75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Hengist >

Critique de la Bande Dessinée : Hengist

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 1 octobre 2011 à 12:36

Le retour de Merlin

Le haut-roi Constantin vient de mourir. Son successeur, Constant, un homme faible et influençable doit faire face à une double menace : la concurrence du puissant chef de guerre Vortigern et les raids étrangers qui sèment la terreur et la mort sur les côtes bretonnes. Parmi tous ces envahisseurs, le plus puissant et le plus cruel est assurément Hengist, un chef saxon ambitieux, qui voit dans les terres bretonnes son futur royaume. C’est ce dernier qui, par ses agissements, va faire sortir Merlin de sa retraite de Brocéliande. Ainsi, pendant que Constant essaie de rallier les chefs de guerre à sa cause, que Vortigern guerroie et intrigue et que les sages d’Avallon cherche un successeur à une dame Azenor en fin de vie, Merlin réunit les éléments qui vont construire une nouvelle légende…

Avec Hengist, premier tome du deuxième cycle de Merlin, Jean-Luc Istin nous invite à découvrir une période assez méconnue de la vie de l’enchanteur. Toujours avec ce même talent pour marier les éléments du folklore et des légendes celtiques avec les atmosphères fantasy (l’introduction, avec un regard très séduisant sur le Petit Peuple, est une excellente mise en situation), le scénariste nous entraine dans une histoire très riche en personnages et en évènements. Album de mise en place d’une intrigue très touffue, s’appuyant sur des bases très solides (le premier cycle), Hengist pourra, force est de l’admettre, apparaitre comme légèrement indigeste. Jean-Luc Istin y enchaine de manière très tendue les différents lieux et situations, tout en nous rappelant (via des flashbacks), les événements passés. Cela fait beaucoup d’informations à assimiler en 48 pages, mais, au regard des nombreux protagonistes impliqués, cela semblait être le parcours obligé. Mais attention, cela ne veut pas dire que ce tome 1 est ennuyeux, au contraire, il contentera pleinement les amateurs d’intrigues sophistiquées et de récit choral.

Les fans du premier cycle seront également un peu gêné par le changement de dessinateurs. Même si l’on ne peut pas dire que Pierre-Denis Goux soit un moins bon artiste qu’Eric Lambert (je préfère le coup de crayon du second, mais cela est un avis très subjectif), il est évident qu’il n’a pas du tout le même style et que, par conséquent, l’on a parfois du mal à reconnaitre les personnages (Merlin, Vortigern). On peut également regretter que les personnages d’essence féérique aient un peu perdu, dans ce changement, de leur aspect magnétique, avec des prêtresses d’Avallon qui se rapprochent plus d’héroïnes de shônen manga que d’amazones aussi séduisantes qu’intimidantes. Certain personnages, cependant, sont bien impressionnants, comme Hengist, colosse nordique à la barbe rousse, armé d’une poleaxe massive, tout comme les décors, joliment travaillés.

70

Merlin, version Jean-Luc Istin, est de retour ! Tant mieux car l’on se rend compte que le scénariste a encore plein de belles choses à nous raconter. S’appuyant sur des bases très solides, rappelant à notre mémoire des personnages attachants, il nous propose là, toujours avec cette même élégance à marier légendes celtiques et ambiance fantasy, une nouvelle saga qui s’annonce très prometteuse. Au dessin, signalons que Pierre-Denis Goux succède sans démériter à Eric Lambert. Les fans du premier cycle seront toutefois un peu perturbés en début de lecture par un net changement de style, gêne amplifiée par une mise en place forte de nombreux personnages et situations.

Critique de publiée le 1er octobre 2011.

Que faut-il en retenir ?

  • Un scénario bien travaillé
  • Des personnages intéressants, une intrigue fouillée
  • Le talent de Jean-Luc Istin à marier les genres

Que faut-il oublier ?

  • Un album de mise en place
  • Un trait moins efficace

Acheter Hengist en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hengist sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Légendes arthuriennes