75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Le Steamer Fantôme
Le Steamer Fantôme >

Critique de la Bande Dessinée : Le Steamer Fantôme

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 18 septembre 2006 à 1600

Un épisode encore plus proche de l’univers de Verne

Pour les retardataires qui n’ont pas encore jeté un œil sur la série Hauteville House : bien, sachez que c’est un mélange des misérables et des mystères de l’ouest et une petite dose de Jules Vernes. Avec le troisième album, le côté Victor Hugo a presque disparu pour se porter encore plus dans la direction des œuvres de Verne.
Fred Duval, n’est pas qu’un scénariste prolifique, mais il est aussi de talent ! Il a beau pondre 3 à 5 albums par an en moyenne ; il n’a pas moins créé quelques-unes des bandes dessinées les plus réussies du moment. En cela, je pense entre autres à Carmen Mc Callum et Travis. Depuis 2004 nous pouvons rajouter Hauteville House, qui a réussi à réanimer le principe de la grande aventure où il se mélange histoire et technologies surréalistes avec un bonheur purement jouissif.


Après avoir été empoigné sur les deux premiers tomes, c’est avec une certaine impatience que j’attendais la suite. Si celle-ci se retrouve un petit poil en dessous des deux précédents, elle demeure tout de même enivrante. Fred Duval décide de s’orienter cette fois plus vers le monde de Jules Verne avec entre autres : un sous-marin et un monstre préhistorique. À mes yeux, cet hommage et le meilleur moment de l’album ; avec le seul regret : de voir disparaître le monstre bien trop vite. J’aurais bien affectionné que cette rencontre hors-norme soit accentuée. Une des failles de ce troisième tome et un ‘petit’ manque de rythme – cas déjà un peu du deuxième – pourtant, la contradiction et qu’ici il y à certainement plus de scènes d’actions que sur les précédents. Peut-être que : ‘trop d’actions, tue l’action ’ ; je ne serais pas vraiment expliquer pourquoi, mais vers la fin je me suis un peu ennuyé – je précise un peu- car globalement il dégage un fun total sur le gros de l’intrigue.
À moins que ce soit le dessin qui a perdu un peu de son rythme ? Les deux premiers albums étaient visuellement splendides ; sur celui-ci, j’ai eu l’impression que Thierry Gioux s’ennuyait. Est-ce parce qu’il se basait sur les story-boards de Christophe Quet et qu’en cela il voudrait être plus indépendant? ou, une petite lassitude passagère d’auteur qui a donné énormément sur les deux premiers tomes ? Si je me base sur les décors et les navires, Thierry Gioux est digne de sa réputation de très bon dessinateur. C’est sur les visages qu’il se ressent le manque de finition, comme forcément la tendance va à comparer avec les 2 premiers tomes, la remarque sur les visages et d’expressions moins travaillées prend tout son sens. Comme si Thierry Gioux était pressé de travailler plus sur les décors que sur ses personnages. Qui aime bien châtie bien, parce que de toute façon le dessin reste au-dessus d’une grande part des productions. Mais quand vous avez un maître cuisinier qui vous fait la cuisine, la personne à table s’attend toujours à avoir des petits plats toujours meilleurs.

La conclusion de

Peut-être un poil moins rythmé et façonné visuellement que les deux premiers Hauteville House ; dans les grosses lignes cela reste tout de même ‘classe’. Une série de toute façon à posséder et donc, un tome 3 à acquérir. J’espère juste pouvoir voir au prochain tome les auteurs au sommet de leurs arts histoire de saliver sur la fin du cycle.

Acheter Le Steamer Fantôme en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Steamer Fantôme sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hauteville House

En savoir plus sur l'oeuvre Hauteville House