75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Le Signe des démons >

Critique de la Bande Dessinée : Le Signe des démons

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 16 décembre 2006 à 14:24

Nävis dans l’univers de Robert E. Howard

Nävis et ses compagnons sont envoyés sur la planète Hurumaru à la recherche des membres d’une expédition de reconnaissance portée disparue. Arrivée sur place, ils constatent que la planète est au seuil de la guerre suite à la rébellion du peuple esclave Escotes. Lors de leur recherche, ils se rendent compte aussi que les émissaires de Sillage ne semblent pas être les bienvenus…
Après le steampunk d’Engrenages, les auteurs Jean David Morvan et Philippe Buchet nous propose de visiter un monde médieval-fantastique. Bénéficiant d’un cadre plus proche de celui de Conan que de celui du Seigneur des Anneaux, Le Signe des Démons voit se développer, comme d’habitude dans la gamme Sillage, une double trame ; une quête principale, assez banale, qui recompose l’insurrection du peuple de la princesse Monéva, et une part de mystère qui va aboutir à un palissement de l’intégrité des responsables de Sillage. Véritable lien entre les deux intrigues, Nävis se voit encore confié le beau rôle mais, cette fois-ci, elle va devoir compter sur son entourage pour parvenir à ses fins. Une bonne idée qui permet d’aérer un peu le récit, car les caprices et les enfantillages de l’héroïne représentent pour moi l’une des faiblesses de ce cycle. Moins présente au fil des pages, son apparition n’en est que plus attendue.
Au niveau des graphismes, qui dit medieval-fantastique (attention, comme je l’ai dit plus haut, l’on n’est pas dans le domaine de l’Heroic-fantasy) dit reconstitution épique et combats acharnés. Et lorsque l’on connaît le talent que possède Philippe Buchet pour donner de la dynamique à ses dessins, l’on se doute bien que dans le domaine de la baston généralisée, il doit être bien à l’aise. C’est le cas. Avec deux combats de masse (un forestier et un urbain) qui sont des modèles de rythme et de sensations guerrières. Bien entendu, le dessinateur n’oublie pas de montrer les formes de la jolie et éternelle adolescente qu’est son héroïne au moyen de nombreuses vues en contre-plongée sur ses avantages rebondis (je ne m’en plains pas !), mais il s’attache aussi à donner à ses cadres en plan d’ensemble des allures de chorégraphies. Au final, c’est superbe et ça bouge du tonnerre !

85

Bref, Le Signe des Démons est un très bon opus de Sillage. On oublie désormais les approximations malheureuses du tome 2. Le dessin n’a jamais été aussi bon, le scénario, même s’il est assez mainstream, est enrichi par des intrigues secondaires qui prennent une place progressive dans le récit, et Nävis se voit suppléer par des seconds rôles encore peu développés mais prometteurs. Continuez, messieurs Morvan et Buchet, vous êtes sur une voie royale désormais !

Critique de publiée le 16 décembre 2006.

Que faut-il en retenir ?

  • Des intrigues secondaires enrichissantes
  • Un graphisme superbe
  • Des personnages qui viennent enrichir le récit
  • Un grand sens du rythme

Que faut-il oublier ?

  • Une trame générale assez mainstream
  • Toujours cet esprit naïf qui fait de Sillage une série peu adulte

Acheter Le Signe des démons en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le Signe des démons sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Sillage