75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Des résultats pour SETI@HOME

Publié il y a 13 ans par Gil P.

Allo la Terre, ici ET

Il aura fallu l'équivalent de plus d'un million d'années de calcul par plus de 4 millions d'ordinateurs dans le monde entier, pour que 150 signaux candidats à un éventuel résultats puissent être trouvés.
C’est le bilan l'économiseur d'écran SETI@home qui avale des données pour la recherche de signaux intelligents de l'espace au cours des trois ans écoulés.
Trois membres de l'équipe SETI@home se rendront à Porto Rico ce mois-ci pour diriger le radiotélescope Arecibo vers 150 points identifiés comme source de signaux possibles de civilisations intelligentes.
SETI@home est un programme informatique déguisé en économiseur d'écran qui agit quand un ordinateur est inoccupé et analyse des données de radiotélescopes dans la recherche de signaux forts ou peu communs de l'espace. Les candidats à la re-observation sont des signaux particulièrement forts ou qui ont été observés au même endroit plus d'une fois, certains d'entre eux cinq ou six fois.
"C'est la culmination de plus de trois ans de calcul, le plus grand calcul jamais fait," a dit l'informaticien de Berkeley David Anderson, le directeur de SETI@HOME. "C'est un événement marquant pour le projet de SETI@HOME."
Les utilisateurs de SETI@home devraient découvrir les résultats des re-observations dans deux à trois mois.
Un pas de géant certes, mais il reste à confirmer les données et surtout à les mettre en relief : "S'il y a la moindre probabilité de découvrir un signal extraterrestre, c'est certainement beaucoup moins d'un pour cent," prévient Anderson.
Le physicien de Berkeley Dan Werthimer, le scientifique en chef de SETI@home, n'affiche pas ses espoirs non plus. Il a conduit la Recherche de l'Intelligence Extraterrestre (SETI) pendant 24 ans - 11 ans en utilisant l’antenne radio de 320 m de diamètre d'Arecibo - et est retourné plusieurs fois pour le pointer à nouveau vers des signaux prometteurs pour certaines gammes de fréquence pour déterminer si un signal radio fort est dû à autre chose que le bruit aléatoire, un défaut ou un satellite passant. Il a été déçu chaque fois.
D'autre part, SETI@home a mobilisé tellement plus de puissance de calcul que n'en a jamais auparavant utilisé l'analyse de signaux, que l'équipe a été capable d'exécuter des calculs beaucoup plus détaillés et compliqués de données radio qu’il n’est maintenant possible avec le projet de SETI en cours de Werthimer, appelé SERENDIP IV (Search for Extraterrestrial Radio Emissions from Nearby Developed Intelligent Populations).
"Que SETI@home réussisse ou non dans la découverte de la preuve d'intelligence extraterrestre, à cette date ce projet est déjà entré dans l'histoire," a dit Bruce Murray, le président du conseil d'administration de la Société Planétaire. "SETI@home a exécuté le recensement SETI du ciel le plus précis et détaillé jusqu'à présent, en démontrant la puissance de l'Internet pour effectuer le calcul distribué scientifique ce qui a permis au grand public de participer directement aux recherches passionnantes."
Pour remercier les plus de 4 287 000 utilisateurs qui ont analysé des données radio, l'équipe SETI@home postera sur son site Web les noms des participants qui ont détecté les signaux candidats à la suite de l'analyse de données sur leurs ordinateurs personnels. Chaque signal candidat ayant été analysé par plusieurs personnes, car SETI@HOME envoie les mêmes données à plus d'une personne pour une double vérification des résultats.
La liste de candidats est beaucoup plus longue que 150, mais Werthimer soupçonne que 150 est le maximum que lui et deux collègues seront capables d’observer pendant le total de 24 heures disponibles à l'Observatoire d'Arecibo en mars prochain. Les critères pour l'inclusion dans la liste comprennent non seulement un signal radio fort et un signal observé plus qu'une fois au même endroit et la même gamme de fréquence, mais aussi la proximité du signal d’une étoile connue et dont on sait que cette étoile a des planètes.
"Ces facteurs nous permettent d’évaluer la probabilité qu'un candidat n’est que du bruit," a dit Anderson. "Nous sommes intéressés par les candidats qui sont les moins probablement dus au bruit."
Une analyse limitée des signaux sera faite tandis que l'équipe collectera les données, pour que les observations puissent être interrompues et répétées si un signal très fort réapparaît. Werthimer sera aidé par l'étudiant de troisième cycle Paul Demorest et le scientifique de projet Eric Korpela.
Une analyse plus détaillée sera conduite plus tard, a dit Anderson, idéalement avec une nouvelle version de l'économiseur d'écran SETI@home basé sur une nouvelle plate-forme distribuée de calcul appelée BOINC (Berkeley Open Infrastructure for Network Computing).
SETI@home a proposé son économiseur d'écran au monde en mai 1999 comme le premier exemple de calcul distribué à grande échelle - atteignant les ordinateurs inoccupés via Internet pour résoudre des grands problèmes informatiques. La clef de son succès fut une collaboration fructueuse entre Anderson, un informaticien qui était un des développeurs principaux du calcul distribué et Werthimer, un physicien avec deux décennies d'expérience dans la collecte de données radio et l'analyse de celles-ci pour la recherche de signaux peu communs de l'espace.
Ensemble, ils ont convaincu non seulement des fans de SF et des mordus d’informatique, mais plusieurs autres intéressés dans l'utilisation de leur propre ordinateur pour profiter à des projets valables. SETI@home a engendré de nombreux autres projets de calcul distribués, comme Folding@home pour calculer la structure tridimensionnelle de protéines, et climateprediction.net pour améliorer les prévisions scientifiques de climat du 21e siècle.
Cependant, les scientifiques intéressés par le lancement de projets semblables ont été intimidés au vu du temps et de l'argent nécessaires pour créer le logiciel. Pour aborder ce problème, Anderson a développé BOINC, qui est financé par la National Science Foundation. En plus d'être une plate-forme généralisée, il permet aux utilisateurs de répartir leur temps de calcul entre plusieurs projets distribués.
"BOINC rend aisé pour des scientifiques la création d’un nouveau projet de type SETI@HOME, et met à jour leurs applications instantanément," a-t-il dit. "Chaque modification de SETI@HOME a exigé que tous nos utilisateurs téléchargent et installent une nouvelle version du programme, mais BOINC gère ce processus sans intervention d'utilisateur."
BOINC a aussi la capacité de stocker des données dans l'espace disque inutilisé des participants, plus de la manière dont Napster, Gnutella et Kazaa profitent des disques durs de PC pour stocker des fichiers de musique MP3.
"La somme totale d'espace disque inutilisé est vertigineuse," a dit Anderson. "BOINC nous laissera expérimenter de nouvelles façons de traiter des données, comme leur envoi par des Connexions à Internet ultra-rapides directement des télescopes aux PC et leur archivage redondant sur des disques de PC. Cela étendra énormément la portée de notre recherche de SETI."
Le coup d'essai pour BOINC est Astropulse, qui est conçu spécifiquement pour réexaminer les données SETI@home dans la recherche d'impulsions radio courtes, quelque chose que ni SETI@home ni aucun autre projet de SETI ne peut actuellement faire très bien. Selon Werthimer, Astropulse peut détecter des pulsars, qui clignotent sur des périodes de près d’une milliseconde; l'évaporation de trous noirs, qui devraient émettre une impulsion brève d'ondes hertziennes quand ils disparaissent de l'existence; aussi bien que les messages d'extraterrestres.
"Astropulse sera le premier grand test de BOINC," qui fournit aussi un graphisme 3-D amélioré, plus réaliste, a dit Anderson. "Si nous obtenons peut-être 1 000 personnes participant au premier test BOINC, nous pourrions analyser les données de re-observation en seulement quelques jours."
"C'est une toute nouvelle façon de chercher des ET," a dit Werthimer.
Lui et Anderson soulignent que, tandis que les re-observations sont la culmination de presque quatre ans de digestion de données, SETI@home n’arrive pas à la fin. Werthimer espère fonder un programme SETI dans l’hémisphère sud à l'Observatoire de Parkes en Australie, dont les données alimenteront SETI@home. Et les données arrivent toujours des instruments de SERENDIP IV de l’antenne d'Arecibo, qui utilisera bientôt des améliorés pour enregistrer des données de plus d'un secteur du ciel à la fois.
"C'est une étape, mais SETI@home continuera," a dit Anderson.
En plus de la Planetary Society, les autres principaux donateurs sont Sun Microsystems, l'Université de Californie, Quantum Corp., Fujifilm Computer Products et Network Appliance.

Source : Astronews.net

Suis nous sur facebook !

Commentaires sur l'article

Réagissez à cet article en postant votre commentaire ci-dessous.Seuls les membres SFU peuvent poster leur avis.

Créez votre Espace SFU en moins d'une minute pour ajouter votre avis (et bien plus). C'est simple et gratuit !
Alors n'hésitez plus et venez rejoindre la communauté de Scifi Universe !

S'inscrire S'identifier En savoir plus sur « Mon SFU »