75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Daredevil
Daredevil >

Critique de la Bande Dessinée : Daredevil

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 31 janvier 2005 à 0400

Une nouvelle fois victime des apparences !


Deux histoires complètes où encore une fois Daredevil va devoir encaisser. Dans les deux cas Daredevil va se trouver victime des apparences. Dans la première aventure signée David Mack, celui-ci va tomber amoureux d’une sourde, qui malheureusement se trouve être manipulée par l’ennemi juré de Daredevil et Spider-Man : le Caïd. La seconde histoire de Bob Gale mettra en cause l’héroïsme, dont celui de Daredevil. Un milliardaire voulant porter plainte contre le super-héros pour dégradation de biens. L’affaire va vite se révéler difficile pour l’avocat et le justicier.
Les deux histoires sont palpitantes et mettent en danger les 2 identités du justicier, et l’une de ses histoires va même bouleverser encore le petit monde de Marvel. Le Caïd va devoir subir les conséquences de toutes ses années de Mal, mais sur ce point je vous laisse découvrir comment et de quelle façon ! La première histoire(Tranche de vide), qui est illustrée par Quesada, montre encore une fois que le monsieur maîtrise le découpage de ses planches, ce qui rend souvent les ambiances prenantes et créatives (A noter cependant que comme souvent dans le comics, il ne s’occupe pas de l’encrage, c’est un certain Jimmy Paliotti qui a cette lourde tâche). La seconde aventure, qui se nomme « La grande Parade », est beaucoup plus conventionnelle dans le dessin, attention conventionnelle ne veut pas dire mal dessinée, au contraire, le trait tient plus que la route, mais il ne se différencie pas assez de la plupart des graphismes du genre comics. Déjà le fait que deux noms soient associés à l’aventure (Phil Winslade/ James Hodgkins) empêche vraiment l’un des deux artistes de s’exprimer complètement. Dans tous les cas, le mérite est qu’à la lecture on ne voit pas vraiment qui a dessiné quelle planche, et du coup le lecteur n’a pas l’impression de passer à autre chose.

La conclusion de

Ce Daredevil se révèle encore une fois palpitant et laisse autant de place à Matt Murdock qu’au héros masqué. Un héros qui encore une fois subit de front les problèmes d’une double existence et se trouve victime cette fois des apparences au point de se trouver lui-même dans un tribunal !

Acheter Daredevil en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Daredevil sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Daredevil

En savoir plus sur l'oeuvre Daredevil