75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°7 : Reconfigurez votre Adblock d'un coup de baguette magique. Harry P. l'a fait et n'a pas eu de séquelles.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Histoires trolles >

Critique de la Bande Dessinée : Histoires trolles

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 30 janvier 2006 à 1131

L’autre coté de Troy, tout aussi hilarant

Lorsqu’une bande de chasseurs de trolls menés par l’impitoyable Haplin fait tombé dans la servitude la quasi-totalité de son village, le brave troll Teträm, -accompagné de sa fille humaine Waha et d’un demi-troll amoureux -, entreprend une quête qui est sensé l’amener au bout du monde – ‘’oui, mais la Terre est ronde, alors y’a pas de bouts’’.
Trolls de Troy entreprend de nous présenter le monde de Troy vu de l’autre coté du miroir, à la manière d’un spin-off d’une série télévisée. La série support étant évidemment Lanfeust de Troy. Arleston et Mourier nous présentent alors la civilisation troll comme étant le nec plus ultra de la rigolade virile, et leurs descriptions nous rappelle bien sans hésitation un certain village gaulois qui résiste encore et toujours à l’envahisseur.
- C’est elle qui a commencé, m’sieur, la capillarité contrariée ! Elle m’a attaqué ! - C’est différent, c’est une agression physique. Ca, c’est normal. Nous sommes des trolls, tout de même !
Festins, bagarres, amour paternel et filial, l’animé village de Phalompe est un havre de bonheur pour des dizaines d’harmonieuses familles trollesques accompagnées de leurs chères mouches. Et c’est finalement les humains et notamment Haplin qui passent pour de vils personnages.


Bien entendu, le mot d’ordre reste l’humour et les jeux de mot débridés. L’humour a travers les pouvoirs magiques des humains, tous aussi incongrus les uns que les autres – untel fait pousser les cheveux, l’autre fait chuter les dents, et un autre attire des nuées de mouches. Sauf Haplin qui possède le terrible pouvoir de lancer des gerbes de flammes avec ses cheveux, et Waha, aux dons aléatoires et parfois désopilants. Les gags graphiques ne sont pas en reste, comme avec cette chute de chaumière venue de nulle part, effet d’un sort de Waha.
Le trait est très agréable à l’œil, avec un bon dynamisme dans les actions. La mise en cadre et en page reste très classique et facile à appréhender, même pour le lectorat le plus jeune – pas trop quand même, car c’est parfois un peu gore. Bon, des petites approximations dans le scénario peuvent perturber un peu la lecture, comme lorsque le vénérable Rysta Fuquatou décide d’enchanter les trolls survivants en les survolant avec son dragon ; on se demande pourquoi il ne l’a pas fait plus tôt, même avant l’attaque, les trolls n’étant équipés d’armes de jet.

La conclusion de

Avec ses personnages sympathiques, sa profusion de gags très drôles, ses dessins agréables, son scénario dans le pur style quête d’héroïc fantasy classique – L’oiseau du temps ou la Saison des Cendres – qui va ravir tous les ados fans de Warhammer ou de Dungeons & Dragons, on peut sans détour dire que Histoires Trolles, premier tome de la saga Trolls de Troy, est une réussite dans un style ou il est indispensable de se démarquer.

Que faut-il en retenir ?

  • Personnages sympas
  • Dessins agréables et lecture facile
  • Gags et jeux de mots très drôles

Que faut-il oublier ?

  • Scénario classique
  • Quelques approximations.

Acheter Histoires trolles en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Histoires trolles sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Troy / Lanfeust

En savoir plus sur l'oeuvre Troy / Lanfeust