75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : Spider-Man : L'Intégrale 1966 #4 [2003], par Bastien L.

Avis critique rédigé par Bastien L. le dimanche 20 octobre 2019 à 09h00

Ditko out, Romita in

L'année 1966 fut extrêmement riche pour Spider-Man qui vit le départ d'un de ses pères, Steve Ditko, remplacé par John Romita Sr. aux dessins. Un remplacement mouvementé qui n’empêcha pas à la série de connaître deux des histoires les plus iconiques des aventures du Tisseur.

La brouille entre Stan Lee et Steve Ditko est une des plus célèbres de l'histoire des comics. D'une part parce qu'on n'en sait officiellement pas grand chose plus de 50 ans après et d'autre part parce qu'elle concerne la série The Amazing Spider-Man. On sait juste qu'il est difficile de savoir lors de cette dernière année de collaboration (entre 1965 et 1966) qui était vraiment responsable de quelle partie de l'histoire vu que Steve Ditko était aussi crédité en tant que scénariste. Stan Lee aurait eu juste le rôle de simplement remplir les phylactères et récitatifs... On sait aussi que les deux hommes n'étaient pas d'accord sur l'orientation de la série notamment sur le personnage de Peter Parker que Ditko voulait beaucoup plus misanthrope afin de plus se consacrer sur les aventures de son alter-ego Spider-Man. Quoiqu'il en soit, Ditko est responsable des 7 premières histoires de cette année 1966 puis est ensuite remplacé par John Romita Sr.. Ce grand monsieur du monde des comics était alors surtout spécialisé dans les histoires du genre romantique trouvant ainsi un véritable défi. Cet intégrale des douze numéros de l'année est conclu par un Annual qui associe Romita et le scénariste Don Heck. Toutes les autres histoires sont l'œuvre de Stan Lee, du moins en théorie...

Cette année 1966 est quand même assez spectaculaire et iconique bien plus qu'à cause du changement de dessinateur. Spider-Man va vivre des histoires parmi les plus célèbres de sa carrière de super-héros avec des double-épisodes mythiques contre le Dr. Octopus qui va profondément tester sa volonté et contre le Bouffon Vert voyant son identité pour la première fois découverte. Pour ce qui est de Peter Parker, les changements ne sont pas probants car il découvre la vie d'étudiant et vit toujours avec sa tante May dont la santé reste très fragile selon le Dr. Bromwell, médecin de la famille. Il se découvre néanmoins des envies d'indépendance en s'achetant une moto et commence à mieux s'entendre avec ses camarades dont Harry Osborn et la belle Gwen Stacy dont il commence à s'éprendre sachant que sa relation avec Betty Brant est définitivement une impasse. Deux nouveaux personnages vont aussi avoir beaucoup d'importance dans sa vie à savoir Norman Osborn (le père d'Harry, patron d'un grand groupe lié aux sciences) et la somptueuse Mary Jane Watson. Pour Spider-Man, l'année n'est pas de tout repos, pusiqu'en en plus d'Octopus et du Bouffon Vert il va devoir refaire face à Kraven ou l'Homme de Lave. Le retour du colonel Jameson (fil de son meilleur ennemi, le magnat de la presse J. Jonah Jameson) ne sera pas de tout repos puisqu'il s'accompagnera de l'arrivée du Rhino. Ce super-vilain, est le petit nouveau emblématique de l'année. Les autres nouveaux adversaires représentent un second couteau (le professeur Mendel Stromm) ou des personnages très oubliables (le Pilleur et Joe Smith). Pour les guest-stars on peut compter sur l'apparition de Daredevil et de son associé Foggy Nelson mais aussi des Vengeurs de l'époque qui débarquent avec Hulk pour l'Annual.

Encore une fois, les scénarios de ces différentes histoires restent des divertissement très efficaces emmenés par Stan Lee et Steve Ditko. On sent vraiment la différence une fois que Stan Lee reprend les rênes même si la première partie de l'année reste toute aussi intéressante. Les double-épisode contre Octopus et le Bouffon Vert sont excellents permettant qu'on s'attache encore plus à Spider-Man grâce à des combats dantesques et des situations dramatiques bien maîtrisées sans jamais se départir d'un certain humour. Stan Lee fait évoluer intelligemment son héros dont le caractère change certes mais pas trop brutalement. Mis à part ces deux histoires, les autres restent assez classiques avec certaines assez oubliables (les dernières de Steve Ditko malheureusement pour l'artiste) tandis que le Rhino fait une apparition assez intéressante. Quant à l'Annual, il met en scène les Vengeurs qui veulent mettre Spider-Man à l'épreuve pour les rejoindre. L'épreuve consiste à leur amener Hulk. Un histoire sympathique mais légèrement confuse...

 

Pour ce qui est des dessins, la passation de pouvoir entre Steve Ditko et John Romita Sr. était un pari risqué mais cela s'est fait sans aucun problème. Pour ses sept derniers numéros, Steve Ditko se montre plus en forme que jamais montrant sa totale maîtrise du héros avec un progrès constant et des combats toujours aussi dynamiques comme agréables à l'oeil. On le sent aussi moins dogmatique en ce qui concerne le découpage des cases. Après lui, John Romita se montre dans la continuité affirmant son style notamment en ce qui concerne les visages plus expressifs et des silhouettes plus affirmées. Ce renouveau offre aussi un choix de couleur aux tons plus chauds rendant les histoires encore plus agréables à l'oeil. Romita sait se montrer aussi virtuose que son prédécesseur en ce qui concerne les scènes d'action. Le remplacement s'avère donc une réussite tant et si bien qu'il permet à la série Spider-Man de dépasser les 4 Fantastiques pour devenir la meilleure vente de Marvel.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : Spider-Man : L'Intégrale 1966 #4 [2003]

Bastien L.
88

Si l'année 1966 fut riche à plus d'un titre pour Spider-Man, elle se montre surtout d'une grande qualité tant Stan Lee, Steve Ditko puis John Romita Sr. se sont surpassés pour nous offrir des histoires toujours aussi divertissantes dont certaines vraiment excellentes.

On a aimé

  • Des histoires parmi les meilleures de Spider-Man
  • Des scénarios efficaces et divertissants
  • Deux dessinateurs au somment de leur art

On a moins bien aimé

  • Un milieu d'année un peu mou
  • Un Annual toujours pas au niveau
  • Adieu, M. Ditko

Acheter la Bande Dessinée Spider-Man : L'Intégrale 1966 #4 [2003] en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Spider-Man : L'Intégrale 1966 #4 [2003] sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Spider-Man