75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°2 : Remontez le temps jusqu'à l'installation de votre Adblocker et rajoutez-nous en liste blanche.
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Série Ragnar: Space Wolf >

Critique du Roman : Série Ragnar: Space Wolf

Avis critique rédigé par Nicolas L. le lundi 28 mai 2007 à 14:39

Quand les Loups de Fenris se mettent en marche…

Ragnar se tenait à la périphérie d’un immense amphithéâtre dans le flanc du Croc, si vaste qu’il aurait pu accueillir des dizaines de milliers de gens plutôt que les dizaines d’aspirants qui y étaient rassemblés. Des rais de lumière traversaient les nuages ; l’air était frais et portait de petits flocons de neige. Le centre de la scène était occupé par un large dais frappé de la tête de loup. D’énormes statues du même animal montaient la garde de part et d’autre de l’entrée. Ranek était au centre du dais et regardait les aspirants. Ragnar se sentait minuscule…
Space Wolf est le premier roman écrit par William King, un auteur britannique connu pour la série fantasy Gotrek et Felix, consacré au développement d’un aspect de Warhammer 40000. Le livre narre les malheurs de Ragnar, un habitant de la dure et froide planète nommée Fenris (dotée d’une civilisation rappelant les modes de vie des populations vikings, vous vous en doutiez quand même un peu…). Ayant vu détruire, au cours d’un raid, l’existence même de son clan par une tribu rivale, il va devoir accepter tout au long du livre une difficile cohabitation avec un ennemi mortel, tout au long d’une éprouvante initiation.
Car Space Wolf expose en 318 pages bien denses, à travers un texte bien écrit et doté d’un rythme dynamique, le processus de création d’un Space Marine. Cela peut surprendre le fan (une telle démystification est rare chez Black Library), mais cela à un net avantage : permettre au néophyte de prendre connaissance - en même temps que le personnage central – d’une partie de la mythologie de l’univers Warhammer 40000 ! L’auteur s’attarde donc sur le processus de ‘’transformation’’ (une définition plus correcte, vue les circonstances, que le simple mot ‘’formation’’) de Ragnar. Il le fait d’une façon très neutre, à la troisième personne, à travers la description d’une série d’épreuves toutes plus éprouvantes les unes que les autres, au bout desquelles aucun échec n’est permis. Au final, une impitoyable sélection ‘’naturelle’’ qui va permettre d’engendrer des surhommes : les Space Wolves, mi-hommes mi-loups. Le plus sauvage, le plus intrépide parmis tous les chapitres de Space Marines !

80

Space Wolf, premier tome de cette nouvelle série consacré à ce chapitre de Space Marines, est un ouvrage très intéressant. Surprenant, car il démystifie un peu la création de ses hommes d’exception, il présente aussi sommairement la mythologie de l’univers, un aspect qui ne manquera pas de séduire tous ceux qui manquent de connaissance dans le domaine. Notons également que l’auteur William King s’attarde plus sur le coté psychologique et dramatique de l’existence des Space Marines que sur leurs faits d’arme. Ce qui rend l’ouvrage encore plus passionnant. Le seul petit truc qui me gène : l’apparition de cette nouvelles série, alors que de nombreuses autres sont en cours d’exploitation. Difficile pour le fan, dans ces conditions, de ne pas se disperser.

Critique de publiée le 28 mai 2007.

Que faut-il en retenir ?

  • Naissance d’une nouvelle série consacrée à un important Chapitre de Space Marines.
  • Bon niveau d’écriture, bien rythmé, excellente adaptation française.
  • Très accessible au lecteurs non spécialiste de l’univers Warhammer

Que faut-il oublier ?

  • La collection se disperse un peu, j’aimerais un peu plus de continuité

Acheter Série Ragnar: Space Wolf en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Série Ragnar: Space Wolf sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Suis nous sur facebook !

Les autres critiques de Warhammer 40 000