75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le tueur du vendredi >

Critique du Film : Le tueur du vendredi

Avis critique rédigé par Nhaigraoo le mercredi 28 mai 2003 à 04:06

Jason passe à l'acte

Jason a des complexes
Après le succès de Vendredi 13, la suite est mise en chantier rapidement : le film sortira un an après. On ne laisse pas refroidir une franchise juteuse. C'est Steve Miner qui remplace Sean S. Cunningham derrière la caméra.
5 ans après les terribles événements de Vendredi 13, on ouvre un nouveau camp au bord de Crystal Lake : mais quand comprendront-ils ! Bref, Jason débarque et le festival commence.
Vous allez me dire, comment il fait Jason pour venir tuer des moniteurs, vu qu’il est censé s’être noyé tout gamin et reposer tranquillement au fond de Crystal Lake ? Et de vous répondre que rien n’égale l’imagination d’un scénariste de V13 : Jason n’est pas mort : il a grandi dans une cabane cradingue au milieu de la forêt ! Pas content qu’on lui ait décapité sa moman dans Vendredi 13, il vient à son tour jouer les bouchers. Simple, efficace et propice à une nouvelle série de meurtres.
Cette fois-ci on connait donc le tueur, et le grand mystère du film est en fait sa véritable apparence. Inaugurant une habitude tenace, Jason se camoufle en effet la tête. Pas de chance, il n'a pas encore trouvé son joli masque de hockey (ce sera pour le 3) et du coup, il se trimballe avec un pauvre sac à patates sur la tronche ! Pas fameux comme déguisement. rassurez vous, on découvrira le véritable visage de Jason dans les toutes dernières minutes du film, et force est de constater que le pauvre n'a rien d'un éphèbe. On comprend pourquoi il en vient à tuer, complexé comme il doit l'être ! On notera donc que Jason se rapporhce du tueur d'Halloween : même passé de gosse traumatisé, même habitude pour les déguisements et même acharnement au meurtre, toujours à l'arme blanche.
Car s'il n'est pas beau, Jason se rattrape par une volonté de fer et un sérieux dans le boulot qui fera sa renommée. Tournevis dans le crâne, étranglement au fer barbelé, égorgement au couteau, couple embroché à la lance, coup de pioche : Jason est tout sauf fainéant !
Plaisant à regarder, ce deuxième opus est même mieux ficelé que son prédecesseur et plus joliment filmé. L'interprétation et les dialogues restent au niveau initié par Vendredi 13, mais ça fait partie du plaisir, non ?

60

Ca y est ! Jason a acquis ses galons d’équarisseur d’ado et prend donc tout naturellement la relève de maman Voorhees dans ce deuxième opus. C'est la seule surprise du film qui décalque la trame du premier. Mais le look de Jason vaut le détour !

Critique de publiée le 28 mai 2003.

Acheter Le tueur du vendredi en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le tueur du vendredi sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Vendredi 13