75.OOO pixels viennent d'être aspirés dans un trou noir !
Le futur sera peut-être différent mais sur cette planète nous vivons encore grâce à la publicité.
Astuce N°3 : Un peu de fantasy ! Désactivez votre Adblock pour notre domaine et nous revivrons comme par magie !
On vous aime et nous vous souhaitons une bonne lecture. "Longue vie et prospérité !"
Critique du Film : Hellboy
Hellboy >

Critique du Film : Hellboy

Avis critique rédigé par Gil P. le samedi 10 juillet 2004 à 0936

Guillermo ? Si !

Guillermo met le feu à l'enfer !
Du comics Hellboy, je ne pourrais pas vous dire grand chose, j'avoue ne pas lire de DC Comics et ne pas vraiment le connaître autrement que quelques images par-ci par-là. Mais ce que je peux dire du film, c'est que sans conteste Guillermo del Toro à trouver le rythme idéal pour un comics ! Si l'histoire est à comparer à la complexité de celle d'X-Men2, le rythme est lui encore plus halletant et il est impressionnant de voir tout ce que l'on peut rentrer en 2h de métrage !
Des références en pagaille (mais toujours fines), des personnages haut en couleur et une ambiance de bande dessinée qui redonne vraiment un sens à l'adaptation de comics (on voit ici le trait original du dessin, ce qui n'est pas toujours le cas à la concurrence).
Hellboy est un film culte tant pour les fans du comics (à en croire les forums internet) que pour les passionnés de cinéma. Guillermo del Toro confirme son statut de très grand réalisateur maitrisant le temps, le rythme, les scènes et les effets spéciaux comme un Spielberg, l'audace et la "saleté" en plus. Si l'ambiance visuelle est souvent glauque, une bonne dose de gags viennent décompresser les situations tout au long du film. Un régal !Guillermo 40 ans déjà!
Le 9 octobre 2004, Guillermo a 40 ans. 40 ans et déjà 4 films gravés dans les mémoires.
Si Ron Perlman était déjà dans Cronos (1993), j'avoue ne pas l'y avoir vu (au même titre que le reste du film d'ailleurs). Par contre Mimic, le premier film américain de del Toro qu'il a réalisé pour une bouchée de pain, annonce déjà un génie du montage et de la débrouille tel que celui d'un Robert Rodriguez. On avait peur, franchement, et avec rien en plus !
Dans L'Echine du Diable, del Toro montre qu'il est capable de changer totalement de registre et produit un film "à l'européenne" dont l'ambiance sablonneuse fait un temps penser à Action Mutante (Alex de la Iglesia) mais juste pour les personnages. Car l'Echine n'a rien d'un film Z. Son histoire de fantôme est prenante et les acteurs pourtant presque tous amateurs s'en sortent mieux que pas mal de pros !
Que dire de Blade 2 ? Le film le plus speedé de la génération Comics ? Sûrement ! Un rythme d'enfer un peu trop téléphoné question scénario mais dont l'action lorsqu'elle passe en 3D réduit pour deux fois moins cher tous les efforts de Spider-Man 1 sur le sujet.
Quant au dernier de la liste (so far), Hellboy, il a la finesse d'un scénario travaillé des années (c'est le cas), la patte du comics (son scénariste original est co-producteur et a aidé Guillermo del Toro dans toutes les phases du film) et des petites références disséminées non comme des autoroutes mais dans des scènes qui prêtent à rire (le téléphone de Matrix durant un combat dans le métro par exemple).
Dosé au millimètre le film montre qu'un blockbuster peut se la jouer un peu plus intelligent que le premier Spider-Man (insipide, sauf dans l'action) sans perdre son public en route. On est loin du film philosophique mais le spectateur est totalement pris dans l'action et le réalisateur maîtrise parfaitement tous les sentiments de sa salle !

La conclusion de

Un film qui porte la marque de son auteur et qui taquine le goujon avec les blockbuster ? Un personage issu du monde du comics ? Qui pouvait le faire ? Guillermo bien sûr !

Acheter Hellboy en un clic

Nous vous proposons de comparer les prix et les versions de Hellboy sur Amazon, site de vente en ligne dans lequel vous pouvez avoir confiance.

Retrouvez les annonces de nos dernières critiques sur les réseaux sociaux

Sur Facebook | Sur Twitter | Sur Google+

Les autres critiques de Hellboy

En savoir plus sur l'oeuvre Hellboy