75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Le secret du Codex
Le secret du Codex >

Critique de la Bande Dessinée : Le secret du Codex

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 9 juillet 2011 à 1206

Révélations et trahisons

Nous sommes à la veille de la bataille qui jugera de la destinée d’Avalon. Les troupes orcs d’Ahés semblent en position de force mais des soutiens inattendus ont remonté un peu le moral du Haut Roi Constantin. Alors que Blaise et Merlin essaient d’en savoir plus sur les circonstances de la mort de la mère de Blaise, quelques volontaires tentent de briser la première frappe des troupes d’Ahès en mettant hors d’état de nuire un dragon.

La première moitié de cet album vise à faire la lumière sur quelques éléments obscurs de l’intrigue, concernant le passé de Blaise, mais aussi sur la nature de cet étrange codex (parallèlement à cela, on assiste aussi à la victoire, forte en symbolique, des hommes contre un dragon). Des révélations, fruit d’une intrigue excellemment bien ficelée, qui vont entrainer un grand chamboulement dans les rapports de force. Une fois ceci fait, Jean-Luc Istin déclenche enfin la grande bataille tant attendue entre les armées du défenseur du Dieu Unique, défenseurs de l’île sacrée, et les troupes magiques d’Ahès.  Le cycle, qui versait jusqu’alors principalement dans l’intrigue politique et le drame, bascule dans l’épique, ce qui autorise (enfin !) Eric Lambert à nous régaler de son savoir-faire.

Très bien appuyé par le découpage scénaristique de Jean-Luc Istin, qui s’inspire des faits d’armes de La guerre de Troie ou du Seigneur des Anneaux qui nous offrir un affrontement riche en passages dramatiques, Eric Lambert nous offre dans cet opus de magnifiques dessins (par contre, on trouve toujours quelques visages au traits grossièrement déformés). L’équilibre entre rythme et lisibilité est parfait et certaines planches (comme la double-page 34-35) sont vraiment saisissantes par leur beauté et leur rendu épique. L’élégance de la mise en couleur de Stambecco ajoute en plus un aspect luxueux qui fait de cet album le meilleur de la série. Bref, on espérait beaucoup de ce tome 9, l’on n’est vraiment pas déçu tant il est riche en révélations, en rebondissements et en superbes illustrations.

La conclusion de

La fin du cycle approchant, l’on espérait une montée en puissance dramatique. L’on n’est pas déçu. Ce tome 9 est à la fois riche en révélations, fort en rebondissements (même si certains semblaient inévitables) et Eric Lambert nous y offre ses meilleures planches. Un excellent album, donc, qui augure un final en apothéose.

Que faut-il en retenir ?

  • Une intrigue très accrocheuse
  • Un scénario bien ficelé
  • Des personnages forts
  • De superbes planches

Que faut-il oublier ?

  • Une régularité graphique encore perfectible

Acheter Le secret du Codex en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le secret du Codex sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Légendes arthuriennes

En savoir plus sur l'oeuvre Légendes arthuriennes