75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°4 : Au secours ! Un Publi-killer se ballade dans le coin. Une seule solution, le désactiver pour de bon.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Daredevil  : Sous l'aile du diable
Daredevil : Sous l'aile du diable >

Critique de la Bande Dessinée : Daredevil : Sous l'aile du diable

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 31 janvier 2005 à 0359

Smith / Quesada : un duo qui tire le gros lot !


J’avoue m’être intéressé tardivement au personnage de Daredevil. Ce n’est que récemment que je l’ai redécouvert. Et quelle claque ! Non seulement j’ai aimé, mais il se révèle qu’il s’agit d’un des super-héros Marvel les plus noirs, et surtout, il a sacrément souffert le bougre ! De ce fait, Daredevil est un de ceux qui ont le plus de consistance.
Pourtant, du propre aveu de Marvel, Daredevil a toujours été un sous X-Men ou un sous Spider-Man, et les ventes n’étaient jamais vraiment astronomiques. Cela n’a pour autant pas empêché les plus grands artistes américains de s’intéresser à ce diable rouge.
Je croise le chemin de cette édition signé Kevin Smith (oui « le » Kevin Smith , celui qui réalise des films comme Dogma). Curieux, je décide de lire cet ouvrage qui se nomme « Sous l’aile du Diable ». Et c’est là que s’offre à moi la révélation : Daredevil est bougrement intéressant !
Tout commence par une fille poursuivie dans une ruelle sombre. Celle-ci porte un enfant, pas n’importe quel enfant, il paraît que cet enfant sera l’enfant de dieu, le nouveau Christ. Mais pour les poursuivants il en est tout autre, l’enfant serait en fait celui du démon. Entre les deux suspicions Daredevil ne sait plus où donner de la tête, et bientôt cette affaire va le conduire à une destinée tragique qui chamboulera encore une fois la vie du héros. Smith n’y va donc pas avec le dos de la cuillère et martyrise ce pauvre Matt Murdock, qui de tout le long aura l’impression d’être qu’un pantin, mais de qui ? Cela, je vous laisse le découvrir !
Concernant le dessin, rien à redire, les planches de Quesada sont dynamiques et souvent percutantes. Le découpage du story-board est sans faille et permet à quelques planches de sortir du lot pour offrir de véritables grands moments de comics. Surtout au moment où surviendra la tragédie de ce comics, où nous découvrons un Matt Murdock au sommet de la dépression, prêt à se suicider.

La conclusion de

Il a été dit de ce comics qu’il a relancé la carrière de Daredevil, je ne sais pas si cela est vrai, mais cela démontre une bonne fois pour toutes qu’un comics peut être « adulte » et loin des héros tout blancs. Une très bonne histoire que je conseille fortement de lire.

Acheter Daredevil : Sous l'aile du diable en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Daredevil : Sous l'aile du diable sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Daredevil

En savoir plus sur l'oeuvre Daredevil