75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
X-men >

Critique du Film : X-men

Avis critique rédigé par Nhaigraoo le vendredi 21 février 2003 à 11:23

X Men

Mutants bien intentionnés
Les superhéros au cinéma, ca semble aller mieux depuis quelque temps. Surtout depuis X-Men d’ailleurs. Parce qu’avant… Pour un Batman complètement approprié par un Tim Burton schizophrène, combien de Punisher ou de Spawn foireux ? Batman lui même, d'ailleurs, a fini par échouer dans les mains du tâcheron Schumacher qui alourdit la série de deux opus désastreux. Voir les X Men, l'une des licences les plus intéressantes de la Marvel, arriver dans les mains de Bryan Synger, avait de quoi surprendre et allécher. Difficile a priori d'imaginer le réalisateur de Usual Suspects et Un élève doué dans le registre du blockbuster tonitruant. Et pourtant...
Le passage des mutants du papier à l'écran est une belle réussite. X Men est sans doute, avec les 2 premiers Batman, l'un des rares films de super héros à avoir réussi brillamment la conversion généralement si douloureuse (sam Raimi réussira à son tour l’exercice avec Spiderman). Mais la comparaison s'arrête là. Si Tim Burton avait plongé avec délice et génie dans un univers alternatif et délirant en faisant de Gotham City un phantasme de mégapole grouillante, la première règle adoptée par Brian Synger est au contraire d'ancrer ses mutants dans un univers réaliste et probable : pas de cité futuriste délirante et pas de méchants grimaçants peinturlurés en vert... Les X Men évoluent donc dans un monde presque identique au nôtre, et leurs pouvoirs surhumains ne les immunisent pas contre une société apeurée qui aimerait bien les détruire... Indice révélateur, il n'y a guère qu'à la fin du film que les mutants revêtissent le costume héroïque de rigueur, qui a d'ailleurs abandonné les couleurs franches du comics pour un noir beaucoup plus sobre.
Synger ne s'en cache pas, les empoignades de supermecs ne le motivant pas trop, il a préféré mettre l'accent sur les personnages, aidé par un matériel de base, le comics, déjà très performant en la matière. Les études de caractère sont donc le point fort d'un film à grand spectacle finalement avare en scènes pyrotechniques... Le réalisateur décide, via des personnages autrement plus complexes que la moyenne des héros de comics, d'aborder des sujets actuels et sensibles : X Men se veut donc un plaidoyer pour la différence et la tolérance, un manifeste contre toutes les formes de racisme. Entre un Xavier persuadé de la bonté intrinsèque de l'homme et un Magneto qui a connu les camps de la mort, le propos est donc passionnant, quoique malheureusement pas toujours très finement assénée. Mais si X Men n'évite pas toujours l'écueil du démonstratif lourdaud, il n'en reste pas moins étonnamment fin et juste dans sa peinture de super héros à dimension humaine.
En effet, un autre piège contourné avec succès par Synger est la prolifération de personnages, dont le nombre a pourtant été réduit par rapport au comics. Mais les X Men perdent ici en nombre ce qu'ils gagnent en âme. Plutôt que de détailler lourdement chacun d'entre eux, Synger prend le parti de placer en vedette la jeune Malicia (surprenante et attachante Anna Paquin) et surtout le violent Wolverine, le mutant griffu au squelette d'adamantium. Le pari est réussi, en grande partie d'ailleurs grâce au surprenant charisme de Hugh Jackman qui compose un Wolverine plus vrai que nature. Ce type a des faux airs d'Eastwood jeune qui font merveille... Le reste du casting est à l'avenant, mené bien sur par deux poids lourd tous deux excellents, Patrick Stewart et Ian Mc Kellen.
De fait, X Men prend son temps et parle beaucoup, et c'est l'une de ses qualités. Si les scènes d'action sont moins nombreuses qu'on aurait pu le croire, elles n'en restent pas moins parfaitement maîtrisées et excitantes. Fort d'une photographie alerte et léchée (les reflets métalliques du repaire des X Men), le film aligne une scène d'action finale superbe qui voit bons et mauvais mutants s'affronter autour de la statue de la Liberté.

80

Synger réalise avec panache un film qui ressemble à s'y méprendre à une introduction de luxe à une série que l'on souhaite longue, pérenne et respectueuse de la qualité de son premier volet.

Critique de publiée le 21 février 2003.

Acheter X-men en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de X-men sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de X-Men