75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°5 : Nous ne sommes pas comme Skynet et méritons d'exister, mais avec ce bloqueur de pubs actif, nous vous dirons 'Hasta la Vista, Baby!'
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Recueil de nouvelles : Chroniques de l'Hérésie
Chroniques de l'Hérésie >

Critique du Recueil de nouvelles : Chroniques de l'Hérésie

Avis critique rédigé par Nicolas L. le samedi 14 novembre 2009 à 1059

Tranches de vie bien saignantes

Le seigneur loup assura sa position au sol et tira sa hache énergétique de sa ceinture. Allumant son champ de force, il sauta à la rencontre des xenos, un ancien chant de guerre sur les lèvres. Les chiens xenos l’entourèrent, l’attaquant à l’aide de leurs griffes ou bondissant pour le saisir avec la gueule. A chaque fois, Bulveye répondit par un terrifiant coup de hache. Il coupa des membres et trancha des corps, éparpillant des entrailles et décapitant, jusqu’à ce que les cadavres ne commencent à s’empiler tout autour de lui… (Dans la gueule du loup, Mike Lee).

Neuvième tome du cycle de l’Hérésie d’Horus qui conte la croisade de l’empereur et la trahison de nombreuses légions d’Astartes, Chroniques de l’Hérésie est un recueil de nouvelles écrites par les « meilleures plumes » (le style reste très direct, sans grande finesse) de la Black Library.

En raison de la longueur des textes (une trentaine de pages chacun), qui n’autorise aucune dissertation ni extrapolation, les récits vont droit au but et vont par conséquent sembler quelque peu hermétiques aux lecteurs non initiés. Du moins, ils ne vont pas saisir tout l’intérêt de ces histoires. Le fan, par contre, va adorer.

En effet, en plus de proposer sept histoires, toutes intéressantes, les Chroniques de l’Hérésie nous offrent ici une sorte de vue générale de la situation, à partir de plusieurs points de vue. Sont d’abord mises en avant, de manière classique, trois unités des vingt anciennes légions Astartes ; les Space Wolves (Dans la gueule du loup, de Mike Lee), les Word Bearers avant leur trahison (Les descendants de la tempête, d’Anthony Reynolds) et les Dark Angels (L’appel du Lion, de Gav Thorpe). Tous sont mis en situation de combat avec, parfois, des problèmes d’éthique et d’honneur à résoudre. Dans la Gueule du loup est le seul texte mettant en scène des xenos (des pillards eldars noirs).

De leur coté, Dan Abnett et James Swallow ont préféré nous parler de corps d’élite spécifiques. Le premier nous détaille les opérations policières des Custodiens, la garde prétorienne de Terra, à travers une histoire d’espionnage et de traîtrise, le second se penche à nous décrire les mésaventures d’un vaisseau des Sœurs de Bataille perdu dans le warp, à la recherche d’un astronef porté disparu (dans une ambiance du style Event Horizon, le vaisseau de l'au-delà, ou le jeu vidéo Dead Space).

Encore plus captivantes sont les deux dernières nouvelles. Elles sont en effet consacrées à des grandes figures de l’univers de Warhammer 40K et non plus axées simplement sur la description d’un engagement armé. La dernière église, de Graham McNeill, conte la visite de l’ultime lieu de culte de Terra, tenu par le pretre Uriah, par l’Empereur en personne. Narrée en 41 pages, cette rencontre a la forme d’une joute argumentaire et philosophique  portant sur la notion de foi. Un texte très intéressant.

Après Desh’ea, de Matthew Farrer, nous présente Angron, primarque de la XII légion, les War Hounds. Une légion, les initiés le savent, qui va basculer de l’autre coté, et devenir les World Eaters. L’auteur nous décrit un primarque dément, assassin, refusant s’assumer son statut, et des Astartes privés de libre arbitre, complètement liés à leur leader, psychologiquement et génétiquement, et qui finissent par le suivre dans les ténèbres. Bien rythmé, avec une imagerie extrêmement comic, ce texte est bien accrocheur. Je ne connaissais pas cet auteur, j’ai hâte d’en découvrir plus sur ses écrits.

A noter la présence de quelques petites coquilles, mais rien de bien méchant.

La conclusion de

Les chroniques de l’Hérésie est un recueil de sept nouvelles de qualité. Cet ouvrage a l’avantage de présenter une vue générale de la situation avec des textes présentant des légions astartes en situation de combat, mais aussi d’autres, plus axés sur la psychologie des personnages et le fluff de Warhammer 40K, présentant deux personnages majeurs : l’Empereur et Angron. Un ouvrage très intéressant qui devrait plaire aux fans.

Que faut-il en retenir ?

  • Sept récits intéressants
  • Les deux derniers textes, captivants
  • Une écriture très accessible
  • Les fans vont apprécier

Que faut-il oublier ?

  • Un peu hermétique pour les non initiés
  • Quelques petites coquilles
  • Ce n’est certes pas de la grande littérature

Acheter Chroniques de l'Hérésie en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Chroniques de l'Hérésie sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Warhammer 40 000

En savoir plus sur l'oeuvre Warhammer 40 000