75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique de la Bande Dessinée : Il vous reste de l'énergie ?
Il vous reste de l'énergie ? >

Critique de la Bande Dessinée : Il vous reste de l'énergie ?

Avis critique rédigé par Richard B. le dimanche 11 mai 2008 à 1831

Le dévoreur de machine !

Alors que Nävis s’amuse avec Houyo à « tu ne m’attraperas pas », ils s’approchent d’un vaisseau spatial abandonné. Houyo y rentre afin de s’y cacher. Peu après, alors que Nävis recherche son amie, elle découvre une immense machine tenant empalée sur un dard la pauvre Houyo. Libérant soudainement ses tentacules, la machine s’empare de Nävis et s’apprête à récupérer son énergie vitale !.. C’est alors que la jeune enfant se réveille en sursaut et constate qu’ils sont toujours en vie. Mais le rêve est-il prémonitoire ?
La série Nävis continue à traiter de la jeunesse de la jeune héroïne parallèlement à l‘histoire de Sillage. Ici, cet épisode intitulé « Il vous reste de l’énergie ? » réutilise le « robot géant », une machine redoutable entrevue dans le tome 10 de sillage mais aussi dans le premier opus de cette série. Jean David Morvan et Philippe Buchet nous exposent ici la première rencontre officielle entre ce dévoreur d’énergie et la jeune fille (le premier tome ne les voyant pas se confronter directement).
Pensé en premier lieu pour un public plus jeune que celui de Sillage, Nävis continue à enthousiasmer même le trentenaire que je suis. La formule de ce succès? Seuls Jean David Morvan et Philippe Buchet la connaissent exactement, mais je dirais qu’en premier lieu ; c’est d’avoir réussi à intéresser le lecteur à son personnage principal, et en second lieu ; offrir des histoires qui se renouvellent mais qui font tout de même référence à l’historique du cycle. Bien sûr, Nävis doit aussi énormément à son dessinateur. En effet, bien que cette série soit visuellement très différente de Sillage et éloignée du trait de Philippe Buchet, les auteurs ne se sont pas trompés en confiant le dessin à Munuera.


Un Munuera qui justement, au fur à mesure des albums, affirme et installe son style. Ce quatrième album se trouve être d’un dynamisme incroyable. Quant au dessin et son style cartoon, il est de plus en plus expressif et procure des émotions de manière très régulière. La moindre des mimiques semble naturelle, parait s’animer devant nous, amenant les plus jeunes à s’extasier et les plus vieux à apprécier le savoir-faire en la matière du dessinateur. À noter sur les cinq premières pages une colomètrie assez différente des habitudes, avec un choix optant pour un style aquarelle de toute beauté.

La conclusion de

Ce quatrième opus de la série Nävis est un pur plaisir de lecture. Ici, comme sur le magicien d'Oz, Jean David Morvan et Philippe Buchet essaient d’amener des émotions à la ferraille sans pour autant en oublier l’humour et le style propre à la série. L’ensemble est servi par un Manuera fortement inspiré. Tout simplement craquant !

Acheter Il vous reste de l'énergie ? en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Il vous reste de l'énergie ? sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Sillage

En savoir plus sur l'oeuvre Sillage