75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°8 : Dans l'espace publicitaire, personne ne vous entend crier. Surtout si vous le bloquez.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"

Critique du film : Le cauchemar de Dracula [1958], par Emmanuel G.

Avis critique rédigé par Emmanuel G. le vendredi 21 février 2003 à 11h23

Cauchemar de Dracula

Dracula et Van Helsing au meilleur de leur forme
Du livre de Bram Stoker, le film de Terence Fischer ne retient finalement pas grand-chose, s’offrant de larges libertés avec le matériel original, condensant son intrigue de manière très serrée. Le scénario fait volontairement l’impasse sur de nombreux personnages (tel que Renfield), abandonne des pans entiers de l’histoire et inverse certains protagonistes (le Dr Seward devient le père de la jeune fille, et plus l’un de ses amis par exemple). Malgré ces recadrages, qui pourraient faire hurler les puristes du roman, Le cauchemar de Dracula est l’une des adaptations les plus réussies du mythe sacralisé par Bram Stoker, aussi bien pour son audace (l’aspect érotique du vampire est ici plus que suggéré) que pour sa magnificence visuelle.
Le film peut en effet être considéré comme le maître étalon du « style » Hammer Films, compagnie anglaise mythique spécialisée dans l’épouvante. Gothique et sanglant (là encore audacieux pour son époque), le film de Terence Fischer utilise à merveille les environnements de studios et la richesse des couleurs. C’est aussi le meilleur film de la série des Dracula de la Hammer, dont les derniers avatars (Dracula 73 et Dracula vit toujours à Londres), où le vampire incarné par Christopher Lee est transposé dans le monde moderne, seront nettement moins inspirés.
Au-delà des indéniables qualités du film, le plus frappant reste l’excellence du duo composé par Peter Cushing et Christopher Lee. Ils sont absolument parfaits. Après avoir interprété respectivement le baron Frankenstein et sa créature, Cushing et Lee se glissent dans la peau du Dr Van Helsing et de son ennemi de toujours, le terrible Comte Dracula. Cushing compose ce qui reste aujourd’hui le meilleur Van Helsing (à mille lieux de ce cabotin de Anthony Hopkins dans le film de Coppola) : dur et incisif, n’hésitant pas à se battre sauvagement contre sa nemesis aux dents longues. Il déborde d’énergie et d’autorité. Face à lui, Christopher Lee impose un personnage qui lui collera longtemps à la peau, celle d’un Dracula violent mais sensuel, monolithique et effrayant. La vision de l’acteur drapé dans sa cape noir, yeux injectés de sang et dentier sanglant apparent, a marqué plus d’un cinéphile !

La conclusion de à propos du Film : Le cauchemar de Dracula [1958]

Emmanuel G.
85

Le fleuron vampirique et gothique de la Hammer Films, un film puissant et efficace, imposant l'impressionant Christopher Lee dans le rôle du Comte Dracula

Acheter le Film Le cauchemar de Dracula en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Le cauchemar de Dracula sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Dracula