75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique de la bande dessinée : The Killing Joke [1989], par Richard B.

Avis critique rédigé par Richard B. le jeudi 28 avril 2005 à 07h08

Une histoire de fou !

« Bonjour, je suis venu parler. J’ai beaucoup pensé à vous et à moi. A ce qui nous attend tous les deux . Nous allons finir par nous tuer l’un l’autre. C’est vous qui me tuerez ou c’est moi qui vous tuerai, tôt … ou tard. » Voici les premiers mots de cette histoire écrite par Alan Moore. Quelques mots… et pourtant tout est déjà là ! Deux personnes atteintes du syndrome de la vengeance, deux personnes qui s’affrontent quotidiennement, si proches et pourtant l’un sert le crime l’autre la justice. Et si une passerelle arrivait à les réunir ? Alan Moore signe ici un comics de toute beauté, à l’écriture sans faille et où chaque détail, de la première à la dernière case, a son importance. Violent et dur, s’amusant sur des flash-back pour montrer que même le pire des psychopathes a une histoire derrière lui, cet album est plus qu’une aventure de super-héros, c’est aussi une aventure humaine.
Brian Bolland complète le génie de Moore par un dessin cinématographique où chaque plan amène à l’autre. Le dessin sait se poser pour retransmettre au mieux l’ambiance et la force des mots de Moore, tou tcomme il se montre d’un dynamisme incroyable pour les scènes d’action ! Plus que tout, les dessins de Bolland sont parlants, chaque expression, que se soit la folie ou la douleur, se vit sur les visages qu’il illustre. Les couleurs sont dans une dominante souvent jaune/magenta afin de mettre au mieux en valeur les moments colorés qui pourraient être l’idée de la folie, ou à l’inverse les deux couleurs se mélangent afin de rendre les scènes plus glauques et plus dures.

La conclusion de à propos de la Bande Dessinée : The Killing Joke [1989]

Richard B.
97

Non seulement l’histoire est grande, mais le dessin lui aussi est incroyable. « Souriez » n’est pas qu’une, voire la meilleure histoire de Batman, mais c’est aussi un chef d’œuvre de comics ou plutôt de la bande dessinée. Cet ouvrage de 1988 est incontournable pour toute personne qui veut comprendre pourquoi le personnage de Batman peut stimuler l’engouement.

Que faut-il en retenir ?

  • Graphime
  • Histoire
  • Batman seul face au Joker
  • Pas de Robin

Que faut-il oublier ?

  • Je cherche encore...

Acheter la Bande Dessinée The Killing Joke en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de The Killing Joke sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Batman