75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le Navire aux Esclaves >

Critique du Roman : Le Navire aux Esclaves

Avis critique rédigé par Bastien L. le mercredi 12 mars 2008 à 21:58

Il était un petit navire...

Retour aux Rivages Maudits pour le second épisode des Aventuriers de la Mer et y a pas à dire, c’est toujours aussi bon !
Si le premier tome avait pâtit du découpage en 3 du premier tome original de cette saga vu qu’il ne faisait que poser les bases, en revanche, celui-ci s’en dégage et met de plus en plus en valeur les personnages du précédant roman et en met d’autres sur le devant comme Keffria, la femme de Kyle qui commence à sortir de l’ombre face à sa fille à papa Malta qui devient quelqu’un qu’on va aimer haïr comme dans la ligné des Royal ou de Kyle justement. Là est la force de Robin Hobb car Kyle n’est pas à priori un grand méchant, il ne fait rien de moralement répréhensible mais c’est un vrai connard ! Le genre de mec qu’on déteste pour ça et c’est rare de faire détester un mec juste parce que c’est un connard… Rafraîchissant comme la quête d’Althéa et de Brashen qui se retrouvent à chasser l’ours blanc pour survivre.
Les personnages en prennent toujours autant dans la face comme dans un bon roman de madame Hobb à l’exemple de Hiémain qui se voit mousse dans un navire où tout l’équipage semble le détester tout en essayant de faire ses preuves… En fait celui pour qui ça réussit le mieux c’est pour Kennit, le pirate. Joli paradoxe où le plus méchant des personnages est celui à qui ça réussit le mieux… On en apprend donc de plus en plus sur chacun, on a le droit à quelques scènes d’actions et la vie en mer est vraiment bien retranscrite tout comme celle des marchands. Un mélange de drame familial, de quêtes existentielles, de piraterie tout cela dans un monde de fantasy… Que du bon ! On en découvre de plus en plus et on veut en savoir de plus en plus en sachant pertinemment qu’on est pas au bout de nos surprises…

80

Ça décolle vraiment et on se passionne pour cette aventure qui s’annonce décidément grandiose !

Critique de publiée le 12 mars 2008.

Acheter Le Navire aux Esclaves en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Navire aux Esclaves sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de L'Assassin Royal