75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Excalibur - Chroniques - Chant 1 - Pendragon
Excalibur - Chroniques - Chant 1 - Pendragon >

Critique de la Bande Dessinée : Excalibur - Chroniques - Chant 1 - Pendragon

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 3 février 2014 à 1316

Pour les beaux yeux d’Ygerne

Uther, un fougueux chef de guerre kymri, se voit confier par Merlin la tache d'unifier le peuple de Bretagne. Le magicien lui confie Excalibur, une épée aux pouvoirs extraordinaire et symbole de puissance. Suivant les bons conseils de Merlin, Uther acquiert sagesse et sens diplomatique, triomphe de Vortigern l’usurpateur et de ses alliés saxons, et réussit l’impensable. Désormais roi respecté, Uther fait le tour de la Bretagne pour rencontrer ses vassaux. Lors sa visite à Tintagel, siège du trône de Cornwall, Uther Pendragon fait la connaissance de Gorloix, un roi chrétien fanatique qui fait subir mille maux à son épouse Ygerne, qu’il accuse d’être une sorcière. Pour Uther, c’est le coup de foudre. C’est décide :  il sauvera la belle fille d'Avalon et sa fille Morgane des griffes de ce fou…

Scénarisé par Jean-Luc Istin, spécialiste des légendes arthuriennes et directeur de la collection Soleil Celtic, ce chant 1 des Excalibur Chroniques est consacré à la vie et la mort d’Uther Pendragon, l’unificateur de la Bretagne et père d’Arthur. Le récit suit, dans les grandes lignes, l’histoire popularisée par le film de John Boorman (Excalibur, 1981), du moins dans la première partie. En effet, ici, la conquête d’Ygerne par Uther se fait en plusieurs étapes, dont la dernière évoque grandement le récit de l’Illiade (Uther amène Ygerne en son château grandement fortifié et Gorloix, réunissant les alliés chrétiens, s’installe pour un long siège). Prenant partie pour l’Ancienne Religion, Jean-Luc Istin porte un regard très dur sur l’évangélisation de l’île, nous offrant la vue d’un missionnaire dénué de tout scrupule, Patricius, et d’un Gorloix cruel et fanatisé. A contrario, les visites d’Avalon, la rencontre avec Viviane, le caractère d’Ygerne, autant d’aspects et d’éléments qui respirent la sagesse, la paix et la tolérance. Même Morgane se voit dresser un profil moins sévère qu’à l’habitude, à une subtilité plus proche de celle du personnage légendaire. Au final, même si l’on évolue en territoire mille fois visité, Jean-Luc Istin renouvelle suffisamment la légende pour que l’on s’y intéresse.

Ce chant 1 est un récit guerrier, bien mis en valeur par les superbes illustrations en couleur directe de Alain Brion. Le dessinateur nous propose là un superbe travail, empli de poésie épique, à la beauté automnale, avec de grandioses scènes de combat et des dessins en pleine ou double planche de toute beauté (cf l’arrivée de Merlin à Avalon, page 12-13). Les personnages ont du caractère et sont aisément reconnaissables, sans que Brion n’ait à forcer le trait, les décors sont soigneusement fignolés, avec une belle profondeur. Bref, le travail graphique est de toute beauté, un véritable enchantement pour les yeux. Le seul petit défaut que l’on pourrait signaler, c’est le choix de phylactères et cartouches très voyants, de formes rectangulaires, qui cassent un peu l’harmonie de l’ensemble (ils ont toutefois l’avantage d’être très lisibles).

La conclusion de

Même si l’histoire contée est bien connue, Jean-Luc Istin renouvelle suffisamment l’intrigue, en nous dressant des personnages aux portraits séduisants, pour qu’on la suive avec plaisir. Un sensation d’autant plus grande qu’Alain Brion nous offre la vue d’un rendu graphique en couleur directe admirable, dégageant poésie et atmosphère épique. Un bien bel album.

Que faut-il en retenir ?

  • Un magnifique travail graphique
    Des personnages aux profils intéressants
    Une intrigue accrocheuse

Que faut-il oublier ?

  • Une histoire mille fois visitée
    Des phylactères qui cassent un peu l’harmonie de l’ensemble

Acheter Excalibur - Chroniques - Chant 1 - Pendragon en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Excalibur - Chroniques - Chant 1 - Pendragon sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Légendes arthuriennes

En savoir plus sur l'oeuvre Légendes arthuriennes