mal fichu rassemblant en un seul film tous les fantasmes visuels d'un geek de bas étage. A fuir...

Que faut-il en retenir ?

  • Deux scènes très drôles.

Que faut-il oublier ?

  • Absolument tout.

Acheter Jason va en enfer en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Jason va en enfer sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Vendredi 13

En savoir plus sur l'oeuvre Vendredi 13