75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°1 : Réagissez en configurant votre AdBlock pour ne pas nous faire disparaître comme les dinosaures de Jurassic Park ;)
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Les Charlots contre Dracula
Les Charlots contre Dracula >

Critique du Film : Les Charlots contre Dracula

Avis critique rédigé par Nicolas L. le dimanche 22 avril 2007 à 2348

Les Carpathes en folie

Le jeune comte Dracula, dit Dracounet, est très ennuyé. Sa chipie de mère a interdit à quiconque, et même à son fils, l'accès au philtre de la vie éternelle. Seule solution pour lui, trouver le parfait sosie de sa génitrice, qui est la seule personne apte à rompre le charme de protection qui pétrifie toute personne essayant de s'emparer du précieux flacon…
Les charlots contre Dracula est le parfait prototype de la comédie gauloise mise au goût du fantastique. Avec Frankenstein 90 et, quelques années plus tard, les Visiteurs, il en est même l'un de ses plus célèbres représentants. Il a même acquis, au fil des années, un véritable statut de film culte.

Transylvania Express

Revenons un peu en arrière. Au début des années 80, les Charlots (ici composé seulement de Gérard Rinaldi, Jean Sarrus, Gérard Filipelli), groupe musical comique à l'humour résolument beauf et qui a connu quelques succès cinématographiques (les Bidasses en Folie, les Charlots Mousquetaires) dans les années 70, entame sa lente et irréversible décadence populaire. Et, paradoxalement, c'est au moment où l'on commençait à les considérer comme des has-been qu'ils vont surprendre en offrant à leurs fans l'oeuvre la plus déjantée, la plus référentielle et la plus réussie de leur carrière. Cela vient peut-être du fait que ce film soit le seul qui ait été totalement écrit par nos lascars. C'est fort possible.
Les Charlots contre Dracula, c'est un peu comme un film du trio Abraham/zucker à la sauce Paul Préboist. Un véritable festival de gags nases et de clins d'oeil vers le cinéma fantastique de la Hammer Films. Le plus impressionnant, c'est que cette sorte de Bal des Vampires potache possède un véritable cachet. Certes, c'est totalement crétin, mais le sens de l'absurde y est tellement repoussé dans ses derniers retranchements que cela en devient jubilatoire (le coup du jeu de la chauve-souris écrasé est totalement idiot mais hilarant). Pour autant, bien entendu, que le spectateur veuille bien jouer le jeu.
Dieu est Belge

Si les Charlots, à part Luis Rego (qui avait déjà entamé sa carrière solo à ce moment), ne peuvent être considérés comme de grands comédiens (ils rattrapent cette carence par des mises en situation complètement loufoques), ils sont toutefois bien épaulés par deux acteurs très à l'aise: Gérard Jugnot et Vincent Martin. Le premier, dans le rôle d'un détective sans scrupule, est tout bonnement irrésistible. La séquence durant laquelle il tente par tous les moyens de faire avancer un cheval réticent est sans nul doute l'une des meilleures du film. Le second interprète Igor, le domestique de Dracounet, un personnage complètement dingue, qui marie les cotés les plus extrêmes de Mister Bean, Benny Hill et Peter Sellers. L’efficacité du comique de situation de nombreuses scènes s'appuie sur ses performances en véritable ahuri.
Ainsi, au regard de toutes ces caractéristiques, auxquelles on peut ajouter la rareté du produit (une sombre histoire de droits non déposés à temps par les 3 gugusses empêchent son exploitation en DVD, les Charlots sont d'ailleurs en ce moment en pleine procédure judiciaire), on peut comprendre l'étiquette de film culte qui est collé au film. Mais qu'en est-il exactement de la valeur intrinsèque de l'oeuvre? Là, pour le coup, on déchante carrément. Car il faut bien dire que de la direction d'acteur au montage, en passant par la photographie et la musique (composée par des Charlots qui ont fait nettement mieux), c'est un peu la misère. Donc, si vous êtes allergique à l'humour par l'absurde et au gros gags qui tachent (il y a même parfois du Abbott et Costello dans le jeu de nos Charlots), il y a de grandes chances que vous détestiez. Vous voilà prévenu...
Dracounet a les crocs

La conclusion de

Film complètement loufoque, les Charlots contre Dracula est un véritable délice pour l'amateur de blagues potaches, de jeux de mots lourdingues et de gags crétins. Par contre, il est indispensable que l'on soit vraiment sensible à ce type "d'humour", car pour ce qui est du reste c'est un peu la cata. Personnellement, tout ça me fait bien rigoler, tout en restant conscient de la médiocrité du produit.

Que faut-il en retenir ?

  • Une atmosphère délirante
  • Des gags très drôles
  • Gérard Jugnot, irrésistible

Que faut-il oublier ?

  • Réalisation médiocre
  • Il faut apprécier la crétinerie
  • Interprétation parfois poussive

Acheter Les Charlots contre Dracula en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Les Charlots contre Dracula sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Dracula

En savoir plus sur l'oeuvre Dracula