75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°6 : Vador nous consulte sans Adblock alors pourquoi pas vous ?
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Roman : Je suis une légende
Je suis une légende >

Critique du Roman : Je suis une légende

Avis critique rédigé par Manu B. le dimanche 12 février 2006 à 0603

Je suis une légende

"Par temps couvert, Robert Neville se laissait parfois surprendre par la tombée de la nuit; ils se répandaient alors dans les rues avant qu'il fût rentré...
Robert Neville est un homme reclus. Isolé du monde, il doit chaque refaire les mêmes gestes pour sa propre sécurité. Car ils sont là. Dehors. A l'attendre dès que les lueurs du jour s'estompent, ils sortent pour traquer les rares êtres humains. Robert doit sortir la journée, sans s'éloigner trop longtemps. Chaque sortie est minutieusement chronométrée, de façon à lui laisser le temps de revenir vers sa maison. Sa forteresse. Mais il sait qu'un jour ils auront sa peau. A moins qu'il ne trouve un moyen de comprendre ce qui s'est réellement passé. Pour trouver un remède à leur mal. Depuis qu'ils sont devenus des vampires...
Le survival horror. Plus connu pour ses nouvelles que par ses romans, Richard Matheson est un romancier qui a inspiré de nombreux auteurs comme Stephen King, mais qui a écrit pour la télévision et le cinéma. L'homme qui rétrécit a été récompensé par un Hugo en 1958, et a ensuite été adapté au cinéma. Tout comme je suis une légende. je suis une légende fait partie des ces récits où l'on lit le journal intime d'un homme acculé par l'horreur. C'est le récit d'une vie partagée entre la crainte et le souci de ne rien laisser au hasard. La moindre faute peut être fatale. Ce genre de récit a récemment inspiré le film 28 jours plus tard, par exemple, mais dont le héros n'est pas seul. Mais je pense aussi que des films un peu plus gores comme la nuit des morts vivants de G Romero, un des premiers du genre, ont dû puiser leur source dans les lignes de ce roman référence de Richard Matheson.
L'écriture. Dans la lignée des superbes textes de H P Lovecraft, dans un univers un peu différent, même si la trame générale est presque la même, le narrateur est terrifié par les événements qui se déroulent autour de lui. C'est un récit où la paranoïa devient un mode de vie, un salut. Et pourtant, il continue sa vie dans l'espoir d'une rémission du mal qui rôde et qui glougloute. Non, qui se traîne et vient gratter à sa porte, aux volets. Et les voix qui chaque nuit viennent le hanter, le supplier, le charmer, l'insulter. Ne plus entendre ces bruits, ces voix de l'enfer, ces voix autrefois familières. Mettre Ravel plus fort encore ! C'est un récit à donner la chair de poule. Le désespoir succédant à l'espoir. Le travail journalier bien effectué d'enfoncer des pieux ne sera bientôt plus suffisant. La folie aura peut-être raison de lui, ce qui sera mieux que de tomber dans leurs griffes et leurs crocs. Demain peut-être...

La conclusion de

Un roman culte de l'horreur à lire de toute urgence !

Acheter Je suis une légende en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Je suis une légende sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Je suis une légende

En savoir plus sur l'oeuvre Je suis une légende