75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Brumes et Tempêtes
Brumes et Tempêtes >

Critique du Roman : Brumes et Tempêtes

Avis critique rédigé par Bastien L. le dimanche 21 septembre 2008 à 1356

Pas trop de vent à l'horizon...

Première partie du 2ème tome des Aventuriers de la Mer outre-atlantique, Brumes et Tempêtes est pour nous, français, le quatrième qui réussit à ne pas essouffler cette bonne saga.
Reprenant là où le tome précédant s’est arrêté, la Vivacia est aux mains de Kennit qui au vu de sa jambe gangrenée à placé la vie entre les mains de Hiémain avec une équation simple : Si Kennit ne survit pas, Hiémain et son père (retenu prisonnier) non plus. Pendant ce temps là, Althéa devenue second sur la vivenef l’Ophélie fait route vers Terrilville (chez elle) où Ambre essaie de racheter la vieille vivenef Parangon et où la jeune Malta se fait courtiser par un homme du désert des pluies (dont on en apprend enfin un peu plus) devant les yeux contradictoires de sa mère et de sa grand-mère… Autant le dire tout de suite, ce roman pâtit du découpage français de l’œuvre de Robin Hobb car il laisse un goût d’inachevé car il se veut lent et calme comme un premier tiers de roman peut l’être. Cela contraste avec le pic d’évènements du tome précédant, néanmoins on assiste à quelques moments forts comme l’amputation de Kennit ou le retour d’Althéa.
Ce tome laissera aussi sur leur faim les fans de Brashen puisque ce dernier apparaît brièvement au début du roman pour refaire son apparition à la toute fin du livre. Sinon, Hobb est toujours aussi efficace et les destinées torturées de tous les personnages suivent leurs cours et on ne peut s’empêcher de vouloir savoir ce qui va se passer. D’autant plus que de nouveaux personnages apparaissent comme l’oisif gouverneur Cosgo et sa sérieuse conseillère, ainsi que les propriétaire de l’Ophélie : Le père et le fils Tenira qui forment un trio intéressant avec le navire lui-même qui a autant de personnalité que ses homologues vivenefs. L’aspect de fronde qui semble sur le point d’éclater à Terrilville promet de rajouter encore plus d’intérêt à la suite de l’histoire qui n’en manquait pas déjà avec le cheminement des héros et les interrogations sur le lien entre les serpents, les navires et les dragons.

La conclusion de

Un roman dans l’esprit de la série qui ne s’emballe jamais mais reste d’une qualité constante.

Acheter Brumes et Tempêtes en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Brumes et Tempêtes sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Le Royaume des Anciens

En savoir plus sur l'oeuvre Le Royaume des Anciens