75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Spider-Man : L'Intégrale 1965 #3 [2002], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le mercredi 16 octobre 2019 à 09h00

Classique et efficace

L'année 1965 de la vie de Spider-Man est connue comme la dernière où le duo Stan LeeSteve Ditko fut seul responsable de toute la création de cette saga culte du monde des comics. Une sorte d'apothéose pour les deux pères de Peter Parker.

Comme pour les deux premiers tomes, cet intégrale 1965 regroupe tous les épisodes de la série mensuelle The Amazing Spider-Man sortis dans l'année avec en plus son Annual. Tout est une nouvelle fois traduit en français par Marvel France (devenu Panini Comics) qui édita ce volume de plus de 275 pages en 2002 avec des rééditions successives depuis. L'ensemble des histoires sont l'œuvre du prolifique Stan Lee (qui préface cet ouvrage avec la bonne humeur qui le caractérisait) et sont dessinées par Steve Ditko. Ce dernier est par ailleurs crédité comme « concepteur » de nombreuses histoires montrant son importance croissante sur les scénarios des différents épisodes proposés. On a ainsi le droit à 13 histoires de Spider-Man rendant l'Intégrale un peu moins épais que celui de l'année 1964.

Les histoires de l'année 1965 mettent en scène un Peter Parker/Spider-Man au sommet de sa forme en ce qui concerne son rôle de justicier/super-héros car il est bien plus sûr de lui et de sa mission. Néanmoins, sa vie d'adolescent n'est pas de tout repos puisque sa relation avec la secrétaire Betty Brant bat sérieusement de l'aile, d'autant plus que le beau et stable journaliste Ned Leeds est un concurrent dangereux... Notre héros vit aussi ses derniers instants au lycée avec une relation de plus en plus compliquée avec son tourmenteur Flash Thompson qui n'accepte pas vraiment les vues de son ex Liz Allen sur Peter. A la maison, Peter doit veiller sur la santé fragile de sa tante May qui ne cesse de décliner entraînant des hospitalisations. Il peut néanmoins garder le cap grâce à ses excellents résultats scolaires et les photographies qu'il vend au journal de Jameson. Ce dernier est d'ailleurs de plus en plus décidé à ruiner sa carrière de super-héros quitte à recourir à des méthodes en marge du raisonnable. Spider-Man va donc affronter de nouveaux ennemis aux motivations diverses tout en s'impliquant bien plus contre le monde de la pègre qui connaît des bouleversements avec les agissements du Bouffon Vert...

Stan Lee poursuit son œuvre avec grand talent afin de mélanger parfaitement l'aspect science-fiction/action de son histoire avec celle plus terre-à-terre et dramatique de la vie de Perter Parker. L'identification avec le jeune héros fonctionne parfaitement qui montre bien la difficulté d'être un héros désintéressé menant une double vie. L'ensemble offre ainsi treize histoire qui proposent du divertissement très efficace avec néanmoins des qualités inégales. On sent que la série a atteint un rythme de croisière de vraiment bonne qualité mais qui surprend un peu moins malgré les coups de théâtre et la volonté de proposer des histoires en plusieurs parties. Ce rythme de croisière permet aussi d'offrir une efficacité redoutable pour les fans de Spidey qui restent évidemment conquis.

C'est au niveau des super-villains que l'on sent une certaine panne d'inspiration avec seulement Le Scorpion comme nouveau personnage véritablement important pour l'univers de la licence. A ses côtés, l'Homme de Lave fait pâle figure tandis que le Maître du Crime et Le Chat restent des criminels assez simples. Enfin, nous évoquerons avec pudeur Le Clown et les Maîtres de la Menace... Heureusement que le personnage du Bouffon Vert prend de l'ampleur pour devenir la némésis du héros dans plusieurs histoires tandis que Mysterio fait un retour très apprécié. Pour les guest-stars, on peut compter une nouvelle fois sur La Torche (avec sa petite copine Doris Evans et son ennemi le Scarabée) mais aussi Docteur Strange (et son ennemi Xandu) sans oublier le retour de Ringmaster issu de Hulk. On peut aussi citer le scientifique Smythe qui va, bien malgré lui, donner du fil à retordre à notre héros. Pour ce qui est de l'entourage de Peter Parker, le lycéen devient étudiant en cette fin d'année 1965 et fait la rencontre de Gwen Stacy et de Harry Osborn, personnages appelés à devenir très importants.

 

Les dessins de Steve Ditko gagnent véritablement en efficacité pour cet artiste alors au sommet de son art qui a pu se faire un grand plaisir avec l'Annual qui propose un crossover entre les deux personnages qu'il a créé : Spider-Man et Docteur Strange. On peut ainsi voir le talent de l'artiste sur des univers bizarres et colorés qui évoquent le surréalisme. Une histoire aussi plaisante que détonante qui fonctionne à merveille. L'artiste sait toujours autant rendre dynamique les différents combats de son héros où les acrobaties émerveillent nos yeux dans un découpage des cases toujours aussi sage mais bien judicieux. Steve Ditko démontre vraiment son talent sur cette année permettant de donner encore plus d'épaisseur à son héros qui resplendit comme jamais. On reste néanmoins encore sur notre faim en ce qui concerne les visages...

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Spider-Man : L'Intégrale 1965 #3 [2002]

Bastien L.
80

Cette année de 1965 de Spider-Man démontre que Stan Lee et Steve Ditko ont produit un travail de qualité rendant justice à ce héros tout en construisant sa mythique stature dans la pop culture mondiale. Les deux créateurs sont au sommet de leur art pour nous en mettre plein les yeux avec des divertissements de qualité emmenés par un héros tellement humain. Néanmoins, on sent un certain rythme de croisière avec peu d'histoires et de nouveaux personnages qui sortent vraiment du lot.

On a aimé

  • Toujours aussi divertissant
  • L'univers de Spider-Man prenant forme sous la plume de Stan Lee
  • Les dessins dynamiques de Ditko dont le crossover avec Docteur Strange

On a moins bien aimé

  • Pas de grosses prises de risque
  • Les nouveaux vilains vite oubliés
  • Les visages, parents pauvres du dessin

Acheter la Bande Dessinée Spider-Man : L'Intégrale 1965 #3 [2002] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Spider-Man : L'Intégrale 1965 #3 [2002] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Spider-Man