75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Série Télé : Merlin
Merlin >

Critique de la Série Télé : Merlin

Avis critique rédigé par Andre C. le mercredi 9 juillet 2014 à 2324

saison 5 : Le chapitre final

La conclusion d'une série est toujours un moment délicat. D'un côté, il s'agit d'un moment déchirant entre le public fidèle et son programme favori, puisque le téléspectateur doit dire adieux à ses personnages préférés. De l'autre, on espère un final en apothéose, où toutes les intrigues débouchent sur un climax mémorable, comme si le suspens entretenu depuis des années devait obligatoirement mener à un summum d'intensité. C'est un exercice difficile pour un feuilleton classique et, dans le cas de Merlin, la tâche est encore plus ardue en raison de la méta-textualité de sa mythologie.

En effet, pour la plupart des fictions, la mécanique de la conclusion consiste dans une péripétie destinée à donner un sens à une intrigue laissée en suspens depuis le début. Il s'agit là de la manière la plus simple de finir une histoire. Or, dans le cas de Merlin, la manœuvre est plus complexe que cela. La série de Julian Murphy et Johnny Capps repose sur une relecture du mythe arthurien. Il existe donc plusieurs manières d'aborder cette série :  au premier degré, tout d'abord, en focalisant notre attention est sur les relations entre les personnages et leurs impacts sur l'univers dépeint, tandis qu'un autre niveau de lecture rend le show plus pertinent en raison d'un regard inédit sur ce qu'on appelle « la matière de Bretagne ».

À cet égard, cette saison 5 a tout d'une dernière ligne droite. Les quatre saisons précédentes nous narraient le préambule des légendes arthuriennes étape par étape : l'apprentissage druidique de Merlin, l'ascension de Arthur au trône et Morgana s'affirmant en ennemi ultime. Or, lors de cette ultime cuvée, la série embraye un virage qui va en déconcerter plus d'un. Dorénavant, la légèreté n'est plus de mise, le ton se veut plus sérieux puisque les personnages sont amenés à concrétiser les prophéties disséminées depuis les premiers épisodes.

Ainsi, la portion des épisodes comiques est réduite à néant (l'aspect humoristique se résume maintenant à des touches ponctuelles) pour laisser la place à un versant plus sombre, tendance dark fantazy. Ce versant est bien mis en avant afin d'avoir toute l'amplitude nécessaire pour donner un intense baroud d'honneur, mettant bien à mal l'aspect « série pour un jeune public » : les personnages sont de plus en plus torturés, confrontés à des dilemmes insolubles. Ce qui n'est pas sans poser de souci au niveau du rythme puisque l'ambiance se veut moins trépidante et plus posée, moins enclin à la comédie et plus portée vers la tragédie, plus bavarde même diront certains.

Ensuite, chacun est en passe maintenant de devenir, par certains points, la figure mythique qu'il est promis à rester pour l'éternité : inconsciemment ou pas, que ce soit Merlin, Arthur ou Morgana, ils sont contraints d'assumer leur choix et de suivre leur destinée. En fait, l'évolution de la série est semblable à celle de la saga ciné Harry Potter où les derniers opus faisaient preuve d'une noirceur inattendue pour des films familiaux, bien éloignée de la tonalité enjouée des débuts. Ici aussi, la photographie est de plus en plus gagnée par des tons grisâtres.

En cela, Merlin boucle la boucle d'une manière similaire à Smallville, avec qui elle est souvent comparée. Tout comme elle, la série de Murphy et Capps ne fait que raconter une histoire à partir d'une page blanche, avec des personnages pré-existants placés dans des statuts inattendus afin de conférer un ton frais à la production une fraîcheur. À une différence près, ce regard neuf n'était pas cautionnée par une tentative d'adapter l'histoire pour la situer à l'époque contemporaine : dans Smallville, les personnages utilisent des téléphones portables et ordinateurs, alors que Merlin se déroule bel et bien à une époque moyenâgeuse, l'utilisation de la magie étant illégale. Ce décalage renvoie à l'influence de ce que l'on appelle la « translate studdi », une notion linguiste abordant le transfert des connaissances. Elle explique ainsi de quelle manière les légendes les plus anciennes ont pu parvenir jusqu'au nous, et ce, malgré les moyens de communication rudimentaires, comme le simple bouche-à-oreille.

Les écarts entre entre les personnages tels qu'ils sont perçus à travers les légendes et tels qu'ils sont représentés ici s'expliquent de cette manière. Cette malice des scénaristes est flagrante lors de l'épisode, Un retour inattendu, de la saison précédente : on y voyait la légende de Lancelot (le chevalier séduit la reine Guenièvre) adaptée et, cette fois, la liaison des deux amants y devenait un élément d'un des nombreux plans machiavéliques de Morgana, alors que celle-ci n'était pas mentionnée auparavant dans ladite légende. L'originalité de l'épisode résidait dans la description des efforts de Merlin pour dissimuler l'influence de Morgana, les effets de la translate studdi pouvant amener à ignorer totalement le rôle de la sorcière.

De la sorte, on aurait pu s'attendre à ce que la série aborde de manière frontale cet aspect dans cette dernière ligne droite, ce qui aurait pu amener les détracteurs à voir la série d'un autre œil. Or, sur ce point, Merlin déçoit, puisque cet angle est toujours traité de manière cryptique : les auteurs réussissent tout de même à insérer plusieurs éléments clés des légendes, mais elles ne dépassent pas le stade de la simple référence. C'est là la limite de cette dimension méta-textuelle  réduite, à première vue, à de simple clins d’œil plus ou moins bien dosés : aux téléspectateurs de déduire que les légendes arthuriennes seraient une version de l'Histoire remaniée (via la stranlate studdi) du point de vue de Arthur et de ses proches, tandis que la série nous raconterait le point de vue de Merlin.

La conclusion de

Si cette 5e année surprend par sa noirceur, elle déconcerte par son rythme laborieux. Se voulant psychologique, Merlin perd la légèreté qui faisait son charme. Toutefois, le bilan n'est pas totalement négatif. L'équipe prend plusieurs risques qu'il convient de souligner, comme de tendre vers la dark fantazy, pour une production avant tout destinée à la jeunesse. Dommage que cela soit fait si maladroitement.

 

Que faut-il en retenir ?

  • Une approche psychologique rendant cette saison intense ;
  • Un ton proche de la dark fantazy

Que faut-il oublier ?

  • Une rupture trop brutale avec la légèreté antérieure ;
  • Une tendance à se complaire dans des tunnels de dialogue ;
  • Un problème de rythme, la narration est souvent poussive

Acheter Merlin en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Merlin sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Légendes arthuriennes

En savoir plus sur l'oeuvre Légendes arthuriennes