75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Spider-Man : L'Intégrale 1962-1963 #1 [2002], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le dimanche 22 septembre 2019 à 09h00

La naissance d'une légende

Dans le monde des comics, Spider-Man est assurément le personnage le plus emblématique de l'écurie Marvel. Une série ayant engendré de nombreuses autres et ayant été adaptée sur de multiples médias. Une histoire qui a bientôt 60 ans d'existence, de quoi donner le tournis pour qui veut se lancer dans ce mythe de la pop culture américaine. Heureusement que Marvel édite des intégrales depuis le début des années 2000.

Spider-Man est né en en 1962 de la collaboration entre Stan Lee et Steve Ditko, deux hommes majeurs de ce que les historiens du comics ont appelé son Âge d'argent (1955-1970) avec le retour en grâce des super-héros et de nombreux évolutions majeures. Spider-Man en fit indéniablement partie lorsqu'il naquit dans le dernier numéro de Amazing Fantasy en août 1962. Puisque le magazine étant voué à disparaître, l'auteur Stan Lee décida de donner sa chance à ce personnage doté de pouvoirs inspirés des araignées que les patrons de Marvel l'avaient déjà refusé. Stan Lee délaisse alors son compère dessinateur Jack Kirby, qui contribue quand même à l'élaboration du costume mais qui du mal avec le concept tout en étant occupé sur d'autres projets, pour faire équipe avec Steve Ditko. L'histoire est un succès dopant tellement les ventes du chant du cygne d'Amazing Fantasy que Marvel décide d'offrir à ce nouveau héros sa propre série. Ce sera chose faîte dès mars 1963 avec le premier numéro de The Amazing Spider-Man. L'édition française, préfacée par Stan Lee, de cet Intégrale 1962-1963 comprend l'histoire originale d'Amazing Fantasy mais aussi les 7 premiers numéros (pour neuf histoires) de la série ainsi qu'une histoire présente dans l'annual de Strange Tales dessinée par Jack Kirby avec toujours Stan Lee comme auteur.

Pour ceux qui ont toujours vécu dans une grotte, on rappellera quand même que Spider-Man est l'histoire du lycéen new-yorkais Peter Parker qui devient super-héros bien malgré lui. Cet orphelin élevé par son oncle et sa tante est un adolescent timide, peu populaire, mais brillant notamment en sciences. Lors d'une exposition scientifique, il est piqué par une araignée malencontreusement rendue radioactive. Cette piqûre va éveiller en lui des pouvoirs inspirés par l'araignée : force spectaculaire, grande agilité, capacité de grimper sur les murs et sixième sens l'avertissant du danger. L'adolescent transformé va d'abord utiliser ses pouvoirs pour gagner de l'argent se créant un costume intégral rouge et bleu ainsi qu'une invention lui permettant de créer des toiles inspirées de l'animal dont il tire les pouvoirs. Malheureusement pour lui, un cambrioleur qu'il a refusé d'arrêter va tuer son oncle et lui ouvrir les yeux sur le fait que de grands pouvoirs implique de grandes responsabilités... Seul avec sa tante, Peter Parker va aussi découvrir qu'un magnat de la presse va faire de lui l'ennemi public numéro 1 l'obligeant à préserver son anonymat. Il va ainsi commencer à combattre le crime la nuit tout en faisant son maximum pour réussir le jour en tant qu'étudiant et en décrochant un poste de photographe pour subvenir aux besoins de sa famille. Le paria du lycée est maintenant un super-héros qui va devoir affronter un bon nombre de super-vilains.

Ces onze premières aventures de Spider-Man montrent à quel point Stan Lee et Steve Ditko ont visé juste du premier coup puisque les adaptations successives auront toujours la même histoire et le même personnage. Quasiment toute la mythologie de l'homme-araîgnée est ainsi créée avec nombreux personnages iconiques lors de cette année 1962-1963. C'est évidemment Peter Parker mais aussi sa tante May pour ce qui est de sa famille. Mais on trouve aussi ses camarades de lycée l’irascible Flash Thompson et la superficielle Liz Allen mais aussi l’inénarrable patron du Daily Bugle J. Jonah Jameson (ainsi que son fils) et sa secrétaire Betty Brandt, premier love interest de notre héros. Au rayon des ennemis, on trouve rien de moins des supers-vilains mythiques de la licence comme le Caméléon, le Vautour, le Bricoleur, l'Homme-Sable, Dr. Octopus ou le Lézard tous créés pour l'occasion. On retrouve aussi des guest-stars comme les 4 fantastiques (surtout la Torche) qui prêtent aussi leur ennemi emblématique Dr. Fatalis le temps d'un épisode. Des personnalités réelles sont aussi de la partie comme le présentateur Ed Sullivan...

La grande force de Stan Lee dans ces premières aventures et d'arriver à dire beaucoup de choses, à créer de véritables personnages en finalement très peu de pages. L'histoire des origines du héros est condensée en si peu de cases que cela est assez impressionnant. On a malheureusement un sentiment d'empressement mais l’essentiel est là sans qu'on ne soit jamais perdu. Stan Lee nous offre un condensé d'action, de suspense et d'humour qui n'oublie jamais d'offrir un héros plus qu'attachant. La révolution que constitua Spider-Man est d'offrir un héros dont l'identité réelle est un adolescent assez modeste ayant de nombreux problèmes à résoudre notamment familiaux et financiers. On comprend enfin le génie d'un homme qui révolutionna l'univers des comics façonnant ainsi notre pop culture occidentale. Alors, les histoires ont quand même vieillis sur plusieurs points. Tout d'abord les personnages ne peuvent s'empêcher de commenter chaque action et le côté « méchant de la semaine » est très présent. Les structures narratives sont souvent les mêmes avec un nouvel ennemi qui bat d'abord notre héros avant que la revanche permette à Spider-Man de l'emporter. Le tout entrecoupé des problèmes de Peter Parker et des réactions tantôt négatives ou positives des habitants de New-York. A part le Lézard au passé intéressant, tous les ennemis restent ici caricaturaux. Néanmoins, on dévore l'ensemble des histoires qui sont un divertissement plus qu'efficace dont la traduction française offre une gouaille parisienne franchement surannée mais ô combien savoureuse.

 

Les dessins de Steve Ditko sont au diapason montrant le réel talent de l'artiste. Il est aussi à l'aise sur le monde bien réel de Peter Parker (avec qui il partage une certaine ressemblance physique) que pendant les combats de Spider-Man. Pour ces derniers, il offre des scènes d'actions spectaculaires avec des situations incroyables où notre héros enchaîne les positions toujours différentes et acrobatiques. Mais c'est surtout la fluidité de son dessin qui frappe en donnant un incroyable dynamisme aux personnages avec des images par définition statique. Si la disposition des cases est plus que classique, il joue parfaitement avec les codes pour offrir un vrai confort de lecture. L'encrage est pour sa part assez classique. Steve Ditko n'a donc pas son pareil pour créer des super-vilains reconnaissables au premier coup d'œil avec leurs spécificités et leurs manières de se battre. Là où le bat blesse c'est au niveau des visages où Ditko est moins à l'aise avec des finitions justes correctes mais surtout des traits parfois trop différents pour les personnages secondaires d'une case à l'autre. La dernière histoire de ce volume est dessiné par Jack Kirby et mise en couleur avec des teintes plus chaudes. Kirby fait ici parler sa maîtrise et offre un contrepoint très intéressant à Ditko. L'histoire en elle-même voit s'affronter puis coopérer Spider-Man et la Torche face à un rusé voleur de tableau. Cela reste tout juste sympathique puisque les deux héros ont la même personnalité faisant parfois doublon et rendant le concours de vannes un peu pénible.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Spider-Man : L'Intégrale 1962-1963 #1 [2002]

Bastien L.
85

La naissance de Spider-Man est un régal à découvrir grâce à la grande efficacité des histoires de Stan Lee et le travail prodigieux de Steve Ditko. Alors certes, l'ensemble à vieilli mais il offre un bon divertissement se dévorant d'une traite. C'est aussi une savoureuse plongée dans les années 1960 qu'aucun fan de comics ne peut refuser.

On a aimé

  • Le génie de Stan Lee à l'oeuvre
  • Les dessins sublimes de Ditko pour mettre en scène les combats de Spider-Man
  • Un divertissement de tous les instants

On a moins bien aimé

  • Des histoires parfois simplistes
  • L'histoire finale un peu décevante
  • Les visages ne sont pas toujours à la fête

Acheter la Bande Dessinée Spider-Man : L'Intégrale 1962-1963 #1 [2002] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Spider-Man : L'Intégrale 1962-1963 #1 [2002] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Spider-Man