75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Monde flottant >

Critique de la Bande Dessinée : Monde flottant

Avis critique rédigé par Richard B. le lundi 13 octobre 2008 à 08:28

Nävis loin du Sillage ?!

Nävis se voit destitué de ses fonctions par la constituante de Sillage. Sans possibilité d’exercer son savoir-faire, réduite à vivre dans un petit meublé depuis que son vaisseau-gîte est sous scellés, la jeune femme sombre dans la désillusion. L’espoir va cependant revenir lorsque son avocat la recontacte pour lui proposer de devenir journaliste, mais il va surtout en profiter pour se porter au secours à son ami Bobo qui ne donne plus de nouvelle.
Décidément depuis quelque temps Philippe Buchet et Jean David Morvan sont tombés amoureux de la culture asiatique. Est-ce un bien ? Dans le cas des chroniques de Sillage volume 5 je n’en suis pas si sûr, ma déception ayant été assez grande ! Par contre, pour cette nouvelle histoire, cela passe beaucoup mieux - à la condition de ne pas être totalement réfractaire à la culture chinoise, les habitants de la planète Ribehn étant rattachée à celle-ci et de manière vraiment criante.
Jean David Morvan crée volontairement une ellipse entre le tome 10 et ce tome 11, évitant aux lecteurs le récit du procès de Nävis - qui provoqua l’évasion de Heiliig, un ancien adversaire ayant été condamné à servir comme source d’énergie pour l’un des vaisseaux Sillage. Ainsi, dans ce tome, on devine la nature du verdict infligé à Nävis au fil du récit. Le scénariste, fidèle à son habitude, en profite pour coller à l’actualité du moment, en apportant à l’histoire à la fois les éléments positifs qui ressortent de la noblesse des traditions chinoises, mais aussi ceux – moins flatteurs - de l’influence dictatoriale appliquées aux médias et qui peuvent nous rappeler certains jeux olympiques qui eurent lieu dernièrement.


Côté évolution, cet album n’apporte pas vraiment grand-chose à la série, mais, par contre, il offre des perspectives intéressantes pour l’avenir. Nävis est désormais éloignée de Sillage, et a atteint un stade de maturité qui lui permettra de franchir un nouveau cap. On peut donc voir (et espérer) ce tome 11 comme un album de transition, qui entrainera le personnage de Nävis dans de toutes nouvelles situations (mais pour vérifier cela, il va falloir attendre le tome 12, qui confirmera ou pas cette intuition).
Côté dessin, pour qui connait désormais le style de Philippe Buchet, il n’y a pas de changement radical par rapport aux aux tomes précédents. On retrouve donc des dessins clairs, expressifs, très dynamiques dans les phases d’action. Seules les cinq premières planches, mettant en scène des combats de Méchas, m’ont semblé un peu gratuites et pas forcément impressionnantes, faisant plus office de remplissage qu’autre chose.

75

Un album de la série Sillage plutôt sympathique. Bien qu’elle n’est assurément pas l’une des meilleures de la saga (il faut plutôt appréhender cet opus comme un ouvrage de transition), les lecteurs fidèles devraient prendre plaisir à découvrir cette nouvelle aventure.. À noter que ce T.11 de Sillage est sorti avec une offre alléchante proposant pour le même prix la première aventure de Nävis (dans la limite des stocks disponibles), idéale pour que des lecteurs fassent connaissance à moindre frais avec cette charismatique héroïne.

Critique de publiée le 13 octobre 2008.

Acheter Monde flottant en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Monde flottant sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Sillage