75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Spectre
Spectre >

Critique de la Bande Dessinée : Spectre

Avis critique rédigé par Richard B. le dimanche 22 avril 2007 à 1630

Un épisode rock n’roll !

Carmen est désormais amoureuse. Elle a même accepté de déposer les armes et de payer le mafieux du coin. Mais la belle ne peut pas être tranquille. En une nuit, pendant que 6 taureaux seront mis à mort, Carmen va voir son passé la rattraper. Prise au piège entre le MI6 et le Spectre, Carmen n’est pas au bout de ses peines.


Fred Duval nous réserve un nouvel album bien étonnant dans la mesure où, le rythme est plus lent, et que tout l’album se déroule en une seule et unique soirée. L’intrigue se situe en divers lieux et cela sous le rythme d’une corrida et d’un concert de Rock. L’appréciable avec un scénariste comme Fred Duval, c’est de voir cet auteur ne jamais hésiter à prendre des risques, et à raconter de manière variée une histoire. Dans cette bande dessinée, beaucoup de choses sont exposées, il y a beaucoup de dialogues, et tous se déroulent dans un temps rétréci et pourtant pas une seconde je me suis ennuyé. De tout le long, on se demande si oui ou non Carmen sera capturée. Et surtout, on se demande par quel miracle elle survivra à Spectre. Rien ne se devine (à moins de tricher et de lire la dernière page). Code Mc Callum, loin d’une idée marketing cherchant à vouloir profiter de la renommée de la série, arrive même à surpasser certaines intrigues de la série régulière, des plaisirs de lecture pareil j’en aimerais tous les jours !

Didier Cassegrain en fan de guitare et de rock n’roll a du particulièrement apprécier de faire ce tome 2. On pourra peut-être reprocher au dessinateur de ne pas toujours réussir les liaisons entre la tête et le corps (les cous sont parfois disproportionnés), mais pour le reste c’est une belle et grande claque visuelle. Le découpage des pages est hallucinant de fluidité et les prises de vues sont d’un dynamiste incroyable. Les plans sont cinématographiques et recherchés, les scènes d’actions dégagent une énergie digne des plus grosses super productions, et même les scènes de parlotes arrivent à être mises en valeur. Bon, je suis pas sûr que le PPDA en présentateur télé aille dans la finesse du reste, mais peu importe cela amuse.
D’un point de vu technique, le visuel qui s’en dégage, fait penser à du crayonnais directement scanné, et colorisé par la suite sur des logiciels d’infographie. Le traitement de la couleur est superbe, correspondent parfaitement aux ambiances des situations. À aucun moment, n’intervient une désagréable impression d’un filtre de trop, la couleur de manière subtile, s’oublie au profit de l’intrigue.

La conclusion de

Aussi prenant par son histoire, que recherché dans son cadrage, Spectre frappe fort ! Si vous devez vous intéresser qu’à une seule lecture ce mois-ci, je serais tenté de dire que Code Mc Callum se révèle le bon choix. Vivement la suite !

Acheter Spectre en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Spectre sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Carmen Mc Callum

En savoir plus sur l'oeuvre Carmen Mc Callum