75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Le cauchemar de Freddy
Le cauchemar de Freddy >

Critique du Film : Le cauchemar de Freddy

Avis critique rédigé par Emmanuel G. le vendredi 21 février 2003 à 1123

Freddy 4

Fallait pas l'inviter...
C’est Renny Harlin, réalisateur d'origine finlandaise, qui officie à une nouvelle résurrection du père Krueger. Le réalisateur ne restera pas longtemps inconnu, puisqu’il va s’imposer en chantre de l’actionner bourrin (Die Hard 2, Cliffhanger, Au revoir à jamais, Peur bleue…). A l’époque, il est connu des fans de fantastique pour avoir mis en boîte le bien sympathique Prison.
Freddy revient donc une fois de plus, comme le laissait d’ailleurs supposer le plan final de l’opus précédent. Malgré tout, son retour n’était pas forcément évident au plan scénaristique, puisque nous avions eu droit à la fin du 3 à un enterrement dans les règles, avec eau bénite et tout le tsoin tsoin. Mais pas de souci, le croquemitaine revient sans anicroche, grâce à une giclée d’urine de chien enflammée (véridique !). Pour le coup, on a tout de même droit à une jolie scène de résurrection, ou la chair s’amalgame autour du squelette de Freddy. Sympathique, à l’image du film, qui s’il est loin de convaincre, se laisse toutefois voir sans déplaisir.
Comme les autres films qui suivront (à l’exception plus que notable du numéro 7), ce quatrième Freddy suit à la lettre le cahier des charges imposé depuis le n°3. L’histoire n’est qu’un vague prétexte pour arriver à chaque scène de cauchemar, qui sont toutes très sympathiques, en raison d’un visuel riche. Mais ça ne suffit pas à rendre le film passionnant. Les scènes dans le monde réel sont ennuyeuses et ne présentent guère plus d’intérêt que de présenter des personnages d’ados bien convenus et falots. La nouvelle adversaire de Freddy, Alice, est à ce point particulièrement tête à claque. La pauvre n’est pas aidée par un script faiblard qui lui demandera d’aller mettre la pâtée à Freddy, à coup de karaté et nunchaku. On rigole bien…
Quand à Freddy, il continue sur sa lancée de M. Loyal horrifique, et blague plus qu’il n’effraie. Si les meurtres de Freddy sont de plus en plus originaux et ne se limitent plus à de simples coups de griffe, ils sont particulièrement édulcorés, et les quelques (rares) écarts gore des opus précédents sont ici totalement oubliés.

La conclusion de

Restant fun, en raison principalement de ses scènes oniriques inventives, Freddy 4 marque le déclin irréversible de la série.

Acheter Le cauchemar de Freddy en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le cauchemar de Freddy sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Les griffes de la nuit

En savoir plus sur l'oeuvre Les griffes de la nuit